Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

babylone

  • L'Apocalypse ou la Mort

    "Chaque fois que nous regardons notre montre, nous accomplissons un geste babylonien." selon une spécialiste des civilisations antiques.

    L'apocalypse de Jean (chap. XIII) évoque une deuxième bête, qui a deux cornes "semblables à celles d'un agneau" et qui parle "comme un dragon", ce qui évoque un discours satanique tenu au nom de Jésus-Christ.

    Plus loin : "Cette bête fit qu'à tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, on mit une marque sur la main droite ou sur le front, et que nul ne pût acheter ou vendre, s'il n'avait pas la marque du nom de la bête ou le nombre de son nom."

    Ce passage est évocateur d'une soumission de la terre entière à la deuxième bête ; on pense d'abord à l'argent, qui est devenue à l'heure de la mondialisation la marque commune, qui s'impose même aux tribus les plus isolées. Puis on pense au temps, décrit par le bon sens commun comme un équivalent de l'argent.

    La conception moderne ou anthropologique de l'histoire, celle qui pour faire court substitue à l'apocalypse chrétienne la notion de "progrès social" (radicalement étrangère à l'esprit évangélique), revient à redonner au temps un rôle positif ; autrement dit, le culte du veau d'or et la religion du progrès social ne forment qu'une seule et même religion.

    Si vous entendez vanter le progrès social et Jésus-Christ dans le même discours, c'est que vous êtes en présence d'un suppôt de la deuxième bête, qui a deux cornes "semblables à celles d'un agneau" et qui parle "comme un dragon".  

  • Illuminati - faits et science (1)

    Un Français sur cinq croit aux Illuminati, d'après un sondage (Ipsos, mai 2014), dont une majorité de jeunes gens. Compte tenu du sentiment diffus d'accaparement du pouvoir et des richesses par une caste de privilégiés, il n'y a rien d'étonnant à ce que le complotisme fasse tache d'huile ; cela d'autant plus que cet accaparement n'a pas été dévoilé par les médias, l'institution scolaire, les parlementaires, les représentants de cultes officiels, bref aucune des "autorités morales consacrées", mais a éclaté au grand jour à la faveur de la crise économique et de scandales financiers.

    Ce dévoilement involontaire n'a fait que renforcer la conviction que les autorités morales couvrent derrière des slogans démocratiques creux un état de droit antidémocratique...

    Je pourrais citer cent exemples de représentants officiels du pouvoir politique et moral dont les déclarations qui se résument à : "Circulez, il n'y a rien à voir !", ont sans doute fait naître ou renforcé chez ceux qui les écoutaient la conviction d'un complot - ou disons plutôt, à ce stade, d'un fonctionnement antidémocratique des institutions politiques et morales. Contentons-nous de citer l'exemple du "nègre" de l'ex-président N. Sarkozy, M. Henri Guaino, revendiquant pour un meilleur exercice du pouvoir politique une certaine "opacité" (dans le contexte de l'affaire J. Assange). Cela revient à reconnaître publiquement que la liberté de la presse est toute relative.

    Au demeurant, c'est ce M. Guaino qui a raison : la politique exclut la transparence ; elle l'a toujours exclue et l'exclura toujours. La politique est donc essentiellement de l'ordre du complot. Mais c'est le mensonge inverse qui est enseigné au sein du "système scolaire" (le caractère systématique de l'enseignement scolaire n'est sans doute pas étranger non plus aux réactions de défiance de certains jeunes gens), à savoir que l'idéal démocratique est un idéal de transparence. L'idée que "la vérité sort de la bouche des enfants" a sans doute pour pendant exact que "le mensonge sort de la bouche des politiciens, sous la forme la plus commune de belles promesses".

    Dans une gazette démocrate-chrétienne, une journaliste fustige le "complotisme", prétendant voir dans l'internet une de ses principales causes. On pourrait déduire d'une telle argumentation la conclusion pratiquement opposée de la faillite du système scolaire ; une faillite justifiant de ne plus se fier à cette institution.

    Sur ce point on peut, à l'instar de Hannah Arendt (in : "La Crise de la Culture"), voir dans la culture de masse une des causes principales de la crise de la culture et de l'éducation (tout en précisant un peu mieux que cet essayiste que la science est un domaine parfaitement distinct de l'éducation et de la culture). Or le divertissement de masse, l'industrie de la musique, celle du cinéma, celle des jeux vidéos, etc. sont un instrument entre les mains des élites ; et les "complotistes" pointent justement du doigt des stars du "show-business".

    En parlant de démocratie-chrétienne, le moins qu'on puisse dire est qu'elle tend des verges pour se faire fouetter, puisque ses représentants n'hésitent pas à siéger à Bruxelles dans un parlement qui a l'apparence d'une tour de Babel, et que les parlementaires qui y siègent désignent parfois entre eux sous ce nom le bâtiment qui les abrite. Il suffit d'ouvrir une bible pour apprendre ce que signifie "Babylone" pour les juifs et les chrétiens - Babylone, pour les juifs et les chrétiens a le sens de... complot. La dénonciation du complot illuminati se nourrit de ce type de symbolisme. A de multiples égards, tant symboliques qu'économiques, la construction européenne est susceptible d'alimenter la théorie d'une captation organisée du pouvoir.

    La thèse du complot illuminati est donc banale dans la mesure où le complot politique est une démarche avérée en même temps que banale, en particulier dans les périodes de crise ou de révolution ; où la théorie du complot des Illuminati sort des sentiers battus, c'est qu'elle coïncide avec une tentative d'unité politique à l'échelle mondiale inédite ; à vrai dire les rêves napoléonien, hitlérien ou soviétique, comportent déjà cette dimension d'idéal ultranationaliste et de guerre mise au service de la paix mondiale. Il y a peut-être dans la thèse du complot illuminati une tentative de déceler le plus grand commun dénominateur de ces totalitarismes successifs ou parallèles ? Il convient d'y ajouter le totalitarisme dissimulé derrière l'argument de la démocratie-chrétienne, et dont l'actualité montre assez bien qu'il repose principalement sur la cupidité.

    Quant à la consistance scientifique de la thèse du "complot illuminati" - c'est-à-dire la réalité d'une philosophie totalitaire en rapport avec cette dénomination, nous l'examinerons dans un prochain chapitre.

  • La Déesse Mère

    "La Déesse Mère" est le titre d'une enquête sociologique et mythologique de Shahrukh Husain sur une figure centrale de la mythologie païenne, la déesse-mère, rapportée tantôt à la terre ou à la lune. Isis est une dénomination parmi les plus connues ; on peut encore citer la Déméter grecque, qui forme avec sa fille Perséphone, Hadès et Zeus, un système écologique complet, décrivant de façon imagée une partie du cycle vital.

    On en trouve des versions édulcorées aujourd'hui dans le culte républicain de la semeuse Marianne, ou d'Europe. Si la mythologie païenne antique peut paraître éloignée, l'obsession identitaire moderne traduit un mysticisme matriciel proche.

    On touche ici au féminisme dans sa dimension religieuse, qui présente plus d'intérêt que les revendications juridiques des groupes de pression. A propos du christianisme, l'ouvrage de Shahrukh Husain comporte quelques erreurs, s'agissant de l'opposition dans la mythologie chrétienne entre des figures féminines néfastes, et d'autres pures et vierges ; mais dans l'ensemble l'ouvrage est assez juste et impartial, expliquant clairement comment la déesse-mère a repris du poil de la bête dans l'Europe chrétienne, à travers le culte de la vierge Marie.

    "L'amour physique est présent dans un certain nombre de traditions tantriques, en tant qu'allégories de l'union mystique entre la Déesse et son serviteur. Tout en garantissant la paix après la mort, cette union apporte également "jivanmukti", la libération en ce monde. Les rapports sexuels sont censés renverser les barrières sociales, et débloquer le flot des énergies indispensables à la fonction créatrice de la Déesse, une fonction que l'adepte s'efforce d'imiter lors de l'acte sexuel.

    Les "tantra" et le "kama soutra" élèvent la femme en la coulant dans le même moule que la Déesse. A l'autre extrême, l'apocalypse de saint Jean l'Evangéliste, qui clôt le Nouveau Testament de la Bible chrétienne, retentit des imprécations lancées à l'encontre de "l'abomination et du caractère répugnant... de la fornication". Les femmes, les cités et la Déesse (sous forme de la grande prostituée de Babylone) sont condamnées comme pécheresses ayant colporté cette marchandise dégoûtante qu'est le sexe (...) Mahomet, pour sa part, n'a jamais prôné le célibat, et le Coran contient peu de traces de la haine du sexe. (...)"

    - D'abord une correction : la "fornication" n'est pas, dans le christianisme, l'acte sexuel physique ; Jésus-Christ, a contrario de toutes les religions païennes, ne fournit pas d'éthique sexuelle ; il ne condamne pas la chair, pour la simple raison qu'elle est déjà condamnée, vouée à la mort selon le péché. Jésus prend ainsi la défense d'une femme adultère condamnée à mort par l'éthique sexuelle des pharisiens. La "fornication" est un péché contre l'Esprit qui consiste à exalter la sexualité. Cette exaltation mystique est indispensable dans le paganisme afin de définir ce qui est moralement correct ou pas, afin de préserver l'ordre social. Si dans certaines castes de l'Inde, on brûle parfois la mort d'un notable, c'est en vertu d'une mystique et d'une morale sexuelles. La détermination sacrificielle de la société, infernale aux yeux des chrétiens, trouve dans le mysticisme sexuel une large part de son mobile. Le tantrisme ou la mystique n'ont pas que des aspects réjouissants.

    Ceux qui s'intéressent à l'art chrétien peuvent comprendre ainsi pourquoi le "Roméo et Juliette" de Shakespeare est un pamphlet violent contre la culture médiévale, en raison du mysticisme sexuel qui anime les personnages principaux de la pièce.

    - Le fait que la théologie catholique romaine soit aujourd'hui réduite à un décalque du tantrisme, satanique ou fornicatrice par conséquent, devrait interpeller brutalement ses derniers adeptes ; mais la culture est comme la tradition ou les rêves, conçue pour dépenser et se dépenser, non pour penser.

    shahruk husain,déesse mère,déméter,isis,coran,mahomet,kama soutra,tantrisme,babylone,prostituée,apocalypse

    *Déesse-mère béotienne (VIIe s. av. J.-C.) ; l'obsession identitaire ou génétique des nazis, leur volonté de former un genre à part, dérive bien d'un mysticisme sexuel païen ; et cela d'une manière facile à comprendre : sans l'aspect sacrificiel, pas de militaires.

    Le caractère pornographique n'est pas simplement dans le nazisme, il vaut mieux dire que l'éthique nazie est plus raffinée que les autres, probablement parce que le mélange baroque de paganisme et de christianisme en Allemagne était peu adapté à une Allemagne industrielle et prolétaire. S'il y a bien une matière marquée par le déterminisme et l'environnement social, c'est le mysticisme sexuel.

     

     

     

  • L'Expérience de Dieu

    L'Expérience de Dieu n'est pas possible, dira le prêtre, car si elle était possible le ministère du prêtre serait inutile.

    La trappe des ministres du culte de Babylone, découverte par le prophète Daniel, n'est autre que l'hypothèse de dieu. Si quelqu'un vous dit que les choses virtuelles ont plus de consistance que les choses réelles, vous êtes en présence d'un de ces prêtres babyloniens parasites.

  • Le Vernis craque

    Quand j'entends parler de culture, je devine qu'il y a du viol d'enfants dans l'air. L'apologie de la culture, cette fine couche de vernis recouvrant la bête humaine, est toujours le fait du curé dévoreur d'enfants.

    La femme qui enfante malgré tout, contre tous les avertissements de ne pas ajouter de la douleur à la souffrance du monde, celle-là devra protéger son enfant de la culture si elle veut son bien, le sevrer au plus vite du lait maternel de la culture. Et celle qui le fait le mieux, qui n'a de cesse de flanquer au feu les vanités, c'est l'Epouse du Christ, l'Eglise des saints qui sont au ciel.

    Magnifique massacre d'attachés culturel dans Elseneur par Hamlet, pour contribuer à l'épiphanie de l'Esprit. Grattons le mastic, flanquons le feu au vernis de Babylone, elle ne tient plus que par lui.