Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

argent

  • Marx contre Freud

    S. Freud (et C. Jung) ne mentionnent pas la première cause d'aliénation au sein de la société bourgeoise, à savoir l'argent. Leur principal mérite tient à cet "oubli" ; il explique la place d'honneur accordée à Freud dans la culture bourgeoise.

    Marx ne s'occupe pas du soin de l'âme, car les pauvres ne peuvent s'offrir le luxe d'avoir des états d'âme. Quand on a peine d'argent, on est souvent épargné par les peines de coeur.

    On rencontre parfois la vertu chez ceux qui se sont enrichis par leurs efforts, mais seulement à titre exceptionnel chez leurs héritiers. La mort rôde déjà autour des jeunes gosses de riches.

  • Argent et Temps

    Un adage populaire dit : "Le temps, c'est de l'argent". Ou encore : "L'argent est le nerf de la guerre."

    Quand un bourgeois, l'un des membres de cette caste inféodée à l'argent, veut paraître moins ignoble que le Juif Shylock, il fait l'éloge du Temps plutôt que de l'argent.

    Le dieu du Temps dévore ses enfants, il en va de même du veau d'or qui préside au destin de l'Occident.

  • Laïcité

    Après une commission d'enquête parlementaire réclamée par le ministre du Culte de la Place Beauvau, l'argent fut reconnu comme une valeur parfaitement laïque.

  • Le Nouvel Ordre Ethique

    Pourquoi le nouvel ordre moral est-il "de gauche" ? Parce que l'argent est une valeur droite. Pas de zig-zag entre celui qui possède l'argent et celui qui n'en a pas. Inutile de se tordre le cou pour savoir lequel a le pouvoir.

    Le président Hollande a parfaitement compris le sens de son sacerdoce en plaidant contre l'argent devant ses fidèles. La détermination au gain est un mobile carnassier beaucoup trop transparent pour que ceux qui n'ont pas de biens puissent avoir foi dans l'éthique de ceux qui les gouvernent. L'usage du mot grec est pour ne pas trop faire voir la filiation avec la morale d'ancien régime.

    La gauche est donc là pour faire tampon entre les élites et ceux qui turbinent ou attendent impatiemment un nouvel emploi ou une nouvelle donne.

     Toutes les ruses modernes pour méduser le peuple et l'inciter au devoir vaille que vaille, peuvent être dites "de gauche".

    Marx, qui n'est ni de gauche, ni de droite, sans quoi il ne serait pas historien, savait parfaitement que les docteurs de la nouvelle Eglise socialiste seraient ses pires ennemis, la droite ayant tout simplement perdu prise sur les nouvelles réalités industrielles, et donc politiques. La doctrine réactionnaire antilibérale, anticommuniste et antidémocratique de Nitche ne fait, sur le terrain politique, qu'exprimer la nostalgie d'un ordre social révolu.

    Les ruses de la gauche coïncident à peu près avec ce qu'on appelle l'intellectualisme. C'est ce qui explique que les Français penchent très peu à gauche, et qu'il faut tout un arsenal médiatique à la gauche pour se faire élire, depuis qu'il n'y a plus ni parti communiste, ni ouvrier en France ; à l'exception des femmes, persuadées que les intellectuels sont des savants, alors que ce sont surtout des bêtes à concours d'une grande servilité. Les intellectuels de droite en sont réduits à écrire des petits romans parfaitement lisibles et tout à fait simplets, qui les conduisent à l'Académie française et poser en costumes de polichinelles, sans se douter de rien.

    Si 100% des intellectuels français s'exilaient aux Etats-Unis, où ce type d'individu trouve plus facilement du crédit, notamment parce que les Américains savent à peine lire et écrire, personne ne ferait la différence. On serait débarrassé, faute de spécialistes, de tas de sciences inutiles. Tandis que si vous divisez le nombre des éboueurs de Paris par deux, là ça fait une différence.

  • Aux captifs...

    ...la libération.

    Encore faut-il éprouver l'enfermement et le poids des chaînes sociales, tel Hamlet au Danemark. Eprouver que dire "le lien social", c'est blanchir l'argent ; éprouver que l'argent est la traduction concrète du "lien social".

    S'il y a un esprit français, divergent de ce que leurs élites ploutocratiques voudraient qu'il soit (allemand), il est bien là, dans le mécontentement de la vie. Les Français sont le peuple le moins existentialiste de la terre, c'est-à-dire le moins socialiste, le moins clérical, puisque la foi est toujours faite pour donner un sens à l'existence, qui en soi en est dépourvue.

    Tous les penseurs existentialistes ont trempé ou trempent dans le crime de l'humanité contre elle-même, et c'est un scandale qu'ils continuent d'être enseignés en France, comparable aux méthodes de séduction des pédophiles. L'Education nationale, humaniste ? C'est un repaire de pharisiens, occupés à araser le plus possible l'esprit de résistance humaniste, dissuasif du civisme, qui n'a jamais engendré que les pires catastrophes.

    Vous voulez des noms ? Rabelais, Molière, Balzac, Bloy, Allais, Céline, Bernanos, Simone Weil... la liste est longue des artistes français dissuasifs de caresser la monstrueuse mécanique sociale dans le sens du poil. Tous empruntent la voie ouverte au milieu des factieux par l'épée de Shakespeare, et le malheur des derniers cités de cette liste vient de ne pas avoir reconnu assez l'appui que Shakespeare fournit à la pensée. Sauver Shakespeare des griffes du Grand Siècle satanique est la meilleure action que les Lumières françaises ont accompli, mais l'effort du clergé n'a pas cessé depuis pour faire en sorte de priver Shakespeare de son sens véritable. 

    Entendu que l'esprit du paganisme le plus terre-à-terre est celui de la médecine, on comprend que les thaumaturges ou les utopistes réformateurs de la société ne comprennent rien à Hamlet ou le vilipendent. Hamlet a la pointe de son épée posée fermement sur le garrot du destin. Il ne reste plus qu'à appuyer.

  • Temps et Argent

    Si "le temps, c'est de l'argent", l'argent, lui, se traduit sur le plan existentiel par "la recherche du temps perdu". Voici à peu près résumée la "phénoménologie de l'esprit" égyptien, persistante jusque dans les nations modernes barbares, comme pour prouver qu'il ne s'accomplit dans le temps aucun progrès.

    - Francis Bacon n'a pas tort : l'intelligence humaine fait du surplace. L'homme n'est pratiquement doté par la nature que d'une volonté absurde, ce qui explique que la folie est la chose du monde la mieux partagée. Non seulement les tocards nazis, empêtrés dans la biologie et la science juridique, mais les tocards libéraux, plus dangereux encore que les nazis, ont quasiment accompli la mutation de l'homme en insecte.

    - Le plus dissuasif pour les gens de condition modeste de s'enrichir plus, c'est que les riches ne savent pas trop comment dépenser leur argent : la manière la plus joyeuse qu'ils trouvent, c'est de le gaspiller, quand ils ne s'achètent pas des armes, pour les retourner contre eux. Cela se passe généralement en deux générations d'imbéciles : la première est continente et avare, la seconde sème ce que la première a amassé.

    - L'enrichissement ne permet même pas d'atteindre l'objectif de la jouissance, quand il est excessif. La compagnie des gens très riches est pratiquement aussi pénible et ennuyeuse que celle des moralistes allemands.

    Du point de vue artistique, la mélancolie des riches est logique : l'enrichissement entraîne une déperdition de l'imagination. Les riches sont comme les drogués : non pas des jouisseurs, mais des peine-à-jouir.

  • Sperme et Argent

    C'est sûrement d'avoir subi une autre forme de violence que la violence sexuelle proprement dite qui incite ces jeunes et jolies blondes slaves à se prostituer aussi nombreuses pour le compte de cartels occidentaux et de clients vivant dans des pays largement gangrenés par la laideur physique.

    C'est toujours par un argument qui admet la violence par quoi la prostituée se convainc elle-même de se laisser abuser par l'argent ; la violence avant, la violence autour d'elle, et toutes les autres formes de commerce qui s'apparentent à la prostitution. L'argent EST la violence. La prostituée croit que le monde ne peut pas plus se passer de l'argent que de la violence.

     

    *

     

    Je me suis longtemps dit que si j'avais des enfants, il valait mieux que je prie pour ne pas avoir de fille, afin ne pas risquer d'offrir une victime de plus en holocauste aux prêtres de Bel, qui sont partout et pour qui les êtres les plus faibles sont des proies de choix. Avant de me raviser, de connaître Simone Weil et de comprendre qu'il est plus fidèle et véritable de ne pas se laisser marcher sur les pieds par Satan et ses sbires qui, si on décide vraiment de leur faire la guerre, pourront voir l'oeuvre du temps qui est la leur se retourner contre eux avec une extrême violence, et le bruit de leurs têtes sous les talons des anges feront entendre comme un craquement.

     

    *

     

    Les féministes en réclamant des augmentations de salaire qui leur accordent un pouvoir équivalent à ceux des hommes, où on ne combattant pas la prostitution à l'échelle industrielle sous prétexte que beaucoup de femmes profitent de ses retombées, mettent plutôt la violence dans le sexe et le sperme que dans l'argent. C'est à peu près du niveau de réflexion des ligues de vertu puritaines yankies ou boutinistes.

    L'intolérance des catholiques et des communistes vis-à-vis des prostituées vient de l'Apocalypse de Jean, fils du Tonnerre, qui voulut, impatient, le lancer contre Capharnaüm et que Jésus, d'abord, retint.