Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sioniste

  • Au coeur des ténèbres

    Il faut remercier les romanciers qui nous entraînent au coeur des ténèbres : L.-F. Céline, V. Gheorghiu, et bien d'autres ; je cite deux romanciers que j'ai eu la chance de lire alors que j'étais encore adolescent. Les romanciers britanniques ont la capacité de vous entraîner au fond du gouffre, tout en faisant preuve d'humour, ce qui est sans doute shakespearien. En effet le tragédien a fait éclater la bombe de l'humour au beau milieu d'une époque extrêmement violente elle aussi, où des chrétiens faisaient brûler d'autres chrétiens au nom du christianisme.

    Contrairement aux films montrant l'horreur de la Shoah, ces oeuvres ne désignent pas d'autre coupable que la bêtise humaine. En diabolisant Hitler, on lui a fait une publicité inutile ; rien n'est plus séduisant que le diable, d'ailleurs, tandis que le catéchisme est ennuyeux.

    Les romanciers qui nous entraînent au coeur des ténèbres du XXe siècle ont le mérite de ne pas dissimuler l'ampleur du mal ; on ne s'attaque pas au mal en traitant son voisin de fachiste ou de communiste.

    Huxley et Orwell sont les plus dissuasifs de croire que la barbarie occidentale prend fin en 1945, suivant la légende dorée. Hannah Arendt a expliqué pourquoi le crime d'Eichmann était banal (il est étatique, et l'Etat moderne totalitaire abolit l'éthique), et certains propagandistes sionistes ou communistes ont tenté de la censurer par calcul.

    Bien sûr on peut préférer l'opium, un opium quelconque permettant d'ignorer le trou vertigineux de la bêtise humaine ; ou on peut le colmater avec Dieu ou le Hasard, Allah, toutes les religions épiméthéennes, dans leurs versions traditionnelles ou chimiques - le trou béant n'en est pas moins là, menaçant pour tout le monde.

    Montrer, exhiber la bête humaine est donc salutaire.

    J'ai connu un type qui revenait tout droit de l'enfer : il n'en avait pas une connaissance livresque, mais bien réelle ; il y avait été plongé subitement à l'âge de l'innocence, comme un enfant voit soudain ses parents volatilisés par un tir de roquette. Le temps avait fait son effet cicatrisant, mais pas complètement : la joie le mettait très mal à l'aise ; je crois qu'elle lui paraissait un mensonge, de la pacotille en comparaison de l'or noir des ténèbres, dont l'éclat s'était fixé dans sa mémoire.

    Ceux qui ont voyagé jusqu'au bout de la nuit, et qui en sont revenus pour nous avertir du danger, sont donc nos frères.

  • Pourquoi pas sioniste

    - Qu'est-ce que j'en ai à faire de la shoah, me disait récemment un jeune type d'une vingtaine d'années, je ne m'en sens pas responsable, pas plus que du bombardement d'Hiroshima !?

    - Oui, lui répondis-je, il serait plus logique que tu te sentes responsable des noyades de migrants organisées par les institutions européennes ici et maintenant.

    - Organisées ?

    - Oui, dans le sens où les institutions européennes sont une organisation économique et sociale, qui place manifestement la "valeur travail" au-dessus de la "vie humaine", comme faisait le régime nazi. Les migrants ne sont pas sur des embarcations surchargées au milieu de l'océan par hasard. Le hasard est une explication dont seuls les imbéciles du calibre d'Eichmann se satisfont.

    - On ne peut pas comparer quelques milliers de migrants noyés en mer parce qu'ils avaient l'espoir de trouver un travail clandestin et ont pris la mer au péril de leur vie, et le sort de millions de Juifs...

    - Sur ce point il te manque un peu de recul. D'abord, les milliers de noyés ne sont que les morts faciles à compter : l'esclavagisme contemporain fait beaucoup, beaucoup plus de morts, et dans des circonstances souvent bien pires que la noyade, qui dans la Manche est précédée d'un engourdissement anesthésiant. Ni toi ni moi ne tiendrions bien longtemps dans l'une de ces mines où l'on extrait des minerais essentiels à la production de tas de gadgets. Idéalisée en Occident, la prostitution dans la banlieue du paradis occidental est une déchéance difficile à supporter... Il y a quelque chose d'assez propre dans la noyade, en fin de compte.

    C'est un peu comme le nombre de morts au cours des guerres modernes : on devrait se contenter d'une fourchette si on essayait de comptabiliser les victimes collatérales de cette organisation du travail à l'échelle mondiale.

    - Je ne vois toujours pas le rapport avec le nazisme...

    - Eh bien, mais le nazisme est une culture industrielle avant tout, qui faisait la promotion du travail à l'entrée des camps : "Arbeit macht frei", exactement comme les leaders judéo-chrétiens aujourd'hui.

    - Mais je ne vote même pas pour ces f. institutions européennes et les enc. qui siègent là-bas !

    - Fils de pute.

    - Hein ?

    - "Fils de pute" est plus théologique ; le détournement des Ecritures saintes est assimilé à la prostitution. Fils de putes les croisés qui partaient "délivrer le tombeau du Christ" ; fils de pute les "judéo-chrétiens" qui font passer leurs calculs pour la vraie Foi et lisent la Bible en propriétaires. Ils devront affronter la colère de Jehovah-Yahveh.

    - Euh, excuse-moi, mais je n'y crois pas trop...

    - Sur ce point tu manques encore un peu de recul. Puisque tu ne mets pas ton bulletin dans l'urne, c'est de la complicité passive et non active. C'est à peine mieux : on peut dire que tu t'en laves les mains.

    - Je ne peux quand même pas attaquer le parlement européen à la mitraillette : les représailles seraient terribles !

    - En effet, il a été appliqué un ratio de un pour quinze environ par les sionistes ; quinze Palestiniens pour un Juif tué ; pas loin du tarif nazi appliqué aux terroristes. Et après ça on trouve des gugusses pour écrire que la démocratie-chrétienne est un peu mollassonne ! Les leaders démocrates-chrétiens ne sont pas plus mollassons qu'Eichmann, si on étudie la chose de près. L'hypocrisie les rend encore plus dangereux. L'Etat atténue le sentiment de culpabilité des criminels de guerre modernes. Plus l'Etat est une personne morale puissante, moins ses fonctionnaires ont de moralité. Ils ignorent même ce qu'est la moralité ; ils se contentent de gravir les échelons sans se retourner.

    - On est forcément tous complices ; l'organisation économique nous rend tous complices.

    - C'est ce que je disais récemment à des Témoins de Jéhovah : on ne peut pas se contenter d'attendre le Royaume de Paix en percevant les dividendes du Capital ; on ne peut pas se soustraire à l'Enfer comme ça.

    - Si même les Témoins de Jéhovah sont pourris...

    - Je ne dis pas ça ; je dis qu'on ne peut pas se contenter d'attendre... surtout quand on a vingt ans et qu'on a le goût de l'action.

    - ...ce qui suppose d'être capable de résister aux mille tentations de faire le mariolle.

    - Exactement, c'est le piège de cristal. Vous êtes tous, dans ta génération, censés crever des illusions qu'on vous injecte dans les veines. Celui qui ne vit pas de rêves représente une menace.

  • Sionisme et croisades

    Le chrétien "sioniste" est un type assez peu répandu en France, au moins pour deux raisons. La première c'est que l'Eglise romaine, communauté réduite aux caquets, cependant conserve grâce au soutien financier du patronat et de l'Etat une voix prédominante sur les autres sectes chrétiennes ; or Rome évite de donner des consignes politiques trop directives à ses ouailles, se contentant de recommandations morales (dupant lorsqu'elle fait croire que le capitalisme n'imprime pas nécessairement le mouvement à l'éthique moderne). L'imbécillité des catholiques romains éclata lors de la guerre 14-18, quand Bavarois d'une part, et Français de l'autre, s'étonnèrent du refus de Rome de soutenir l'un ou l'autre camp.

    - D'ailleurs l'anti-américanisme reste répandu en France, ce d'autant plus en période de crise que les Etats-Unis n'ont jamais séduit que par les effets de leur puissance économique et militaire des milieux populaires à qui sont infligée une propagande constante.

    Je m'aperçois que j'ai oublié de définir le "sionisme chrétien" : il s'agit d'une théologie grossièrement truquée destinée à servir de justification au pacte militaro-industriel entre les Etats-Unis et Israël, quand bien même la domination de la puissance nord-américaine sur le monde est éclatante, et la condamnation des nations et des hommes en armes figure dans les écritures chrétiennes. Le sionisme chrétien est une théologie aussi grossière que celle du sinistre Bernard de Clairvaux jadis pour justifier les croisades, visant par conséquent à la mobilisation d'imbéciles au service d'une cause à laquelle ils ne sont pas directement intéressés. Il faut, du point de vue chrétien, deux bandes de singes humains du même niveau de spiritualité pour qu'il se produise, entre eux, un "choc des cultures". Et les études historiques montrent que les ordres religieux militaires officiellement chrétiens, se prosternaient en réalité devant des idoles (bien plus propices à leurs entreprises commerciales et militaires).

    - A l'appui du "sionisme chrétien", comme on peut le lire sur le forum de discussion "Actualité chrétienne", fréquenté semble-t-il surtout par des chrétiens francophones réformés (site auquel le réprésentant de commerce démocrate-chrétien Patrice de Plunkett apporte sa caution), une eschatologie complètement débile ; c'est-à-dire typique de l'amalgame "judéo-chrétien", qui ne dit jamais pourquoi le sacerdoce du clergé juif est caduc selon Jésus et ses apôtres ; l'amalgame revient à introduire le négationnisme de l'histoire dans le christianisme, alors même que le sens de l'histoire a été insuflé dans le monde par les apocalypses juives et chrétiennes.

    - Ce sionisme repose d'abord sur des citations tronquées d'Isaïe ou d'Ezéchiel, prophètes qui annoncent essentiellement la venue du Messie véritable Jésus-Christ, contrairement aux apocalypses de Jésus et des apôtres, tournées vers la fin des temps et l'avènement du "fils d'homme". Le caractère mythologique des prophèties juives n'est pas pris en compte, pas plus que le renversement par Jésus-Christ, au nom de l'Esprit, de l'ordre humain moral et politique auquel les nations étatsunienne et israélienne sont adossées. Bien entendu, le culte de la terre des ancêtres est exclusivement païen, et il n'y a pas d'identité juive possible.

    Les prophéties d'Isaïe comme celle d'Ezéchiel renferment d'ailleurs de violentes imprécations contre le peuple hébreu, prémonitoires de l'aveuglement des prêtres d'Israël, qui les entraîna à assassiner le Sauveur (c'est chez le prophète Daniel, auquel Shakespeare fait allusion dans "Hamlet", que l'on peut trouver non seulement l'annonce du Messie, mais aussi des prophéties sur la fin des temps et l'avènement du fils d'homme, qui concordent avec les prophéties chrétiennes ultimes, auxquelles le tragédien anglais se rattache. EN AUCUN CAS ON NE SAURAIT TROUVER DANS L'APOCALYPSE L'INDICATION D'UN PARTI-PRIS MORAL OU POLITIQUE. La spiritualité chrétienne n'accorde pas de sens catholique à des valeurs que les hyènes elles-mêmes se montrent capables de défendre avec moins d'hypocrisie : patrie, famille, et fruit de la chasse.

    Israël n'est pas pour un juif authentique un territoire ou une nation/une mère providentielle, mais la femme chantée dans le Cantique des cantiques, la fille de dieu, soumise à lui et à nul autre. De même la femme aux douze étoiles entre le soleil et la lune figure aux yeux des chrétiens l'épouse de Jésus-Christ, c'est-à-dire l'histoire des fidèles apôtres de Jésus-Christ, inscrite dans les cieux. La fille "émancipée", par conséquent, dont l'assomption est désormais permise.

    - Un certain Luc Henrist, sur le site mentionné, avance des arguments un peu plus sérieux, mais néanmoins inappropriés. Il refuse d'ailleurs la qualification de "sioniste", sachant sans doute qu'elle est forcément ridicule, puisque Sion est le symbole du salut, et que le message universel des apôtres n'a de sens que par le salut et l'eschatologie.

    L. Henrist entend prouver qu'il est le moins antisémite des hommes. Il cite l'épître aux Galates de Paul ; mais celui-ci n'a rien à voir avec l'antisémitisme, notion floue et sujette à controverses. Paul prévient les gentils dans cette épître qu'ils ne doivent pas répéter la même erreur que les pharisiens, et qu'ils ne seront à l'abri de le faire que s'ils restent fidèles aux évangiles. La dernière erreur serait d'y voir une incitation à pactiser avec le pharisaïsme des juifs - erreur qui ne ferait que s'ajouter à toutes celles dont l'iniquité du monde est grosse. L'élection des gentils à la suite d'Israël, "l'olivier franc" selon Paul, ne ferme pas aux juifs la voie du salut.