Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Note de lecture

"Je m'en veux parfois d'être si sensible à la musique et de ne pouvoir m'en passer. Ah ! c'est la même séduction et la même nostalgie que l'amour. Trait de jeunesse, sinon d'enfance. J'aime tant la musique, j'y ai tant vécu dès le plus jeune âge, que je ne suis pas suspect d'en médire. Ainsi les plus amoureux sont toujours en querelle avec l'amour."

André Suarès

Suarès a étudié Shakespeare. Il n'observe pas assez bien qui, quelle sorte d'homme ou de femme, ne parvient pas à se passer de la musique, dans le théâtre de Shakespeare.

 

Commentaires

  • J'ai déjà formulé pour la musique le trait précisément semblable pour ma personne. Reste que n'ayant étudié Shakespeare, je suis moins coupable de ma querelle amoureuse avec la musique. Mais justement, complétez le procès en faible vue que vous faites à Suarès. Quel type d'homme ou de femme n'arrive pas à se passer de la musique chez Shakespeare ?

  • Tout ce qui n'est pas homme: curés, gonzesses, etc. Perso, la musique je pratique depuis l'âge de 14 ans, et puis quoi? ça m'a fait bouffer pendant des années, m'a évité l'usine, ok, merci le rêve sonore, les paumés dans le métro, dans la rue, mais quand je regarde qu'est-ce que ça m'a VRAIMENT apporté? du temps perdu. Si j'avais dessiné à la place de chanter, je verrais mieux les choses, aujourd'hui j'ai l'oreille fine et alors? au contraire de Suarez, je m'en passe de la musique et je m'en porte plutôt bien. Après je suis pas comme ces ex fumeurs que la fumée dérange, en vérité je l'entends même plus, c'est juste du bruit, je supporte comme les aboiements de mon chien, sans plus. Franchement, Suarez, pour tout dire, je le crois pas, il dit ça pour faire son malin!

  • C'est toi Fodio qui là fait le malin ! Par curiosité tu pratiques/pratiquais quel instrument, ou quelle discipline ? Moi tu vois, je joue de la guitare pour la rigolade mais je dessine aussi, quand je trouve le temps. Avant la naissance de mon mouftard, j'étais aussi cinéphile comme un cochon, mais là j'ai du regarder 4 films en 3 ans, ! One step at a time, le prochain coup je scie ma branche musicale, la plus épaisse. Un jour j'aurais le champ assez libre pour ouvrir une Bible ! Enfin silence ! Le grand angle !

  • Je chantais, ne vous déplaise! (accompagné à la guitare) mais me suis pas mis à la danse dieu merci. Pourquoi je ferais le malin, pour qui? déjà à l'époque je me demandais sincèrement, qu'est-ce que ça m'apporte toutes ces chansons? ça donne un peu de plaisir à ceux qui les écoutent, mais du plaisir ils n'en manquent pas, jusqu'à ce que je pige qu'ils en sont gavés en vérité, qu'ils en ont trop quoiqu'ils en disent ou en pensent, ils jouissent encore de souffrir! Alors non, ça n'était pas ça! Mais quoi? En fait ça m'était juste un moyen de m'en sortir, de ne pas être trop esclave de la société, d'échapper au pire. Maintenant je ne chante même plus sous la douche, ça m'a passé comme une sale manie. En revanche quand j'étais jeune père c'était pratique pour endormir bébé, Cela dit, quand on voit l'emprise de la musique sur les jeunes et les vieux, leur façon de tous se balader avec des prothèses dans les oreilles, de pas pouvoir être seul 5 mn sans avoir à déclencher du bruit musical, dans les magasins, les ascenseurs, les parkings, les stades, les chiottes, jusque dans les cercueils si la mode n'était pas à la crémation, ça fait peur non? on dirait comme des drogués avec leur seringue dans le bras.

    Ouvrir la Bible, Robot, ça veut pas dire la fin, le grand silence, au contraire, c'est le début de la vie, une renaissance, enfin un vrai travail qui libère, qui ne trompe pas, c'est le seul travail qui vaille la peine, sinon à quoi bon vivre, pour se faire plaisir en attendant le cimetière? non merci! Ouvrir la Bible c'est ouvrir les oreilles, de là que la musique apparaît pour ce qu'elle est véritablement: le bruit de fond de l'Enfer!

  • "Que de bonnes choses vont tous les jours mourir dans l'oreille d'un sot". Tu parles Fontenelle ! Pandémie musicale, c'est indéniable, à en crever, irrespirable. Bon j'vais pas étaler ma querelle amoureuse avec la musique plus avant, y'aurais des choses à dire dans les deux sens, mais je lave pas mon linge sale en public.

    Quant à la Bible, si je dis silence, c'est celui qui remet la musique et le bavardage à leur place, le silence d'or.

    Tout à l'heure je suis tombé sur une affiche irrésistible, dans le trognon citadin ou je réside. On y voit une sorte de pasteur nègre sur un fond très très clinquant qui nous invite à je ne sais quel rassemblement spirituel, et là y'a noté en gros mais vraiment très gros "LA GRAISSE QUI VOUS LIBÈRE DES JOUGS". Ça ne s'invente pas ! Marie pleine de Graisse !?

  • Je ne dis pas que le dessin est moins satanique que la musique ; mais le dessin ne permet pas de remplir la fonction de divertissement essentielle au stade totalitaire. Le musicien de Hamelin, et pas le dessinateur de Hamelin, parce que la musique permet de séduire les masses.

    - Bacon indique que les personnes les plus sensibles à l'amour et au vin, donc à la musique, sont les soldats ; il hésite un peu sur la cause de cette faiblesse, du point de vue humaniste ou classique, pense que la cause en est la guerre. On retrouve cette idée dans les pièces de Shakespeare.
    En outre la musique est considérée dans les élites modernes occidentales (l'Antiquité ne se prosterne pas devant la musique), que celles-ci soient aristocratiques ou bourgeoises (l'opéra et la bourgeoisie sont indissociables) comme l'art spirituel par excellence.

Écrire un commentaire

Optionnel