Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeu

  • Big Brother is You

    "Le Jeu de la Mort" de Christophe Nick diffusé sur "France 2" pose un problème lié à l'absention électorale massive : celui du totalitarisme, régime qui ne va pas sans l'assentiment de la foule, tel l'accomplissement de la censure dans l'auto-censure.

    Et si voter aujourd'hui consistait à accorder un blanc-seing à des irresponsables politiques, et non seulement à des fonctionnaires incapables de faire autre chose que d'accumuler des déficits et des discours plus franchouillards les uns que les autres ?

    Aussi difficile de parler de propagande à la télévision que de dire du mal de Napoléon à l'Ecole de guerre. D'où un débat truqué organisé par Christophe Hondelatte autour des tortionnaires virtuels du jeu de Christophe Nick, entre professionnels des médiats qui ne pouvaient désavouer la télévision sans perdre leurs jobs, ni pouvoir ensuite se regarder dans la glace. Après deux impostures relevées précédemment, en voici deux autres :

    - Troisième imposture : Sur le plan historique, incompétence parfaite des "experts" invités à débattre autour des tortionnaires virtuels : philosophe, psychomachintruc, socio-bidulechouette & cie, tous plus "Alcofribas Nasier" les uns que les autres. Est-il utile de préciser que ce genre d'experts patentés jouent un rôle décisif dans la propagande libérale, avec leur prétention abusive à tenir des discours "scientifiques" et "culturels".

    Les comparaisons historiques esquissées lors de la discussion visaient toutes en effet à dédouaner les tortionnaires virtuels et la télévision. On trouvera toujours, dans le même registre, des psychologues et médecins pour laver l'industrie du jeu vidéo du soupçon d'incitation au crime, à l'aide de quelque statistique foireuse, ce bien que l'usage et l'abus des systèmes virtuels développe forcément l'animalité et l'instinct (au sens physique).

    Or, si l'on prend l'exemple de l'Algérie et de la torture, on voit bien qu'un tel contexte fournit beaucoup plus d'excuses aux tortionnaires, côté algérien comme français, que les tortionnaires virtuels du jeu de Nick n'en ont ; dans les deux cas des motifs patriotiques peuvent être invoqués ; un militaire qui refuse de se soumettre aux ordres encourt des sanctions pénales qui, en temps de guerre, peuvent être graves. Rien de tel dans le "Jeu de la Mort" en l'occurrence malgré son intitulé. D'ailleurs le gouvernement US a rétabli la torture dans son armée récemment en invoquant de telles excuses et la prévention de la menace terroriste.

    - Quatrième imposture : même Christophe Nick dont la tentative de dénoncer un système de type totalitaire est plutôt louable est assez largement malhonnête, notamment lorsqu'il tente de "couvrir" des candidats qu'il a déshonorés en affirmant que n'importe qui se serait comporté comme eux... sans vraiment oser dire nettement qu'il aurait lui-même abaissé la manette envoyant 400 volts dans le corps de la victime. Mensonge de sociologue. Lorsque récemment l'ordre à été donné à l'échelle mondiale par les médiats d'applaudir la victoire de Barack Obama, beaucoup s'y sont soumis en bêlant, mais pas toute la France sans exclusive, cette opération de blanchiment étant à peu près aussi cousue de fil qu'un film de BHL ou les JO de Pékin. Les plateaux de télé ne représentent pas la France dans sa totalité.

    J'ai souvenir étant lycéen de l'ordre donné par les médiats d'applaudir le bombardement nocturne de la population civile de Badgad comme une victoire, bien qu'il apparaissait comme d'une extrême lâcheté au gamin que j'étais : un quart des élèves de ma classe ne s'y était pas soumis, tandis que le reste se réjouissait de cette violation éhontée des lois de la guerre, violation qui sans les médiats ne serait peut-être pas passée en France aussi facilement, comme la victoire de l'Equipe de France à la Coupe du Monde (autre exemple de liesse à mobile essentiellement commercial et politique totalement orchestrée).

    Je me souviens m'être juré que le jour où il me serait donné de croiser un type dans le genre de Hondelatte, mercenaire d'une guerre qui se joue d'abord au plan de la propagande, de penser plutôt à lui cracher à la gueule qu'à lui serrer la main.

    Si la télévision ne dispose pas d'un passe-droit, alors les candidats-tortionnaires doivent être inculpés et condamnés ne serait-ce qu'à titre symbolique, préventivement. L'intention de tuer ou de blesser est appréciée en droit français séparément de sa conséquence effective. Que font la police et le ministère public en dehors de faire campagne pour les partis majoritaires en prenant la pose dans des reportages bidons sur l'insécurité en France, dans le mépris le plus complet de la séparation des pouvoirs ? Il paraît qu'il y a en France des associations, on les voit presque chaque semaine à la télévision, qui veillent à ce que les abominations commises par l'armée et la police par le passé ne se répétent pas ; qu'attendent-elles pour réagir ?

    Une façon plus intelligente pour Christophe Nick de défendre les candidats manipulés par la télévision : d'une manière générale on constate que lorsque les candidats de ces émissions passent entre eux des sortes de pacte, enterrent la hache de guerre (je parle d'émissions enrôlant de nombreux candidats), ce sont les producteurs de ces jeux télévisés qui font tout pour réveiller la haine et la jalousie, plus "télégéniques", entre ces acteurs non professionnels.

    Si le débat n'avait pas été saboté, on aurait dû entendre les témoignages de tels candidats. Au lieu de ça, des psychologues et des philosophes, alors même que la philosophie et la psychologie contribuent activement au processus d'hypnose collective par le biais de la télévision. Dès le départ, l'art de Freud consiste en une justification de la politique du même type que celle que des théologiens chrétiens fournirent jadis au moyen âge ou au XVIIe siècle ; idem pour l'anthropologie anti-marxiste de Lévi-Strauss pour qui la politique est fondée contre l'inceste, alors que dès l'Antiquité les savants grecs posent au contraire que LA POLITIQUE REPOSE SUR L'INCESTE.