Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

freud - Page 2

  • FRENCH ATTACKS

    ABOUT THE 'SIXTH SENSE' OF WOMEN: IT IS MORE REASONABLE TO SAY THEY HAVE ONE LESS. BUT WHICH ONE? THE VIEW! I REST ON SIMONE DE BEAUVOIR.

    DON'T MIX COMMUNIST DISTRUST FACING FEMINISM WITH THE MISOGYNY OF IDIOTICS SUCH AS SCHOPENHAUER, FREUD, STRINDBERG, NITCHE, AND SO ONE... ARCHAISM HAS NOT BETTER ALLIED THAN FAKE MODERNITY.

  • Morale de l'antiquaire

    En vain je parcours le Dictionnaire amoureux du Louvre de Pierre Rosenberg - rien à en tirer ; vu qu'il est capable de distinguer à l'oeil nu un dessin de Pater d'un dessin de Watteau, ou un Lemoyne d'un Boucher, Rosenberg a la réputation, dans le "milieu", d'être un type sérieux.

    Pourtant il n'hésite pas à colporter dans ce dico des billevesées aussi stupides que celle de Freud qui croit voir un vautour dans certain drapé de Léonard. Crétinisme absolu. Rencontre entre deux fétichistes.

    Le plus significatif, c'est que Rosenberg ne gobe probablement pas lui-même le rébus débile de Freud, trop familier pour ça avec la peinture. Mais il éprouve quand même le besoin de mentionner ce gadget, étant donné que Freud, dont l'impuissance et le charlatanisme ont tout pour plaire à notre époque, Freud est la mode. Le gouvernement des préjugés : voilà à quel régime la critique est soumise.

    Rosenberg n'est plus "antiquaire en chef" au Louvre, mais nul doute qu'il eût accueilli lui aussi avec l'enthousiasme d'un fonctionnaire, comme son successeur, les tartouillades d'Anselm Kieffer, que Sarkozy goûte fort aussi, doublées d'une logorrhée de circonstance sur la choa et les vilains nazis allemands, dont il n'est pas, lui, Anselm Kieffer, de la génération suivante qui porte des pin's démocratiques et ne se déplace pas sans ses certificats de bonne moralité, blablablablabla...

    Qu'est-ce qu'un contemporain comme Anselm Kieffer va chercher au Louvre, dans ce mausolée un peu ringard, si ce n'est un peu de la crédibilité dont ses hénaurmes fientes sont totalement dépourvues ?

     Qu'est-ce que prouvent les autodafés nazis, les autodafés soviétiques ? Ils prouvent que les nazis et les soviétiques n'étaient pas complètement indifférents à l'art.

     

  • Football et laïcité

    On entend souvent des sociologues, des plus ou moins chercheurs au CNRS ou à l’EHESS, affirmer que le football est “révélateur de notre société”. Est-ce que ce genre de tautologie mérite vraiment d’être financée par une bourse d’étude ?
    Si l’on dit que la peinture de la Renaissance est révélatrice de la société de la Renaissance, ou que le théâtre grec en dit long sur la société grecque, on a tout dit et rien dit.
    Le plus stupide des supporteurs du PSG est capable de voir que le football n’est pas du sport, mais que c’est une activité régie par d’autres règles.

    *

    La question du football est liée indirectement à celle du mythe. Le mythe a pour but de compléter et de nourrir la logique. On ne peut pas dissocier la mythologie grecque de la philosophie grecque. Elles se complètent. Le mythe grec excède même la pensée rationnelle grecque d’Aristote. On peut dire en quelque sorte que la raison grecque vient du mythe et qu’elle y retourne. Aristote traduit en raisonnement l’<I>Iliade</I> et l’<I>Odyssée</I>, mais sans en résoudre complètement le mystère.
    Ce qui peut apparaître aujourd’hui comme un récit fantaisiste et incohérent, les “aventures d’Ulysse”, et des penseurs ineptes comme Nitche ou Freud ont contribué à répandre ce préjugé, est en fait la base d’une des civilisations les plus fécondes.

    De même la logique juive, le Talmud, vient du récit biblique et y renvoit. Le Nouveau Testament fonde aussi un imaginaire et une logique complètement différente.

    Dans ce qu’il faut bien, objectivement, considérer comme une religion, la laïcité, même si la foi de chaque laïc, subjectivement, est plus ou moins profonde, les “Droits de l’homme” occupent la place du mythe. Ils sont à la fois la source des règles juridiques morales et politiques laïques, et en même temps son horizon indépassable. Autrement dit les “Droits de l’homme” et le droit public international fixé par l’ONU sortent du droit commun.

    *

    La spécificité du mythe laïc par rapport au mythe grec, juif, musulman ou chrétien apparaît clairement, même s’il est sans doute possible d’établir des analogies entre la logique juive, musulmane ou chrétienne et la logique laïque (La religion laïque n’est pas une religion “vétéro-testamentaire” pour rien.) : le mythe laïc n’est pas imagé ; il n’est pas, ou très peu, narratif. De là la difficulté du clergé laïc à inventer des cérémonies religieuses originales. Le régime national-socialiste s’y est bien employé avec une conviction particulière, mais les grand-messes nazies et le bric-à-brac de la symbolique mi-viking mi-hindoue ont laissé une impression de pacotille, tout comme la ferveur militaire de l’Empire napoléonien dont les défilés du 14 Juillet, avec leur pompe ostentatoire, sont le reliquat.
    Même Hegel, bien que théoricien de l’Etat et du progrès laïc, goûtait assez peu l’art de son époque.

    Il n’est donc surprenant que la religion laïque, bridée dans son imagination, s’invente des modes de pensée ou des cérémonies plus concrètes, ne serait-ce que pour satisfaire le goût populaire qui ne jouit guère de l’art laïc du musée Pompidou, même si le populo singe parfois le bobo.
    L’emprunt par Darwin à Lamarck de sa théorie imaginative, renforcée d’extrapolations algébriques, remplit à peu près le même office : permettre aux fidèles laïcs de se projeter au-delà de leurs principes théoriques. Si cette projection a pu séduire aussi bien le IIIe Reich nazi que les Yankis ou l’Europe laïque contemporaine, malgré la découverte récente d’indices infirmant la science téléologique de Darwin, l’hostilité de l’imaginaire juif, musulman ou chrétien, à cette transcendance-là, est tout ce qu’il y a de plus logique.
    Il n’est pas d’exemple dans l’histoire d’une superposition de plusieurs mythes qui n’ait abouti à la soumission de l’un à l’autre, non à la somme ou à la division géométrique de ces mythes.

    Profitons-en pour signaler la déficience profonde de la pensée laïque de Maurras, derrière le style "cicéronien", puisqu’un énergumène tel que Régis Debray, cahin-caha vient de ressusciter Maurras. Cette thèse laïque ignore absolument cette réalité que la religion laïque est d’ores et déjà issue d’un amalgame d’exégèses bibliques marquées par l’autosuggestion. Maurras et Debray veulent rajouter du christianisme à un pastis déjà coupé au christianisme. Ce n’est pas le “retour vers le futur” mais le “grand bond en avant vers le passé”. Il est étonnant que Debray n'ait pas songé, plutôt qu'à la démocratie-chrétienne, à une religion plus jeune comme l'islam pour son Etat laïc. Quitte à faire une cure, autant qu'elle soit de rajeunissement.
    Il convient donc pour faire la lumière de classer Maurras et Régis Debray, avec Freud, Nitche et Darwin, dans la catégorie des “penseurs métèques”.