Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chrétien dans la cité (3)

Souvent citée en référence à propos des questions de politique, l'épître de Paul aux Romains l'est souvent mal à propos.

Le chrétien ne trouvera aucun encouragement chez l'Apôtre à se mêler des "questions de société", pour la simple et bonne raison que ces questions peuvent être dites "mondaines".

Le chrétien ne peut se comporter en actionnaire du monde. De surcroît, il n'est pas évident que les débats et l'agitation autour des questions de société aient une quelconque fonction pratique. Leur fonction première et essentielle n'est-elle pas de divertir la foule, et de la scinder en plusieurs groupes ? (car un peuple uni est pratiquement ingouvernable par une petite minorité).

Croit-on vraiment que le choix par la société du divorce fut un véritable choix ? N'est-ce pas plutôt l'industrialisation qui a fait perdre au mariage la valeur qu'il a dans le monde paysan ?

A propos de la Procréation médicalement assistée (PMA) et du débat autour de celle-ci -qui donne du grain à moudre aux journalistes-, on peut observer qu'elle se présente avant tout comme un progrès technologique. A cet égard un tel procédé représente un symbole pour une culture qui s'appuie essentiellement sur le progrès technique et juridique, et pour cette raison évite systématiquement de faire un bilan sérieux de ce dit "progrès".

Et ce n'est pas comme si la technologie faisait soudain irruption dans les moeurs des Occidentaux, où elle a pénétré depuis longtemps déjà.

J'ai ouï-dire de certains démocrates-chrétiens qui forment des groupes de pression opposés à la PMA ; comme ils sont moins nombreux à s'opposer à la vente d'armes ultra-modernes et ultra-destructrices à des dictateurs, on peut les suspecter d'hypocrisie.

S'opposer au progrès technologique tout en faisant usage de celui-ci est comme vouloir le feu sans la brûlure.

Le chrétien s'abstiendra de céder aux sirènes du progrès technique autant qu'il est possible en comprenant que, de façon générale, il donne une impulsion supplémentaire à la vanité naturelle de l'homme - c'est particulièrement net en ce qui concerne la démocratie, qui a pour effet de rendre immodeste l'homme du peuple, ouvrant ainsi droit à un régime où la flatterie devient l'essentiel du discours politique.

Commentaires

  • A ce propos voilà un article (https://www.santenatureinnovation.com/souriceaux-parents-du-meme-sexe/) ou des scientifiques chinois sont parvenus à faire naître des souris à partir de deux souris femelles, cela n'augure rien de bon...

  • Petite visite de plaisance, tout à fait mondaine, dans votre terrier.

    Le Christ fut un agitateur politique, contre la politique. Il a même très vite trouvé quelques zélés militants pour distribuer ses tracts salutaires, sa bonne nouvelle, avec au dos le plan de la prison et la porte du salut. C'est ici de la politique contre la politique. Ne nous invite t-il pas à son imitation ? Le Christ de même ne s'est pas contenté de "s'abstienir de céder aux sirènes", il les a vitupérées, défiées, pris à parti, chassées.

    Je sais qu'on peux à peine dire que le christianisme est une "religion du livre". Mais je tiens à cet "à peine". Il eu tenu à Dieu de murmurer à l'oreille des hommes directement, sans intermédiaire "mondain" sa bonne parole, si l'échelon "mondain" était si condamné en soi. Ce qui condamne le plan mondain, c'est ce qui l'enracine dans la malediction de la chair, le chateau de sable social et le mirage politique, c'est à dire ici aussi presque à tout. Et je tiens à ce "presque" aussi.

  • c'est à dire ici aussi presque tout. *

  • Jésus-Christ ne fournit aucun modèle au père de famille ou à l'homme politique, mais il ordonne de "rendre à César ce qui est à César", ce qui oblige un chrétien qui, par accident, se trouve être père de famille ou exercer une quelconque responsabilité politique, à ne pas tout mélanger.

  • Certes, ne pas tout mélanger. Mais ce sont toujours des exigences négative que vous soulignez dans le Christ. Ne pas tout mélanger, ne pas céder aux sirènes... Une sorte de Christ de défense, sans glaive, planqué dans son fourreau contre-mondain. Vous qui êtes pauliniens, Paul ne dit il pas "Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ" ?

    Et que répondez vous par exemple à ce lien, et juste pour voir, aux points 1, 2, 13, 14 :

    https://jesuschrist1.tv/emissions/imiter-parfaitement-jesus-christ/

  • Les "exigences négatives" ne sont pas dans le Christ mais dans notre époque ; vous avez peut-être remarqué comme les hommes auxquels le Messie s'adresse s'abord sont simples et combien notre temps est compliqué et orgueilleux - en un mot "pharisien" ? (les pièges des pharisiens sont toujours subtils).

    Donc mon propos est négatif en un sens, vous avez raison : je recommande l'amputation des illusions modernes, cette prothèse inutile grâce à laquelle Satan continue de gouverner l'homme.

Écrire un commentaire

Optionnel