Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bacon et les "Rose-Croix"

Sir Francis Bacon est parfois rapproché de l’ordre (laïc) des "Rose-Croix", de type maçonnique, encore actif aujourd’hui. Il s’agit là d’un rapprochement ou d’une récupération fantaisiste qui brouille les cartes.

Ce rapprochement est infondé car l’ordre des "Rose-Croix" n’existait pas du temps de Francis Bacon. Il a été créé longtemps après la mort du savant, en 1626. Que F. Bacon ait pu être la source d’inspiration de cet ordre n’aurait rien d’étonnant puisque aucun savant du XVIIe siècle n’a une influence plus large que Bacon sur la pensée des siècles ultérieurs ; cette influence ou ce rayonnement est comparable à celui de Shakespeare dans le domaine littéraire (cette comparaison pour souligner le "poids" de Bacon, minimisé en France).

Ce rapprochement avec le groupuscule des "Rose-Croix" a l’inconvénient de donner à Bacon un parfum d’ésotérisme ou d’occultisme, tel qu’il émane parfois des organisations secrètes maçonniques.

Il est vrai que le chancelier Bacon prête au secret et à la ruse des vertus sur le plan politique ; il n’aurait certainement pas cru dans la "transparence démocratique", règle sans doute plus théorique que concrète. Mais, sur le plan scientifique, prépondérant à ses yeux, Bacon s’est toujours montré le plus didactique possible ; quelques réserves ou périphrases dans son œuvre peuvent s’expliquer par la volonté de ne pas provoquer la censure ecclésiastique, alors très puissante, contrairement à Galilée dont les nombreuses provocations accrurent la notoriété.

Faisant le bilan des connaissances de son temps dans le domaine de la philosophie naturelle, Bacon n’est guère plus indulgent avec les derniers alchimistes (Paracelse) qu’il n’est avec les savants "scolastiques" et leur méthode excessivement spéculative.

D’une certaine façon, on peut dire que la science de Francis Bacon est beaucoup plus laïque (au sens de "publique") que celle d’Isaac Newton, dont certains pans sont assez occultes, ou du moins peu explicites.

A l’égard de la psychanalyse, qui comme l'alchimie promet beaucoup et tient peu, il est vraisemblable que F. Bacon aurait émis les mêmes réserves.

Bacon est aussi parfois rapproché d’érudits tel Pic de la Mirandole, le plus célèbre d'entre eux, théoriciens d’un savoir primordial caché, dont les mythes antiques auraient conservé la trace.

Mais si Bacon est loin de mépriser les fables de l’Antiquité ou de les croire "irrationnelles", sa démarche n'est pas une sorte de syncrétisme philosophico-religieux. La méthode de Bacon dans le domaine de la philosophie naturelle repose sur le pragmatisme ; en effet, si les Grecs ont imaginé que l’immortalité n’était pas une chose impossible, dit Bacon, ils n’ont pas découvert les moyens de cette immortalité, et il n’y a donc pas lieu de se reposer sur les lauriers de la philosophie grecque mais de poursuivre au contraire l’exploration de la nature entamée par les Grecs (probablement héritiers de plusieurs "philosophies" - juive, égyptienne…).

De surcroît Bacon ne méconnaît pas la caractéristique de la religion chrétienne, qui est d’être une religion révélée, à l’opposé de religions comme l’épicurisme ou le bouddhisme, qui s’accommodent de la condition humaine et visent seulement à l'améliorer.

Dans son livre dédié au savoir des Anciens, conservé dans leurs fables, publié en latin en 1609 ("De Sapientia Veterum"), Bacon aborde dans son explication du mythe d’Orphée le thème debacon,rose-croix,paracelse,franc-maçonnerie,alchimiste,mythologie,amazon la philosophie. Ce chapitre permet de comprendre que Bacon ne conçoit pas la philosophie séparée de la science physique, amenée à progresser au fil du temps ; la philosophie ne doit donc pas être négligée, bien au contraire, mais elle ne doit pas non plus être mélangée ou confondue avec la Foi des apôtres, comme elle fut au moyen-âge selon un mauvais procédé nuisible aussi bien à la Foi qu'à la philosophie.

- Je propose depuis quelques jours une version brochée (illustrée) de "La Sagesse des Anciens" sur le site Amazon.fr, renommée "La Mythologie dévoilée", d'après la traduction d'Antoine de Lasalle (1800) corrigée et modernisée.

Commentaires

  • "comme l’épicurisme ou le bouddhisme".

    Je ne suis pas certain que l'idée de nirvana (extinction, libération, délivrance), qui est la finalité même du bouddhisme, et qui s'en réfère à une libération du "samsara" (l'enchaînement au transitoire, ou à la vie dans le monde de la multiplicité), puisse être entendu comme "accommodement raisonnable" d'avec la nature humaine. Vous confondez surement avec la quincaillerie new age, maigre variante "saveur bouddhisme" du développement personnel.

  • Pourtant il suffit de penser que seul le Christ professe d'aimer son ennemi ce qui mine de rien est proprement surhumain à bien y penser (et repenser).

    Quand au new age n'est ce pas finalement le côté sombre du bouddhisme ce qu'il doit justement combattre ? (revoir un de mes commentaires mais en gros christianisme versus haine et mensonge, judaïsme versus le veau d'or et islam versus "islamisme" ou plutôt tribalisme)

  • Le bouddhisme au XXIe siècle me semble très proche de ce que fut l'épicurisme dans l'Antiquité. Il est vrai que je ne suis pas un spécialiste du bouddhisme, et que je me fie surtout à ce qu'en dit le célèbre bouddhiste français Mathieu Ricard.

    Qu'est-ce qui différencie le nirvana de la mort, qui est aussi une "extinction, libération, délivrance" ? Le nirvana est-il un concept d'espace-temps purement spéculatif, comme l'Avenir capitaliste ou le séjour des morts des Egyptiens ?

    F. Bacon note dans son "De Sapientia Veterum" que la mort est bien souvent pour les poètes et philosophes grecs synonyme d'échec, ce qui lui paraît une influence de la religion juive.

  • Je suis loin d'être moi même un spécialiste du bouddhisme, mais je pense que Ricard donne une forme présentable médiatiquement à l'occident, qui l'éloignent (sans qu'il soit nécessaire qu'il les ignore d'ailleurs, mais par "pédégogies"), s'éloignant des fondements beaucoup moins "visible à la télé" du bouddhisme, que je conçois comme spiritualité légitime, d'après des sources qui m'apparaissent moins médiatiquement "frelatées".

    Ce qui différencie le nirvana (et n'importe quelle conception métaphysique proprement justifiée) de la mort : la mort est vue comme accident (échec donc), en raison de la nature "théomorphe" de l'homme (je "syncrétise" ici par malice, mais il y a des proximités réelles), c'est à dire spirituelle, et le nirvana est une solution spirituelle à cet accident. C'est la forme (transitoire, fille de l’enchaînement à la multiplicité), qui meurt, et l'extinction/délivrance (nirvana) est éveil, unification, et centralisation, au delà de la forme et du transitoire, et délivre de la forme/accident.

    C'est une vision en ce sens métaphysique et spiritualiste, qui met le centre de l'homme en dehors de sa vie terrestre, et l'invite (négativement) à se délivrer de la centralité vitale/psychologique/passionnelle (illusoire) pour (positivement) s'éveiller à une sur-vie spirituelle.

  • Assez d'accord avec vous 144.000. Chaque tradition à ses excroissances subverties, de même que le christianisme a sa fausse-monnaie, sa démocratie chrétienne, son judéo-christianisme de plateau télé.

    "Pourtant il suffit de penser que seul le Christ professe d'aimer son ennemi ce qui mine de rien est proprement surhumain à bien y penser (et repenser)."

    C'est une spécificité chrétienne sans doute, comme il y a des spécificités bouddhistes ou islamiques. Cela ne suffit pas à mes yeux à faire du christianisme la seule religion justifiée. Chaque religion, sur un plan exotérique, répond à la "marge humaine" des populations ou circonstances historiques/eschatologiques à laquelle son éclosion est confrontée, et est donc une limitation, spécifique, une forme (ce qui implique à la fois limites, et spécificités). Le fond est un, pour ce qui est des religions authentiquement orthodoxes, car la vérité est une, et que "tout les chemins mènent à Rome" (entendu au sens le plus large possible ici). Cet état de fait n'invite pas au syncrétisme par ailleurs : chaque religion est une voie d'accès singulière, qui a sa cohérence interne, au même fond, et on ne parvient au fond en tambouillant les différentes voies, ce qui revient pratiquement à brouiller les "pistes" spirituelles, et n'aboutit qu'à un labyrinthe.

  • La forme subvertie du christianisme (la démocratie chrétienne) a ceci de particulier qu'elle domine le monde, dans la mesure où c'est la religion des élites dominantes (à travers les "Droits de l'Homme" et plusieurs mystifications de cette sorte).
    Cette domination du "veau d'or judéo-chrétien" ne peut manquer de frapper l'esprit d'un chrétien, sachant que l'Evangile ne permet de justifier aucun régime politique, aucun parti, aucune caste en particulier, contrairement à toutes les autres religions.

    - Le bouddhisme me paraît sans réponse par rapport à cet état du monde ; pour ainsi dire, j'ai l'impression que certains bouddhistes ne le remarquent même pas.
    (Tel que vous le décrivez, le "nirvana" ressemble à un concept platonicien, c'est-à-dire un ensemble de mots "unification, centralisation", décrivant une chose abstraite, un peu comme I. Newton lorsqu'il énonce que la force gravitationnelle est le fait de la Providence divine, un point c'est tout (ce qui est un peu court ou un peu trop "mystique").

    - J'ai déjà répondu sur ce blog au Dalaï Lama quand celui-ci reprochait au pape de présenter sa religion comme "la meilleure des religions" ; le christianisme ne se présente pas comme la meilleure des religions, mais comme l'unique voie du Salut. Pour employer une image, Jésus-Christ dit : - Vous voyez ce sommet enneigé dans la montagne qui surplombe la vallée ? Eh bien je suis seul à pouvoir vous y emmener en empruntant un chemin escarpé où vous risquerez votre vie ; si vous désirez vivre heureux dans la vallée, demandez plutôt conseil à Epicure ou Aristote.

  • On dirait que vous êtes dans un entre deux étrange, où d'une part (en regardant vers le haut) les vérités de type "métaphysiques" vous semblent trop "abstraite", et d'autre part (en regardant vers le bas), les pratiques de type "religieuse" (Ricard), vous semblent trop "concrète" (philosophiques, morales, utilitaire, pour le dire en un mot : anthropomorphiques).

    Cela étant dit, il est possible que je ne sois pas un bien compétent transmetteur des vérités "métaphysiques" en questions.

    Par ailleurs il y a en pratique des gradations "initiatiques" entre ce trop "abstrait" et ce trop "concret", et ce sont, pour ce qui concerne les traditions justifiées que je connais un peu, les différentes écoles religieuses/initiatiques qui mettent en oeuvre, à travers rites, méditations, prières, les symboles (et vérités associées), "concrétisent" par divers efforts d'intériorisation consciente les "abstractions" (ce que vous voyez comme tel), et par des pratiques plus ou moins "opératives". Tout les symboles sont fait pour être "mangés et digéré", ce qui est beaucoup plus concrets.

  • "Cette domination du "veau d'or judéo-chrétien" ne peut manquer de frapper l'esprit d'un chrétien, sachant que l'Evangile ne permet de justifier aucun régime politique, aucun parti, aucune caste en particulier, contrairement à toutes les autres religions."
    En effet, mais c'est aussi que l'Occident est la fossoyeuse de la Tradition, et que son moteur a besoin d'un peu de vrai pour fonctionner, c'est à dire d'un principe de légitimité, à même d'attirer l'assentiment des foules notamment. Il prend un peu du vrai chrétien, et le fourre de mensonges et tribulations séculaires/politiques/sataniques. C'est un loup déguisé en agneau chrétien. Quant aux autres religions qui le permette, c'est très relatif en dehors de l'Islam, qui est la plus théocratique des religions, mais elles furent quasiment toutes utilisé à cette fin (et dans beaucoup de cas, sans être plus qu'une instrumentalisation, comme dans le cas du christianisme). Par ailleurs, une religion qui aurait un volet politique ne prouverait pas par là son manque de consistance spirituelle, pour ce qui me concerne. La politique est par essence religieuse, et chaque religion à son exotérisme, à portée plus ou moins amplement sociale/politique, ce qui peux très bien cohabiter avec un contenu (plus élitiste) proprement spirituel, à des degrés plus ou moins ésotériques. Cette gradation est d'ailleurs tout à fait adaptée à l'homme, dont la nature inégalitaire est évidente. On ne parle pas à un homme doté d'une primaire, active (guerrière dirait l'hindouisme) le même langage qu'à une nature plus nativement contemplative, spirituelle, et cela relève justement de la marge humaine (et du bon sens). Y compris la prétention à l'universalité chrétienne n'est pas sans gradations de "niveau de lecture", les conseils sur le mariage de Paul ne sont pas de la même eau que l'apocalypse de Jean, pour ne citer qu'un exemple. Rien n'empêche d'ailleurs un certain "hétéroclitisme" de se "subsumer" dans une perspective réellement universelle (car le plus peu le moins)

    Concernant l'état du monde et les réponses des traditions orientales à celui-ci :
    Beaucoup de tradition orientale considère qu'il n'y a pas grand intérêt à se focaliser sur "l'accidentalité" de l'histoire humaine, car cette perspective est de facto incluse dans leur eschatologie : l'éloignement du Principe (qui est le principe même de la manifestation, qui implique séparation et distance du Créateur), l'éloignement du Principe donc implique une entropie et une dégradation constante à la fois du monde manifesté, et un obscurcissement de l'âme humaine. Pour les traditions orientale, la focale est sur la potentialité positive d'échapper à cette entropie générale, non les contours (accidentels) de cette entropie ni l'inquiétude terrestre/historique à leur endroit. C'est une façon eschatologique plus détachée, si l'on veut, que l'on retrouve à certains égards dans toute les traditions justifiées, y compris le christianisme, comme vous l'exprimez parfois à votre endroit.

  • Le cycle des religions "abrahamiques" est à cet égard accusé par certains tenant de spiritualités orientales (je pense en particulier à l'hindouisme), d'être de caractère trop volontariste / anthropomorphique pour cette raison, et pétri d'une inquiétude eschatologique exacerbée (qui explique d'ailleurs peut être l'instrumentalisation plus aisément politique des traditions abrahamiques, et le poids conséquent de tribulations géopolitico/religieuses sur motifs chrétiens dans l'histoire ?). Il n'y a nul par de taoïsme d'Etat, à ma connaissance.

  • @OverTheRainbow : L'incompréhension entre nous est largement une question de vocabulaire ; nous n'accordons pas toujours aux mots le même sens.
    Le plus simplement possible, je pourrais dire que la métaphysique, aux yeux de mon maître spirituel Francis Bacon, qui s'accorde parfaitement avec l'Apôtre, est avant tout un combat.
    Les hommes ne peuvent vivre en harmonie avec la nature à cause de ce combat, qui divise nécessairement l'espèce.
    Un combat contre quoi ? Un combat prométhéen contre l'ignorance, en particulier contre l'ignorance consolidée que Nietzsche qualifie de "raison".

  • @OverTheRainbow : Si les chrétiens méprisent la science politique, ou la considèrent comme un art subalterne (un chrétien peut avoir une activité politique, mais il n'y a pas de "politique chrétienne" qui ne soit une formule satanique), c'est parce qu'il n'y a pas de vérité absolue en politique, il n'y a que des calculs humains.
    Vous pouvez observer que la formule totalitaire, telle qu'elle est décrite par Georges Orwell, par exemple, renverse complètement cette conception chrétienne. "Tout est politique" dans le totalitarisme, y compris la religion, l'art, la science, au point que la politique déraille complètement et perd sa fonction organisatrice pragmatique.

Écrire un commentaire

Optionnel