Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Christ anarchiste

Nul ne détrônera Jésus-Christ de sa place d'Ennemi public n°1, qui le fit condamner à mort par la foule juive de préférence au "droit commun" Barrabas.

Les Barrabas d'aujourd'hui le savent sans doute, c'est-à-dire ceux que la cruauté ou la violence de leurs crimes fait passer pour les ennemis du genre humain. Ils savent que le genre humain, en réalité, ne peut pas se passer d'eux, comme il ne peut pas se passer de la mort ni de la peur ; c'est ce qui explique qu'au jour de leur procès, certains assassins affichent une grande sérénité et sont loin d'être rongés par la culpabilité - ils savent qu'ils contribuent à la justice.

D'ailleurs je n'ai lu nulle part que Napoléon mourut étouffé dans les remords.

Commentaires

  • Napoléon ne fut rien de plus qu'un bandit de grand chemin, il a pillé toute l’Europe et s'en est plutôt bien sorti, ce qui illustre bien votre petit billet.

  • L'idéal démocratique moderne véhicule l'idée de rédemption universelle, qui n'a ABSOLUMENT AUCUN fondement évangélique, bien qu'il soit souvent dans la bouche de prêtres se réclamant de Jésus-Christ.

    - A cet idéal démocratique moderne, on ne peut opposer la "monarchie de droit divin chrétien", tout aussi satanique et préambule indispensable à l'idéologie démocrate-chrétienne (dans les deux cas il s'agit de légitimer les pouvoirs publics à l'aide de la parole divine, ce qui est impossible sans la trahir.

  • A mon humble avis ce qui a manqué à Popoléone c'est deux ou trois pouces en hauteur pour voir un peu plus loin qu'une femme, au-delà de la femme pour ainsi dire, et découvrir ainsi la vérité et enfin la craindre, au lieu de se précipiter après les maîtres yeux de sa traîtresse de Joséphine quand il était à Moscou. Non seulement il évitait le sacrifice inutile d'un demi million de couillons poilus mais en faisant du Kremlin la tête de l'Europe, tête pensante dans la langue et l'esprit de Molière, il rendait impossible les deux guerres mondiales un siècle après lui. Courte vue à nouveau quand acculé sur les rivages de la Bretagne il lui fut donner la possibilité de faire de New-York la capitale du monde avec cette même langue et ce même esprit et qu'il choisit alors, ce petit pédéraste, la perfide Albion.

    Au lieu d'une lorgnette pour jouer à la guerre, sa conne de mère aurait mieux fait de lui payer une bonne paire de lunettes pour lire la Bible quand bien même les perfections invisibles de dieu se voient comme à l’œil nu quand on les considère dans ses ouvrages.
    Ceci explique sans doute l'absence de remords...

  • Les hommes politiques modernes aiment la guerre, qui leur donne l'illusion d'avoir encore la main, de jouer un rôle actif, tandis qu'il est visible en temps de paix que le politicien n'est qu'un pion dans une partie qui le dépasse.

  • En l’occurrence une partie de foutbale à Moscou, France Angleterre, la farce est diabolique!.. mais n'aura pas lieu, Satan a dû sentir que ce serait un peu trop "gros"!

  • Le foot c'est un truc d'Allemand (place du hasard plus grande que dans d'autres sports). Un anarchiste pacifiste déclarait : - Laissons Hitler conquérir la France, comme la culture française est supérieure à la culture allemande, elle finira par s'imposer sur eux.
    C'est exactement l'inverse qui s'est produit : Hitler a été battu et la culture allemande s'est imposée dans toute l'Europe.

Écrire un commentaire

Optionnel