Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sexe

  • Guerre des Sexes

    La place que la sécurité tient dans l'idéal féminin du bonheur, tandis que l'homme au contraire ne peut s'épanouir sans prendre de risque, cela suffit à expliquer pourquoi la concorde entre les sexes est impossible.

    Cela explique aussi pourquoi les Anciens rapprochaient la femme de la figure de la Mort, car celle-ci incarne la sécurité et le confort absolus.

    Le nouveau testament est hostile au mariage a priori dans la mesure où il est une source de complication, et donc d'égarement, à l'instar de toutes les ambitions sociales ; on voit le Messie répondre avec agacement à toutes les questions sociales qui lui sont posées, dont une à propos du mariage, Lui qui est venu pour parler de l'Esprit de Dieu et non de choses triviales.

    Comment comprendre la doctrine de l'apôtre Paul en matière de mariage ? D'abord il faut la comprendre comme une concession à l'esprit du temps. Le célibat du Messie est le modèle proposé au chrétien afin de se rapprocher de Dieu. Paul se retrouve ici dans la position de Moïse, qui fut contraint de concevoir des règles matrimoniales, comme explique le Messie, parce que les Juifs avaient "la nuque raide" (c'est-à-dire qu'ils n'entendaient rien au message des prophètes).

    On note que les moeurs de la bourgeoisie moderne ont rendu la doctrine de Paul pratiquement inapplicable puisque l'apôtre accorde au mari le pouvoir de commander sa femme, ce qui contredit la législation civile en vigueur dans la plupart des pays occidentaux.

    Il faut encore noter que les chrétiens qui ont choisi de vivre en communauté à l'écart du monde et de demeurer chastes n'obtiennent pas toujours les fruits spirituels qu'ils devraient ; nombreux sont en effet les moines qui ont publié des propos mondains et dénués de profondeur spirituelle. Cela s'explique encore sans doute par la faiblesse de l'homme et son enracinement dans la chair ; celui-là même qui se fait eunuque n'acquiert pas en un seul jour la force de qui sait résister à la chair.

  • Transgression

    Il n'y a rien de moins transgressif que l'amour du sexe. Aussi verra-t-on volontiers dans le chimpanzé, réputé érotomane, un modèle de citoyenneté.

    Il n'y a rien de plus transgressif, au contraire, que l'amour de la science, comparable à un aigle dans le ciel, dangereux pour tous les reptiles.

  • Tout est sexuel

    Le fameux axiome de S. Freud est exemplaire de la mentalité germanique (il ne faut pas oublier que Freud est explicitement antisémite comme Nietzsche ; c'était, comme on a coutume de dire, un juif "assimilé", c'est-à-dire qu'il n'était pas juif au regard de la Bible).

    - Exemplaire aussi de la mentalité bornée de certains savants biologistes du XIXe siècle ; bien sûr il n'est pas difficile d'établir que le sentimentalisme n'est que l'illusion de l'amour, et qu'il est, lui aussi, enfermé dans le cadre biologique ; le sentimentalisme est la sexualité des impuissants sexuels ; mais le sentimentalisme n'en constitue pas moins une faiblesse ou une tare, du point de vue biologique, difficilement explicable par les lois de la biologie.

    - bien sûr l'hypothèse de l'évolutionnisme et du transformisme n'est pas loin, car pour avaler cette science peu expérimentale, il faut effectivement penser que "tout est sexuel", pour l'homme autant que pour l'animal.

    La psychanalyse et le darwinisme sont donc deux philosophies naturelles qui contribuent au totalitarisme et, contrairement à un préjugé répandu en France, la psychanalyse et le darwinisme sont très loin d'être des sciences "athées" ou même "anticléricales". La doctrine antichrétienne et néo-païenne de Nietzsche fournit ainsi peu d'appui au darwinisme. Dans de nombreux discours, le pape allemand Ratzinger a apporté sa caution à la psychanalyse, quand bien même la drogue et l'alcoolisme ravagent les Etats-Unis, nation la moins suspicieuse dans le caractère véritablement scientifique de la psychanalyse.

    Il est important pour les authentiques juifs ou chrétiens, au contraire de la racaille des faux témoins soi-disant "judéo-chrétiens", de se démarquer de la psychanalyse, morale néo-païenne adaptée à nos régimes technocratiques, et par conséquent peu dissuasive contre l'aliénation de l'individu à des systèmes grégaires technocratiques.

    Si l'idée de "liberté sexuelle" est répandue par le clergé dans les régimes totalitaires libéraux, c'est précisément parce qu'il n'y a pas de liberté sur le terrain sexuel ou biologique, et que c'est une méthode efficace pour faire obstacle à la liberté d'inciter à la chercher là où elle n'est pas.

     

  • La Guerre des Sexes

    L'idée que la guerre entre les sexes peut être abolie est une idée de curés catholiques romains afin de s'attribuer le beau rôle de pacificateurs. Une de ces idées dont Nitche a raison de dire qu'elles ont été causes d'immenses catastrophes psychologiques et humaines. Une de ces idées auxquelles les évangiles ne fournissent aucun encouragement. La culture chrétienne opère un renversement parfait de l'esprit évangélique ; c'est ce que Nitche n'a pas compris : la démolition pierre par pierre par Shakespeare de la culture chrétienne n'obéit pas à un mobile athée, mais bel et bien catholique ou "universaliste". 

    Dès le début, cette idéologie féministe cléricale a donné lieu à une contre-littérature (de la part de Machiavel, notamment, mais pas seulement) ; cette littérature cléricale ne relève pas exactement de "l'amour courtois", qui s'avère pratiquement pur au départ (Xe-XIIe siècle) de tout prétexte chrétien, même bidon. La littérature cléricale féministe consiste à exalter l'esprit de sacrifice féminin et à en faire une vertu chrétienne et sociale éminente.

    La guerre des sexes, comme toutes les guerres, n'est jamais aussi violente que lorsque les deux forces en présence sont à égalité. En outre, il est bien sûr vain d'opposer sur le terrain sexuel, comme sur le terrain culturel, la guerre à la paix. Tout esprit pacifiste un peu sérieux refusera de se fonder sur la culture, sachant parfaitement qu'il ne peut s'émanciper de la violence guerrière - une culture qui prétend pouvoir s'affranchir de la violence, c'est celle-là la plus néfaste et dangereuse.

    Une fois constaté que la culture "judéo-chrétienne" est la plus néfaste de tous les temps, on n'a pas encore compris le sens de l'histoire ; mais ce constat est un préalable indispensable. La modernité pue comme le Danemark selon Shakespeare.

    La culture féministe moderne est donc l'héritière du féminisme catholique romain. Ce dernier fut plus actif dans la péninsule italienne qu'en France. D'abord parce que les Italiens entretiennent avec leur mère des rapports amoureux incestueux qui fait d'eux des sortes de "catholiques romains innés" ; ensuite parce que le lien est fréquent dans la littérature française anarchiste entre le cléricalisme et les femmes. Invariablement à travers les siècles, les femmes se rangent toujours derrière le point de vue clérical dominant.

    Ce n'est pas un hasard si Simone de Beauvoir a importé en France la philosophie de Hegel la plus religieuse, à partir de laquelle on peut définir le culte moderne le plus fanatique.

    Quant à la conception abstraite de la femme défendue par Simone de Beauvoir, seul un esprit judéo-chrétien moderne ne verra qu'elle est potentiellement suicidaire et qu'elle renouvelle les délires insanes de ces aristocrates espagnoles que l'on enfermait dans des couvents.

  • Ethique

    "Je n'ai jamais rencontré personne qui eût autant d'appétit pour la vertu que pour le sexe."

    Confucius

    C'est un point sur lequel le christianisme n'est pas très éloigné de Confucius : lire "Tartuffe".

    Il n'y a pas de péché ou de faute dans le christianisme contre l'ordre public ou la morale. Il n'y a pas de péché dans le christianisme contre l'homme, il n'y a que des péchés contre l'Esprit de dieu. Le type de péché, seul, qui déclenche la colère du Messie et des fils du tonnerre ses apôtres, puisqu'il contredit directement leur mission de propagation de l'esprit de Dieu, qui est un esprit de vérité et non d'éthique. La seule science accordée à l'éthique, c'est la technique (la science des élites) : c'est, comme le relève Rabelais avec lucidité, la plus inconsciente, la moins responsable, donc la plus dangereuse ; la société moderne revendique et défend avec férocité ce qui est le plus dangereux pour elle-même.

    Le rapprochement de la science et de l'éthique est typique du nazisme, et non pas de l'humanisme.

    La fornication est ainsi un péché contre l'esprit de dieu. On le retrouve à la fois dans le commerce d'offrandes dans les sanctuaires catholiques romains (Lourdes est un cas typique d'enrichissement par la fornication, connu de beaucoup de Français), mais encore dans la mystification de l'art chrétien érotique, charge directe contre l'esprit de dieu. Elle est relativement rare et isolée dans le catholicisme romain, tant sa contradiction avec les saintes écritures est flagrante, mais bien présente néanmoins dans les spéculations religieuses des deux derniers papes, Ratzinger et Wojtyla. Le cas de J. Ratzinger est assez clair, selon moi : il souffre d'un mal typiquement allemand, et contre lequel les Français sont mieux prévenus, à savoir l'élitisme aigu. Jamais ou presque l'Allemand ne suspectera que ce qui sort de l'université et de la bouche des universitaires peut-être profondément débile et inepte ; que la "fonction publique du savoir" ou la "culture scientifique" sont des choses étranges. L'Allemand raisonne comme un bidasse ou un militant : la tête dit forcément vrai et ne peut pas se tromper. Luther, c'est l'exception.

    "Roméo et Juliette" est une pièce sur le thème de la fornication et son sens chrétien. Le mysticisme des théories économiques libérales, qui dans les charniers modernes ont joué un rôle bien plus grand que Hitler, est directement lié au mysticisme de l'union charnelle, dont Shakespeare souligne les conséquences catastrophiques, et qui coïncident en effet avec cette démence propre à l'Occident. Il y a dans Shakespeare une condamnation sans appel de l'Occident moderne ; l'exécution de la sentence est laissée aux soins de cet Occident lui-même, suivant la méthode de Médée.

    (On excusera Shakespeare de laisser le thème de la romance ou du drame bourgeois à un littérateur porcin dans le genre de Stendhal.)



  • Sex Machine

    Une gazette de philosophie pose la question: "Le sexe est-il aussi important qu'on le dit ?"

    La philosophie, aujourd'hui, est vraiment l'art de poser des questions auxquelles on a déjà répondu depuis plusieurs millénaires.

    La société mondiale des nations est une société mercantile: elle ne peut donc absolument pas se passer du sexe. En termes d'organisation, le sexe est décisif. A chaque état d'oppression politique correspond une rhétorique érotique. On constate, par exemple, que dans le régime totalitaire où nous sommes, la sexualité est beaucoup plus ludique et virtuelle qu'elle n'était auparavant, bien que le jeu implique quand même l'élimination de plusieurs centaines de milliers d'embryons chaque année en Europe. Les nouvelles moeurs sexuelles reflètent la désindustrialisation de l'Occident. L'homme occidental moderne -il est plus juste de dire le "connard"-, a une idée de la sexualité proche de l'idée de la production industrielle véhiculée par la publicité.

    On peut d'ailleurs caractériser la pensée libérale comme une pensée entièrement publicitaire, c'est-à-dire faite pour occulter les dangers du sexe. Le libéralisme est beaucoup plus dangereux que le nazisme. Les libéraux ont d'ailleurs triomphé facilement des nazis, comme le renard domine le loup dans les contes.

    On mesure d'ailleurs l'efficacité des sophistes libéraux à imposer leurs clichés sur la dernière guerre mondiale, leur capacité à occulter totalement la cause coloniale essentielle du conflit, et lui substituer une cinématographie grossière.

    - Jusqu'à un certain point, on ne peut pas reprocher à la psychanalyse de faire de la sexualité une chose essentielle. Le sexe est vital, par conséquent il est logique d'en faire, sur le plan thérapeutique, une chose primordiale. Là encore, l'obsession sexuelle particulière des femmes et des enfants n'est pas une découverte de la science moderne. On peut dire que l'érotisme a une valeur d'autant plus grande que les personnes sont dans un état de frustration sexuelle. Sur le plan de l'organisation, le capitalisme requiert la frustration des catégories inférieures de la société. Très clairement, le lien entre l'oligarchie incarnée par Barack Obama et la population pauvre immigrée qui a élu ce dernier tient dans la frustration de cette dernière, que celui-ci promet de combler. C'est exactement le procédé du nazisme pour resouder la nation allemande. Hitler a eu le don de masquer le caractère irrémédiable de l'exploitation du peuple par l'élite.

    Ce régime de frustration rend la médecine de l'âme nécessaire, bien qu'elle soit assez inefficace. Pratiquement, l'industrie pornographique joue le même rôle que la psychanalyse, et le remplit mieux, car l'incapacité à s'adapter aux moeurs libérales est bien plus le fait du sexe masculin. Le libéralisme s'appuie sur l'idéalisation de la femme. S'il y a pu avoir un discours féministe sincère, traduisant une volonté d'émancipation de la condition féminine, il y a longtemps que ce discours ne fait plus que coïncider avec la propagande libérale. Principalement afin d'occulter la bestialité de ce régime.

    Le plan où la psychanalyse atteint l'imposture, pour ne pas dire qu'elle renforce le totalitarisme, c'est lorsqu'elle prétend, par-delà la médecine, être une philosophie. Cela revient à faire passer l'érotisme pour une chose spirituelle, au mépris de la science, pour le seul profit du commerce.

  • Capital et Sexe

    Marx compare la philosophie allemande à la masturbation. Celle-ci paraît une simulation du sexe. Mais il y a déjà dans le sexe sans masturbation beaucoup de dissimulation, et pas seulement de la part des femmes. Une femme voilée au moyen âge est d'ailleurs prédestinée au sexe comme une putain capitaliste d'aujourd'hui qui fait voir le haut de ses cuisses et se prétend "libre".

    Il n'y rien dans l'islam qui s'oppose radicalement à la chiennerie capitaliste. Sans quoi je m'y convertirais immédiatement.