Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le monde

  • Désinformation du Monde

    Le quotidien de propagande capitaliste «Le Monde», aussi dépendant que les banques d’affaires françaises du soutien financier de l’Etat républicain en cas de défaillance, n’a jamais raté une occasion de désinformer ses lecteurs à propos du christianisme, ou de diffamer celui-ci.

    Une querelle entre deux ex-conseillers du président Sarkozy est l’occasion pour «Le Monde» d’afficher en caractère gras sur son site : «Charles Maurras (1868-1952) était une figure de l’extrême-droite catholique».

    Peut-être ne faut-il pas chercher très loin l’explication à la malveillance systématique du «Monde» à l’égard des chrétiens. Le «monde» désigne en effet dans le christianisme la puissance satanique, opposée à l’avènement du christ de la fin des temps. «Mon royaume n’est pas de ce monde» dit en outre le Messie à ses apôtres, renversant ainsi comme il fait systématiquement l’ordre humain, ou ce que les professeurs nomment aujourd’hui «anthropologie», science qui va bien au-delà de l’étude de l’homme, puisqu’elle consiste surtout à le justifier, et qu’elle est l’axe de subversion de la science (L’anthropologie place en effet l’homme au centre de l’univers, pour le besoin de la cause morale ou politique ; elle soumet ainsi la science aux paradoxes mathématiques). L’amour chrétien de la science ou de la vérité a pour contrepartie le mépris de l’anthropologie, «science sans conscience» selon le mot de Rabelais, car ne retenant de la science que l’usage ou la fonction mécanique. Autrement dit l'anthropologie contribue à créer un inconscient collectif extrêmement dangereux pour les personnes les plus faibles, et qui les crucifie véritablement, pour reprendre la comparaison avec l'instrument de torture des tribunaux romains.

    - Charles Maurras est une sorte de Nitche français, qui ne clame pas aussi fort que ce dernier sa haine de Jésus et des chrétiens, mais ne se prive pas d’insulter les apôtres du Christ. Contrairement à Nitche qui rêve d’une restauration de la religion païenne romaine («Dieu, famille, patrie»), Maurras se félicite quant à lui que l’Eglise catholique romaine ait opéré la transformation du christianisme en religion d’Etat. On a pratiquement avec Maurras le point de vue le plus éloigné de Molière, qui s'employa au contraire à montrer le caractère de théocratie égyptienne du régime de Louis XIV (siècle où l'emprise des "banques chrétiennes" devint à peu près définitive).

    Ce diagnostic maurrassien, bien qu’il a une part de vérité, n’empêche que l’ordre juridique fantasmé par Maurras soit une pure chimère, comme le retour du paganisme romain rêvé par Nitche. «L’histoire ne repasse pas les plats.» C’est encore d’être une pensée historique, opposée à la pensée juridique, qui sépare le christianisme des religions païennes anthropologiques qui cultivent l’inconscient collectif. Tous les grands historiens occidentaux, à commencer par Shakespeare, mais aussi Karl Marx, sont nettement sous l’influence de la pensée chrétienne anticléricale (le clergé est privé de ses anciennes prérogatives par l’apôtre Paul et Jésus-Christ), et ils ramènent par conséquent à l’apocalypse, récit historique synthétique de la chute des nations impies.

    Le paganisme implique le négationnisme historique, au contraire, sur lequel il fait prévaloir la constitution juridique et le droit. C'est le tour de force de la doctrine nazie de G.W.F. Hegel, en particulier (propagée en France par Sartre et divers autres logocrates), d'inventer un négationnisme historique discret, sous la forme d'un millénarisme juridique, apparemment historique, mais qui ne l'est pas plus que les utopies totalitaires prétendument chrétiennes ou païennes auparavant.

    - On peut presque dire, et Shakespeare invite à le comprendre, que le négationnisme maurrassien ou païen a une cause sexuelle pédérastique ou incestueuse, tant l’identification des institutions morales et politiques à une mère ou une matrice est constante dans l’histoire. L’histoire n’est pas faite pour rassurer l’homme, tandis que la science anthropologique ou juridique, elle, n’a pas d’autre fonction.

    Maurras n’a donc jamais pu séduire que trois sortes d’imbéciles :

    1/ des catholiques au niveau de la kermesse ou du folklore, qui n’ont jamais lu les évangiles et la proscription par le messie de toute forme d’utopie morale ou politique (les institutions juives et romaines ont d’ailleurs collaboré à l’assassinat de Jésus).

    2/ des néo-païens qui, comme les admirateurs de F. Nitche encore une fois, sont incapables d’observer l’évidence que le transfert de souveraineté du monarque ou de l’élite aristocratique au peuple est non seulement un phénomène irréversible, mais que l’organisation même du monde même a rendu ce transfert symbolique nécessaire, qui n’empêche aucunement les élites d’accaparer le pouvoir ; des néo-païens pour qui le droit a par conséquent le même usage qu’une drogue, puisqu’ils en ignorent l’usage pratique. Le paganisme, dans l'Antiquité, a rarement atteint un niveau intellectuel aussi bas.

    3/ des esprits aussi obtus et acharnés que Maurras à ignorer que la devise romaine «Dieu, famille, patrie» est sans doute la moins contestée en Allemagne, et la plus contestée en France depuis des siècles, où l’esprit s’est élevé heureusement un peu plus haut que celui du maquignon ou du hobereau de province, accroché à son cadastre.

    On voit ainsi l'habileté du "Monde" à faire passer pour une idéologie d'extrême-droite catholique, celle qui arrange en réalité le mieux le monde des affaires républicain, dont ce périodique subventionné est l'organe de propagande principal. La présence de "maurrassiens" dans le conseil de l'Etat ainsi que dans de nombreux organes de presse capitalistes est donc parfaitement naturelle, Maurras étant le plus inapte à s'opposer à l'esprit publicitaire du monde, qui assure le maintien de l'élite dans ses prérogatives, bien au-delà de ses compétences, notamment en matraquant le peuple à l'aide de contrevérités érigées en dogme par des journalistes.

  • Internet et la censure

    Internet commence à poser des problèmes au gouvernement  de Sarkozy. D'une situation où l'UMP s'était adjoint les services du crétin blogueur-vedette Loïc Le Meur, on est passé assez rapidement à une situation de "dissidence larvée" des blogues qui commence à poser un problème institutionnel, ne serait-ce qu'à cause des millions qu'un gouvernement démocratiquement élu, quel qu'il soit, au moins depuis Goebbels, est obligé de dépenser dans la propagande, rebaptisée "communication".

    Autrement dit à quoi sert "Le Point", à quoi sert "Le Monde", si les blogues contredisent pour pas un rond des journalistes grassement payés à bourrer le mou de l'opinion publique dans TOUS les domaines.

    Et la situation de la France est plus "avancée", dans la mesure où le nombre de blogueurs est très supérieur à celui de tous les autres pays, compte tenu de l'individualisme des Français et de leur niveau élevé d'équipement (tous les services gouvernementaux répètent en boucle depuis cinq ans que les gamins qui n'apprennent pas à se servir d'un ordinateur sont voués à l'arriération mentale, contre la plus élémentaire vérité que l'humanisme vrai se passe aussi bien d'ordinateurs que de la machine à calculer de Blaise Pascal.)

    On avait prévu les profits de la pornographie en ligne (l'essai du "Minitel rose" aidant), ceux des services marchands, même s'ils s'avèrent beaucoup moins juteux que la traite des Hongroises ou des Slovaques par dizaines de milliers, mais on ne se doutait pas qu'il y aurait des blogueurs, autant de blogueurs.

    Surtout on ne se doutait pas qu'ils ne se contenteraient pas tous de recopier les articles de "Libé" ou du "Figaro" tels quels, ou de commenter le dernier épisode de "Plus Belle la Vie". On ne s'attendait qu'à des blogueurs dans le style de Jean d'Ormesson ou de Laurent Joffrin.

    Bien sûr les blogues sont "a priori" beaucoup moins dangereux que des radios ou des télévisions libres, susceptibles d'ameuter rapidement des foules d'auditeurs. Mais on peut poser l'axiome suivant que, dès l'instant où la vérité sera publiée sur internet et que cette vérité sera accessible facilement à travers le dédale de "sites" (la "Propaganda Staffel" en est réduite, paraît-il, à acheter des mots-clé dans "Google" pour tenter d'étouffer la contradiction !), un groupe de députés réclamera alors qu'une forme de censure efficace soit mise en place sur le ouaibe, car les blogueurs ne vérifient pas leurs informations, tandis que les baveux officiels, eux, disent la vérité, toute la vérité et rien que la vérité que le ministère de l'Intérieur leur livre gratuitement. Jamais un bobard dans la presse officielle. Ou très peu. Si peu que les lecteurs ne s'en rendent même pas compte.

    Il y a un an ou deux, la journaliste de télé Marie Drucker s'inquiétait qu'on puisse parler librement sur internet de la choa, jusqu'à débattre de ses modalités ou de ses mobiles, auprès de Serge Klarsfeld, célèbre chasseur international de nazis. Comment pouvait-il laisser s'ébattre tous ces petits Le Pen librement sans rien faire ?

    Celui-ci lui fit cette réponse tolérante que les discussions sur le ouaibe peuvent être assimilées à des correspondances privées. Je signale de nouveau cette "jurisprudence" à l'attention de quiconque serait attaqué en justice pour des propos tenus sur internet et "passant la mesure" de ce qu'on peut écrire dans un pays démocratique, libéré de son passé clérical et monarchique, où brille le soleil de la liberté d'expression.

    Serge Klarsfeld n'est pas magistrat, ni rabbin, ni curé, certes, mais sans conteste il fait partie des plus hautes autorités morales du pays et il est un des défenseurs de la communauté des Français la plus sensible aux attaques et à l'humour noir. Faut bien sûr pas se faire trop d'illusions. Un chasseur de nazis qui ne changerait pas d'avis ne serait qu'un imbécile comme tout le monde.

    Comment elle fait cette phrase de Voltaire, au fait. Ah oui : "Je ne suis pas d'accord avec vous, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire ?" Une référence un peu dépassée. On venait alors à peine de sortir du Moyen-âge.

  • Viande froide

    La preuve que Gracq n'intéresse que les illettrés ou les machabées m'est fournie par un lecteur du "Monde" - on ne choisit pas toujours ses amis. Celui-ci me fait observer que la nécro. de Gracq est signée Poireau-Delpech, raseur de première classe lui aussi, mais surtout cané depuis belle lurette, avant Gracq par conséquent.

    Le titre du papier est un calembour : "Profil Gracq", quelque chose comme ça, vu qu'entre les petits escrocs de province abonnés au "Canard enchaîné", la racaille républicaine qui ne jouit que des déboires des puissants, et les grands bourgeois qui ne jurent que par "Le Monde", la différence s'est estompée.

    Pourquoi mon pote persiste-t-il à acheter "Le Monde" ? "Par routine", me répond-il, acquiescant toujours lorsque je lui fais remarquer la médiocrité de tel ou tel papelard, un soi-disant critique d'art, Harry Bellet, qui recopie un dossier de presse sur Schongauer pour trente balles de l'heure, un expert ès religions, Tincq, qui ne connaît même pas la sienne dans le détail. La routine tue.

     

  • Les Sept Samouraïs

    medium_ronin.gif

    Il y a un dissident français que je respecte depuis longtemps, c'est Jean Madiran, que je me garderais de qualifier de "philosophe". Son combat pour la liberté de la presse force le respect. Je le range parmi les "Sept Samouraïs", même s'il est moins japonais que Nabe ou D. Venner.
    La vindicte de Colombani, le directeur du Monde, qui tenta en vain de le faire taire en réclamant des centaines de milliers de francs de dommages et intérêts devant les tribunaux, est un signe qui ne trompe pas. Il n'y a pas d'arrangement possible avec Madiran, pas comme avec Pierre Péan.

    Cela posé, je dois dire que la démonstration antimarxiste de Madiran ne me convainc pas. Madiran est maurrassien, ça veut dire qu'il a forcément un peu la tête dans les nuages - Maurras, c'est "trente ans d'inaction française", comme a dit un railleur.

    Le reproche que Madiran fait à la dialectique marxiste de nuire à la vérité, en lui substituant la notion de progrès, n'est pas justifié. Il ne faut pas confondre les marxistes imbéciles, dans le domaine de l'histoire de l'art ceux qui voient en Lautrec une préfiguration de Picasso, par exemple, ou en Géricault une préfiguration de l'artiste contemporain "expérimental", et Marx lui-même. Il ne faut pas confondre l'original et la caricature. D'ailleurs le "sens de l'histoire", c'est une notion plutôt hégélienne, et Marx se démarque nettement de Hegel.
    En quoi la dialectique marxiste est-elle un outil très différent de la dialectique grecque ? Thèse, antithèse, synthèse ; sauf que chez Marx la synthèse n'est pas définitive. Marx juge qu'on ne peut atteindre l'objectivité absolue par la pensée, mais il ne dit pas que la vérité n'existe pas. C'est au contraire un passionné de la vérité, un anticommuniste en somme.

    Il y a bien des cacouacs qui collent sur Baudelaire l'étiquette d'"antimoderne", d'autres sur Bloy ou Claudel celle d'écrivains "philosémites", d'autres encore qui font de Péguy un philosophe existentialiste, tout ça pour se faire mousser eux-mêmes… Faut-il rendre Baudelaire, Bloy, Claudel et Péguy, responsables de ces billevesées ?

    Madiran, il me semble, fait abstraction de l'intention des caricaturistes. Si Dagen, critique d'art officiel au Monde, s'efforce de faire de Géricault un peintre expérimental, c'est pour pomper un peu de sa force à Géricault et tenter de la réinjecter dans le bordel de l'art moderne dont il est un des tenanciers. Dagen n'est pas si con, il sait parfaitement que Géricault est avant tout un peintre expérimenté. Le dindon de ce discours, c'est le lecteur du Monde. Il y a bien au départ une intention de tromper son monde et le "sens de l'Histoire" n'est pas en cause ici.