Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De Judas à Nietzsche

La comparaison de ces deux traîtres (au message évangélique), que près de deux mille ans séparent, est un paragraphe qui s'insère dans mon étude sur le satanisme dans l'Eglise. Elle est en effet une des preuves les plus saisissantes de l'activité de Satan et de l'actualité du Jugement divin.

Ici ou là on peut entendre parler depuis quelques années de "réhabiliter Judas" ; cette initiative sonne étrangement de la part de ceux qui se situent hors de la foi chrétienne ; de la part de soi-disant disciples de Jésus-Christ, la proposition est plus qu'étrange - elle confirme l'avertissement du Messie et de l'apôtre Paul au sujet de l'avènement de l'antichristianisme dans le monde.

La remarque selon laquelle le propos de Nietzsche n'est pas si différent des propos tenus par certains philosophes des Lumières n'est pas fausse ; cependant le satanisme affiché par Nietzsche fièrement est original, de même que son projet d'éradication du judaïsme et du christianisme de la surface de la terre, exposé dans "L'Antéchrist", son ouvrage majeur (1895).

C'est d'abord pour cela que la comparaison de Nietzsche avec Judas est possible : parce qu'ils ont tous les deux tenté de supprimer Jésus-Christ ; le premier physiquement, avec la complicité des autorités religieuses juives ; le second pour sa part souhaitant éradiquer le christianisme (la correspondance privée de Nietzsche indique même qu'il compte sur la haine des Juifs à l'égard du Messie pour l'aider à accomplir cette tâche). Dans les deux cas il s'agit d'une attaque virulente et frontale, à laquelle les Evangiles nous dissuadent d'accorder trop d'importance. En effet, l'antichristianisme le plus redoutable ne s'attaque pas à Dieu en personne, ni à son messager, mais au message qu'il tente de subvertir, ce que ni Judas ni Nietzsche n'ont tenté de faire.

- Judas et Nietzsche ont en commun d'avoir adhéré au christianisme et d'avoir compris son message ; il n'est pas impossible (l'évangile de Judas Iscariote comporte des éléments dans ce sens), que celui-ci fût le premier parmi les douze à avoir compris un message que l'humanité, deux mille ans après la résurrection de Jésus-Christ, s'efforce encore par tous les moyens d'étouffer.

Quant à Nietzsche, il fut élevé par sa famille dans la religion chrétienne luthérienne, et son oeuvre témoigne d'une bonne connaissance des Evangiles (ce qui était aussi le cas de la plupart des philosophes des Lumières).

Le mobile de Judas est moins net que celui de Nietzsche. L'abjuration de Nietzsche est au nom du bonheur ; elle est doublée d'une accusation lancée aux saintes écritures et à la Parole que les chrétiens considèrent divine, d'avoir fait et de faire le malheur du monde à travers les siècles.

Cette dernière accusation est mensongère, et il est douteux que Nietzsche fût de bonne foi sur ce point. Le message évangélique distingue bien la joie divine (des "béatitudes") du bonheur strictement humain, seulement nécessaire et non spirituel ; mais nulle part la souffrance n'est exaltée comme une voie de salut, bien au contraire puisque les oeuvres sont condamnées, et les sacrifices inutiles déclenchèrent la colère de Jésus-Christ dans le Temple des Juifs.

L'apologie de la science, comme étant une activité supérieure à toutes les autres, empêchera-t-elle le savant de prendre un bon repas et de se soumettre ainsi à la nécessité commune à tous les hommes ? L'argumentation de Nietzsche contre le mépris chrétien du bonheur terrestre ne vaut pas mieux que l'argument qui accuserait la science de troubler le bonheur humain.

- Un point sépare Nietzsche de Judas ; Nietzsche ne s'est pas suicidé, contrairement à Judas. Nietzsche a été comme rattrapé par la maladie, qu'il avait passé une bonne partie de son existence à combattre, et le moraliste allemand a fini ses jours dans un asile d'aliénés. Est-ce que cela ne donne pas à croire au destin, à son ironie ? (le destin qui représente pour un suppôt de Satan la seule loi éternelle).

Nietzsche ne s'est pas suicidé, néanmoins il était très isolé. Son combat l'avait coupé de presque tous ses amis, pour la plupart membres d'une bourgeoisie où l'hypocrisie dominait, et qui craignaient d'être compromis par les propos de Nietzsche, plus virulents que subversifs.

Aujourd'hui encore les disciples autoproclamés de Nietzsche, bien que le contexte soit plus favorable en Europe au satanisme, ne veulent pas s'afficher comme des suppôts de Satan afin de préserver une certaine respectabilité.

Commentaires

  • Un peu dense sur la fin, faudrait que tu développes, en tous cas pour mézigue. Mais je relirai et relirai et si dieu le veut...

  • Pour ma part, j'aurais plutôt dit mézig tout comme un certain docteur...

  • J'ai essayé de clarifier. Quoi qu'il en soit l'essentiel est de retenir que le satanisme de Nietzsche, tout comme celui de Judas Iscariote qu'il évoque fortement, NE CORRESPOND PAS A L'ANTICHRISTIANISME DECRIT PAR PAUL DE TARSE. Il manque au satanisme de Nietzsche et Judas l'aspect subversif.

  • A propos de Nietzsche, cela me rappelle un article qui le démonte plutôt bien, voilà le lien : http://www.1001nuits.org/index.php?title=A_propos_de_Nietzsche

    Nietzsche est aussi resté un adolescent révolté contre le père à mon avis.

  • - Il ne faut pas se voiler la face : chaque chrétien est tenté chaque jour de trahir le Christ comme Judas ou Nietzsche, à cause de la chair. Avant de recevoir l'aide de l'Esprit, les apôtres ont trahi tant est plus - Simon-Pierre notamment. Comme la Parole divine galvanise les chrétiens, la stratégie de Satan consiste d'ailleurs à les en éloigner le plus possible.
    La particularité de la trahison de Judas et Nietzsche est qu'elle est RADICALE ET DEFINITIVE. Ils ont choisi leur camp et -par orgueil-, ils n'en ont pas changé.
    Beaucoup plus dangereux et sournois que Nietzsche s'avèrent les prêtres qui prêchent Platon et l'éthique pythagoricienne sous couvert de prêcher la parole divine. D'abord parce qu'ils sont légions, et que Nietzsche était et demeure très isolé.

  • Là! ça s'éclaire...

  • Un autre point important : la stratégie antichrétienne de Nietzsche est très peu efficace ; l'antichristianisme le plus efficace ne consiste pas à nier la divinité de Jésus-Christ ou de la Parole divine, mais à la subvertir, c'est-à-dire à lui faire dire le contraire de ce qu'elle dit (christianisme social = salut par les oeuvres, etc.) ; Nietzsche, tout suppôt de Satan qu'il soit, ment beaucoup moins qu'un prêtre démocrate-chrétien ou que le "génie du christianisme" de Chateaubriand.

    Judas a également renié Jésus-Christ sans développer contre lui une rhétorique mensongère. Le Messie ne s'est pas mis en colère contre ce rénégat (s'est même laissé embrasser), mais l'a fait chaque fois que les Juifs ou ses propres disciples ont déformé -volontairement ou non-, la Parole divine.

  • et la Vérité de triompher une fois de plus sous la plume du dernier des..., tranchant de son sabre infatigable les épis mûrs de l'ivraie mensongère de l'Histoire.

Écrire un commentaire

Optionnel