Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guerre

  • Guerre des Sexes

    La place que la sécurité tient dans l'idéal féminin du bonheur, tandis que l'homme au contraire ne peut s'épanouir sans courir des risques, cela suffit à expliquer pourquoi la concorde entre les sexes est impossible.

    Les Anciens rapprochaient la femme de la figure de la Mort, car la mort incarne la sécurité et le confort absolus.

    Le nouveau testament est hostile au mariage a priori dans la mesure où il est une source de complication, et donc d'égarement, à l'instar de toutes les ambitions sociales ; on voit le Messie répondre avec agacement à toutes les questions sociales qui lui sont posées, dont une à propos du mariage, Lui qui est venu pour parler de l'Esprit de Dieu et non de choses terre-à-terre.

    Comment comprendre la doctrine de l'apôtre Paul en matière de mariage ? D'abord il faut la comprendre comme une concession à l'esprit du temps. Le célibat du Messie est le modèle spirituel proposé au chrétien. Paul se retrouve ici, face aux premiers chrétiens, dans la position de Moïse qui fut contraint de concevoir des règles matrimoniales, comme explique le Messie, parce que les Juifs avaient "la nuque raide" (c'est-à-dire qu'ils n'entendaient rien au message des prophètes).

    On note que les moeurs de la bourgeoisie moderne ont rendu la doctrine de Paul pratiquement inapplicable puisque l'apôtre accorde au mari le pouvoir de commander sa femme, ce qui contredit la législation civile en vigueur dans la plupart des pays occidentaux.

    Il faut encore noter que les chrétiens qui ont choisi de vivre en communauté à l'écart du monde et de demeurer chastes n'obtiennent pas toujours les fruits spirituels qu'ils devraient ; nombreux sont en effet les moines qui ont publié des propos mondains dénués de profondeur spirituelle. Cela s'explique encore sans doute par la faiblesse de l'homme et son enracinement dans la chair ; celui-là même qui se fait eunuque n'acquiert pas en un seul jour la force de qui sait résister à la chair.

    C'est un grave contresens d'interpréter la chasteté de Jésus-Christ comme un sacrifice, ou même comme une méthode. Le Messie n'éprouve pas un besoin charnel qui trahit la faiblesse humaine. Les athées le savent bien, qui pour démontrer que Jésus-Christ était un homme comme tout le monde lui prêtent des relations sentimentales ou sexuelles.

  • Le Christ anarchiste

    Derrière le voile de la fable, Shakespeare nous dit ceci : - L'Eglise catholique romaine a inventé l'anthropologie chrétienne et la doctrine sociale de l'Eglise afin de rétablir les droits de la propriété et de la guerre.

    Le secret de la folie du monde moderne est dans les monastères bien plus qu'il n'est dans les temples ouvertement dédiés à Satan.

  • Guerre & Paix

    Contre la guerre et la barbarie, il n'y a pas de moyen plus superficiel que la civilisation, sauf cette espèce nouvelle de civilisation que l'on appelle "démocratie".

  • Guerre et rhétorique

    "Moderne" et "démocratique" se dit aussi de la guerre sans merci que l'homme se livre en ces temps avancés où nous sommes rendus. L'hypocrisie et le cynisme contemporains feraient presque passer la guerre de Troie pour un match de rugby courtois.

    Mais, derrière le tissu de rhétorique afin d'accommoder la guerre à l'idée de progrès, les caractères restent les mêmes : il faut encore des types avides de gloire et obéissant au destin comme Achille pour trucider. On reste toujours aussi sourd aux cassandres qui prévoient que la technocratie mène au pire. La femme demeure toujours symboliquement l'enjeu de la guerre, c'est-à-dire que les actes de guerre sont commis par des féministes, ou des imbéciles dont l'éloge du sexe dissimule un comportement prédateur.

    De mauvais critiques estiment qu'il y a de la part d'Homère dans l'Iliade une esthétique de la guerre. C'est ne pas voir qu'il y a au contraire dans la guerre moderne et démocratique une part de laideur rhétorique extraordinaire. Ce n'est donc pas parce que la guerre moderne est un bourbier infâme de mots et de justifications anthropologiques hypocrites que Homère fait briller la guerre.

    Le propos d'Homère est bien plutôt de souligner le fondement guerrier de la culture. De sorte qu'il n'est aucune culture qui ne prenne sa source dans la violence, non seulement la culture grecque : s'il en était une, Homère serait périmé depuis longtemps.

    Un homme de culture est fondamentalement bestial, voilà ce que veut dire Homère en substance dans "l'Iliade". C'est la raison pour laquelle les chrétiens sont tentés de voir en Homère un tragédien juif, en raison de son mépris pour la culture, caractéristique de Jésus-Christ et des prophètes. Comprenez qu'on ne peut fonder une culture sur l'interdiction absolue de tuer figurant dans les tables de Moïse. La meilleure preuve en est du saccage systématique par les hommes de cultures chrétiens ou juifs à travers les millénaires de la mythologie chrétienne ou juive qui recèle ce mépris de la culture.

    Ce que Homère entend "par-delà la culture", c'est-à-dire n'étant pas soumis à la loi du destin, il nous le dit dans "L'Odyssée".

  • Athéisme

    Ce que les femmes aiment, ce ne sont pas les hommes mais leur capacité à faire la guerre. Ce que les hommes aiment, ce ne sont pas les femmes, mais leur incapacité à faire la guerre bien qu'elles soient douées pour la provoquer "par amour", disent-elles.

    Si l'on s'en tient à cet examen objectif des faits, l'Amour n'est pas, mais seulement la Nature, recouverte d'une couche de confiture sociologique.

    Il y a donc une sorte de science qui mène à l'athéisme. Mais le Christ Jésus lui aussi manifeste le plus profond mépris de la société, ses contrats, ses taxes, ses fêtes, son architecture... et pourtant il n'est pas athée.

  • La Guerre des Sexes

    L'idée que la guerre entre les sexes peut être abolie est une idée de curés catholiques romains afin de s'attribuer le beau rôle de pacificateurs. Une de ces idées dont Nitche a raison de dire qu'elles ont été causes d'immenses catastrophes psychologiques et humaines. Une de ces idées auxquelles les évangiles ne fournissent aucun encouragement. La culture chrétienne opère un renversement parfait de l'esprit évangélique ; c'est ce que Nitche n'a pas compris : la démolition pierre par pierre par Shakespeare de la culture chrétienne n'obéit pas à un mobile athée, mais bel et bien catholique ou "universaliste". 

    Dès le début, cette idéologie féministe cléricale a donné lieu à une contre-littérature (de la part de Machiavel, notamment, mais pas seulement) ; cette littérature cléricale ne relève pas exactement de "l'amour courtois", qui s'avère pratiquement pur au départ (Xe-XIIe siècle) de tout prétexte chrétien, même bidon. La littérature cléricale féministe consiste à exalter l'esprit de sacrifice féminin et à en faire une vertu chrétienne et sociale éminente.

    La guerre des sexes, comme toutes les guerres, n'est jamais aussi violente que lorsque les deux forces en présence sont à égalité. En outre, il est bien sûr vain d'opposer sur le terrain sexuel, comme sur le terrain culturel, la guerre à la paix. Tout esprit pacifiste un peu sérieux refusera de se fonder sur la culture, sachant parfaitement qu'il ne peut s'émanciper de la violence guerrière - une culture qui prétend pouvoir s'affranchir de la violence, c'est celle-là la plus néfaste et dangereuse.

    Une fois constaté que la culture "judéo-chrétienne" est la plus néfaste de tous les temps, on n'a pas encore compris le sens de l'histoire ; mais ce constat est un préalable indispensable. La modernité pue comme le Danemark selon Shakespeare.

    La culture féministe moderne est donc l'héritière du féminisme catholique romain. Ce dernier fut plus actif dans la péninsule italienne qu'en France. D'abord parce que les Italiens entretiennent avec leur mère des rapports amoureux incestueux qui fait d'eux des sortes de "catholiques romains innés" ; ensuite parce que le lien est fréquent dans la littérature française anarchiste entre le cléricalisme et les femmes. Invariablement à travers les siècles, les femmes se rangent toujours derrière le point de vue clérical dominant.

    Ce n'est pas un hasard si Simone de Beauvoir a importé en France la philosophie de Hegel la plus religieuse, à partir de laquelle on peut définir le culte moderne le plus fanatique.

    Quant à la conception abstraite de la femme défendue par Simone de Beauvoir, seul un esprit judéo-chrétien moderne ne verra qu'elle est potentiellement suicidaire et qu'elle renouvelle les délires insanes de ces aristocrates espagnoles que l'on enfermait dans des couvents.

  • Guerre et amour

    Si Homère est historien, c'est parce qu'il nous montre que la guerre et l'amour sont pour l'homme sur le même plan ; et que cela est valable en tous temps, en dépit des sermons des sophistes platoniciens visant à démontrer que l'homme est intrinsèquement bon.

    L'historien ne fait pas dans le détail, contrairement au chroniqueur mondain.

    La guerre est un art érotique ; la manière dont chaque civilisation fait la guerre reflète sa façon de faire l'amour. Un dessinateur lucide sur la lâcheté croissante des soldats français au cours des âges, les montrant de plus en plus éloignés par la puissance de feu de leurs adversaires, aurait pu faire le même dessin à propos de l'amour, de plus en plus "virtuel" sous nos latitudes.

    J'ai entendu un jour un pornocrate, c'est-à-dire un type auquel son banquier accorde plus de garanties qu'à un maquereau, parce qu'il donne des signes d'adhésion à la démocratie et aux valeurs actuelles, témoigner du progrès conjoint de la pornographie et de la technologie. On peut en dire de même de la guerre : elle stimule l'esprit terre-à-terre des ingénieurs.

    Un historien occidental doit savoir que dans cette métamorphose des comportements militaires et amoureux, l'Eglise romaine a joué un rôle décisif. S'il l'ignore, c'est un imbécile ou un menteur (Il y a dans l'Université beaucoup de menteurs positifs, qui tronquent et truquent, et la profession d'intellectuel est la moins surveillée. C'est une profession dans laquelle on n'est pas capable de fournir une définition valable de l'intelligence, après trois mille ans de philosophie.)

    S'il n'y a pas de place dans le christianisme pour la culture, pas plus qu'elle ne trouve de fondement chez Homère, c'est parce que la culture est faite pour occulter l'aspect de prédation dans l'amour humain. Il n'y a aucun doute à avoir sur le fait que les soi-disant chrétiens qui suggèrent un plan érotique dans l'art chrétien sont d'authentiques suppôts de Satan. Les "armées chrétiennes" sont justifiées par la "culture chrétienne" : en aucun cas elles ne le sont par les saintes écritures et les apôtres véritables du Messie. Il faut ici se servir du glaive de Jésus, et trancher la gorge des faux prophètes qui prétendent le contraire.

    La culture occidentale paraît anodine, voire anecdotique : elle est en réalité un discours de haine diffus, mais extrêmement puissant, et sa barbarie excède celle du nazisme. C'est une explosion de chair potentielle, et les chrétiens doivent se tenir sur leur garde s'ils ne veulent basculer dans l'étang de feu, c'est-à-dire être happés définitivement par l'enfer où nous sommes.


  • Guerre et prédation

    Où il est facile de distinguer le marxisme du communisme, c'est que le second est un élitisme ; tandis que le propos de Marx est un avertissement contre l'élitisme. Tous les systèmes de pensée critiqués et renversés par Marx sont des modes de pensée élitistes : - la philosophie nationale-socialiste hégélienne, formule nouvelle du culte républicain; - le droit naturel (c'est-à-dire la subversion satanique du judaïsme et du christianisme, d'où dérivent les "nations chrétiennes ou juive") ; - la démocratie libérale, astuce juridique de l'élite bourgeoise pour se dérober à la responsabilité politique.

    L'attaque de Marx, comme celle de Francis Bacon Verulam à la fin du XVIe siècle, avant l'expansion brutale du capitalisme et de la technocratie occidentaux, porte sur le point qui tient le plus à coeur aux élites : l'art et la science.

    Bacon-Shakespeare prend l'exemple des clercs du moyen-âge qu'il brocarde dans ses aphorismes comme ses pièces de théâtre : l'élite est incapable de science ou d'art, elle est seulement capable de spéculer. Comprenez : l'art et la science de l'élite se situent au niveau religieux ou technique. Ils ne dépassent pas la satisfaction des besoins pratiques ; l'esthétique nationale-socialiste hégélienne, gros volume mystificateur, confond en réalité art et artisanat. Quelle est la devinette de l'art abstrait identitaire ou néo-nazi ? Il n'est autre qu'une apologie du travail. A la beauté ou la vertu platonicienne, l'art abstrait des élites nationales-socialistes a substitué une valeur dégradée de la beauté platonicienne, à savoir le travail vertueux (c'est d'ailleurs ce qui explique l'attrait des femmes pour l'art abstrait ou religieux, aussi féminin que Michel-Ange était viril).

    Et la science polytechnique des élites accomplit la tragédie contre laquelle Rabelais écrivit, de la "science sans conscience". On peut constater que les élites blanchissent systématiquement les polytechniciens génocidaires. Elles blanchissent la polytechnique exactement comme les barbares blanchissaient leur dieu.

    - Le même Francis Bacon invite à considérer le mouvement des sociétés comme un mouvement de prédation. "L'affaire DSK" est bien loin d'avoir un retentissement mondial par hasard, puisqu'elle a fait éclater le vernis humaniste de la bourgeoisie libérale. Bien que véniel, il fallait que le péché de DSK soit unanimement condamné par ses pairs, car comment empêcher la prédation des masses populaires, si elles se rendent compte que l'élite, en général, n'a pas d'autre plan, personnel ou général ?

    Le socialisme et la démocratie libérale ne sont d'ailleurs que des pastiches du système oedipien d'ancien régime. Du droit naturel égyptien découle une idée de la monarchie divine, la plus terre-à-terre : celle-là même que l'apocalypse chrétienne affronte ; la souveraineté populaire ne fait que dériver de cet ordre monarchique, plus physique. Pour filer la métaphore shakespearienne, on peut qualifier la démocratie libérale de "descente d'organes". Shakespeare a d'ailleurs montré l'innocence ou la débilité des monarques de droit divin, incarnations de la puissance physique (Richard II) ; une innocence qui se double dans l'ère chrétienne des pires vices ou de la démence, puisque l'apocalypse proscrit absolument un tel culte; il faut un clergé d'un exceptionnel satanisme pour le justifier, c'est-à-dire pour accorder le droit naturel au christianisme, qui de la première à la dernière ligne des évangiles le stigmatise comme un instrument de fornication païenne.

    - La prédation irrémédiable sur le plan social, à cause de la bêtise -au sens propre-, des élites: on en est toujours là.

  • Mon Journal de guerre

    En attendant mon "Journal de guerre 2008-2009" à paraître bientôt (ou bien tard), voici le mois d'avril au format PDF, encore assez éloigné de la forme définitive plus tranchante que j'entends donner à ma petite entreprise indépendante de démolition de la religion "judéo-chrétienne" - et sans oublier que contracter avec un éditeur, l'exemple passé de Diderot, ou plus récent de Céline le prouve, c'est comme vendre tout ou partie de sa science au diable. Mieux vaut faire pute si on a le sens de l'honneur.