Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Marx contre Freud

S. Freud (et C. Jung) ne mentionnent pas la première cause d'aliénation au sein de la société bourgeoise, à savoir l'argent. Leur principal mérite tient à cet "oubli" ; il explique la place d'honneur accordée à Freud dans la culture bourgeoise.

Marx ne s'occupe pas du soin de l'âme, car les pauvres ne peuvent s'offrir le luxe d'avoir des états d'âme. Quand on a peine d'argent, on est souvent épargné par les peines de coeur.

On rencontre parfois la vertu chez ceux qui se sont enrichis par leurs efforts, mais seulement à titre exceptionnel chez leurs héritiers. La mort rôde déjà autour des jeunes gosses de riches.

Commentaires

  • C'est un peu la force et la faiblesse de la science : d'être à la fois spécialisée et parcellaire.
    Quand aux héritiers, (sauf bien évidemment à celui qui fourni l'héritage) ils partent en général avec la prétention qu'ils ne doivent rien à personne, que tout leur est dû, prétention fausse et qui en fait même des lâches qui s'ignorent, puisque ils doivent malgré tout, beaucoup aux autres.

  • La spécialisation de la science contemporaine révèle la priorité accordée à la technique. La psychanalyse n'est pas une science, elle est une technique plus ou moins efficace.

Écrire un commentaire

Optionnel