Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

civilisation

  • Preuve de Dieu

    "Le suicide prouve Dieu." Léopardi

    J'ai déjà écrit sur ce blog comment la pensée de Léopardi réduit à néant la doctrine athée de Nietzsche, qui doit être comprise comme un néo-paganisme, c'est-à-dire comme une "culture de vie" (le mot "culture" ne fait pas partie du vocabulaire chrétien) différente du nihilisme athée contemporain (qui repose surtout sur l'argent, et que l'on peut définir sommairement comme une "culture du hasard").

    Il importe de comprendre pourquoi Léopardi a tenté de se suicider, ce qui n'était pas seulement un moyen de mettre fin à la souffrance inhérente à la condition humaine ; les amis de ce poète italien ont écrit que cette volonté n'était pas teintée d'amertume, ni de misanthropie - en quoi elle était d'autant plus surprenante.

    Bien qu'il fût malade et difforme (à l'inverse de sa poésie), la mélancolie de Léopardi ne venait pas tant de sa maladie, qu'il avait apprivoisée, que de sa difficulté à se résoudre à l'absurdité de la vie, qui est comme une blessure ouverte pour un homme de science, bien que la parole divine contribue largement à refermer cette blessure ; contrairement à l'estomac d'un imbécile, celui d'un homme de science ne se rassasie pas avec des paradoxes.

    Face à cette absurdité, que les religions superstitieuses ou absurdes ne font qu'accroître, resserrant encore plus l'étau de la condition humaine, Nietzsche propose une forme de conciliation, un moyen terme, à savoir l'Art ; un art qui, contrairement à la tendance moderne, vise avant tout la jouissance (l'art moderne est plus religieux, qui vise la démonstration). C'est pourquoi Nietzsche a proclamé l'art supérieur à la science, sachant ou devinant que celle-ci n'ouvre pas droit à un compromis. Pour Nietzsche il n'importe pas tant de triompher de l'absurdité de la condition humaine (suivant l'invitation de Jésus-Christ), que de s'en accommoder de la meilleure manière, en quoi l'art pur consiste.

    D'une certaine façon, on peut dire que Léopardi a moins craint de s'exposer à la métaphysique que son homologue allemand Nietzsche, pour qui la vertu et la jouissance qui en découle furent d'abord une question de survie, avant de devenir un système et une doctrine utopiques (le nazisme a prouvé qu'ils l'étaient), dans la mesure où il ne suffit pas de nier les choses métaphysiques pour qu'elles soient privées d'effet.

    A l'inverse, Léopardi a démontré l'absurdité et le paradoxe de la quête de jouissance, sans pour autant nier que l'homme ne soit contraint de se soumettre à cette quête.

    Cela n'a pas empêché Léopardi, paradoxalement, de produire une poésie plus belle et limpide que celle de Nietzsche, et de se raffermir grâce à elle.

    - De la même façon nous pouvons dire que "le suicide de la civilisation occidentale prouve Dieu", car l'Occident est écartelé entre des aspirations aussi contradictoires que la jouissance et la liberté, dieu et l'humanité, etc.

    Au chrétien les preuves de dieu ne manquent pas plus qu'au païen, en raison de l'histoire qui se déroule sous ses yeux.

     

  • Civilisation

    Dans un dessin-animé pour les gosses : "On ne peut pas résumer la civilisation inca aux sacrifices humains."

  • Choc des civilisations

    Dieu lui-même, par la voix de son fils Jésus-Christ, proscrit à ses disciples de prendre part à la civilisation. On voit auparavant Moïse et son peuple fuir la civilisation, symbolisée par l'Egypte, pharaon et ses soldats.

    L'expression de "choc des civilisations" ne fait que décrire la civilisation en voie ou en cours d'implosion, ployant sous le nombre des instincts et des volontés contradictoires.

    La doctrine catholique au service de la civilisation est certainement l'aspect le plus évident du satanisme de cette religion "évolutive". Si la doctrine catholique romaine est aussi changeante, c'est parce qu'elle accompagne le changement de civilisation - et par conséquent le choc, car le conservatisme est le but de la civilisation et non le changement indéfini. Qui faut-il croire ? Augustin d'Hippone qui clame son indifférence vis-à-vis de la chute de Rome, ou les papes modernes qui prétendent détenir le secret de la paix mondiale et pouvoir en faire bénéficier les grands de ce monde ? Il faut croire les évangiles, qui dissuadent de croire que la civilisation peut être fondée sur une vérité universelle.

    Le relativisme de l'Occident, terme beaucoup plus précis pour décrire la religion partagée par la plupart des Occidentaux, athées actifs ou croyants passifs (démocrates-chrétiens), est la preuve que la théologie catholique n'a aucun fondement universel ; on juge l'arbre à ses fruits, prononce le Christ contre la tentative des Juifs d'accorder la loi de Moïse à leurs intérêts et l'échec de cette solution.

    Le manque d'intérêt des chrétiens pour l'art et la civilisation peut paraître égoïste à un esprit païen. La raison de ce mépris, outre qu'il serait complètement fantaisiste de vouloir rétablir la civilisation au point de non-retour où elle est rendue (c'est la tentative, plus vaine que déshonorante, du régime nazi), s'explique parce que la paix et le salut requièrent toutes les forces du chrétien, y compris sa volonté qu'il tient de Satan, grand ordonnateur de la vie et des choses vitales. 

  • Grandeur et décadence

    Les Etats-Unis vous dégoûtent de la civilisation comme le grand âge dégoûte un homme de vivre. Naître aux Etats-Unis est comme naître de parents trop vieux.

    Et je ne parle pas seulement pour moi, du désintérêt définitif que le spectacle de cette nation en train de sombrer dans la bêtise sentimentale m'a inoculé pour les questions politiques et sociales - je parle aussi du dégoût que les Etats-Unis ont inspiré aux philosophes les plus indépendants issus de cette nation, car si le culte du veau d'or est significatif de l'idée de civilisation, la spéculation financière désorganise entièrement ce type de culte en le privatisant. Une religion dont la signification triviale n'est plus occulte perd sa fonction d'agrégation.

    Les Etats-Unis sont surtout condamnables en tant qu'ils font office d'élément de preuve ou de modèle à la plupart des mensonges modernes.

    Si Nitche a autant de considération pour l'art et la civilisation, c'est dans la proportion de son état de faiblesse physique. De fait, la pratique de l'art peut faire office de bouée de sauvetage pour un jeune Américain, tombé par hasard dans le merdier du cinéma, cet art parfaitement identifiable aux méthodes de Goebbels, et qui trahi la nature bourgeoise du régime nazi.

    On peut voir en Nitche le philosophe du désengagement, capable de discerner que "l'art engagé" ne fait que renouveler la propagande catholique pour le compte de la bourgeoisie. Cependant la vie et la jouissance demeurent des perspectives relativement modernes et limitées. L'Antiquité avait conçu que la philosophie doit se tenir à l'écart des questions existentielles, déterminées par le problème de la vie et de la mort, faute de quoi elle se ferme les portes de la science.

    L'existentialisme est donc un antihumanisme, et cela plus encore dans sa version communiste, sartrienne ou moderne, entièrement narcissique, que dans la version réactionnaire de Nitche. L'existentialisme est un antihumanisme, parce qu'il met la science au service de l'Etat, renversant ainsi la tentative de penseurs chrétiens occidentaux pour rétablir la science contre le monopole du clergé et de la science scolastique. 

  • Théorie du plaisir

    S'il n'y a pas chez Léopardi, contrairement à Nitche, d'accusation contre le christianisme en général d'être la source du malheur moderne, c'est parce que le poète italien est conscient qu'il est absurde pour l'homme de s'assigner le bonheur comme but dans l'existence. C'est tout au plus le fruit d'une saine éducation. La détermination au bonheur comme fin ultime est tout aussi absurde que celle, plus contemporaine, qui découle de la foi dans le progrès social, dans laquelle on décèle sans peine un avatar de la morale chrétienne, mais non du christianisme en général.

    Autrement dit, il ne peut y avoir de véritable spiritualité liée à la quête du bonheur, tout comme il ne peut y avoir de civilisation véritable qui ne vise à la conservation du bonheur, autant qu'il est possible, c'est-à-dire à condition d'exclure le principe égalitaire.

    L'utopie politique est un vecteur de destruction de la politique, sans pour autant posséder la moindre valeur spirituelle, ni même scientifique. Léopardi accorde au christianisme une consistance spirituelle que Nitche ne lui concède pas, et l'Italien ne relègue pas la métaphysique au rang des illusions.

    Après tout c'est le minimum pour un chrétien de savoir qu'il y a un décalage radical entre les exigences de la civilisation, nécessairement sataniques, et celles de la foi chrétienne. De même c'est le minimum pour un homme civilisé de concevoir que la civilisation est essentiellement conservatrice.

    Les nations où la drogue se répand comme une épidémie, tels les Etats-Unis, sont nécessairement des nations puritaines, car la jouissance que procure la drogue correspond à la promesse de jouissance macabre contenue dans les religions puritaines. On peut dire des drogues comme des religions puritaines qu'elles promettent beaucoup mais tiennent peu. A l'opposé la jouissance physique, fondant la culture de vie satanique (nitchéenne), est beaucoup plus immédiate et moins intellectuelle. Drogués et puritains ont en commun d'être rongés par la culpabilité, et rendus impuissants par elle.

    A quoi bon mener campagne contre la drogue ou l'alcoolisme si une institution aussi perverse que l'Education nationale persiste, son idéologie de caserne la plus propice afin de diriger les gosses vers l'autel de la consommation et en faire des victimes masochistes de la modernité ?

    - Léopardi considère comme Nitche la morale et l'art bourgeois existentialistes comme un mouvement de décadence, mais la fin du monde n'est pas pour Léopardi une fin qu'il faut exclure, au contraire de Nitche qui voudrait retrouver, grâce à l'extinction du christianisme qu'il espère proche (le christianisme libéral ou social n'est déjà plus aux yeux de Nitche qu'une vague pétition de principe sans plus de rapport avec le Christ et ses apôtres qu'une kermesse n'en a avec l'évangile) le chemin de la civilisation et de la vertu païenne. L'éternel retour de Nitche est à la fois un principe cosmologique assez simple, moins abstrait que la théorie de la relativité qui a pour effet "surréaliste" de transformer l'homme en démiurge de l'univers, un principe qui ne heurte pas la raison commune par son excessive originalité. Cependant il est la marque d'un intérêt pour le cosmos limité lui aussi au rapport que l'homme entretient avec lui, une philosophie naturelle plutôt qu'une science désintéressée. Léopardi envisage beaucoup plus sérieusement la "programmation" de la destruction du monde humain et il n'exclut pas que la décadence de l'Occident résulte d'une force bien supérieure à celles que l'homme puise hors de lui, mais dont il a décidé, parvenu à un état de gâtisme avancé, de s'attribuer la propriété intellectuelle.

     

  • Dans la Matrice

    "Nous, civilisations, savons que nous sommes mortelles." Paul Valéry

    - Nous, chrétiens, savons que l'Occident n'est pas une civilisation et qu'elle n'en sera jamais une. L'Occident est une stratégie de la terre brûlée.

  • Titanic

    Aucun chrétien ne saurait se porter au secours de la civilisation, puisque la civilisation et le christianisme poursuivent deux buts strictement opposés, comme le Christ et Satan.

    Il y a de quoi être sarcastique à propos des "défenseurs chrétiens de la civilisation", brave bourgeois abonnés au "Figaro" ou à quelque gazette capitaliste similaire.

    L'effondrement de la civilisation et des nations sur elles-mêmes a d'ailleurs du point de vue chrétien sa logique. Le principe conservateur de la civilisation est battu en brèche par une idée de progrès, social ou juridique, abstraite et artificieuse ; celui-ci entraîne un relativisme moral toujours plus grand. Contrairement à ce que prétend la philosophe nazie Hannah Arendt, l'éthique moderne n'est pas vectrice d'une criminalité banale ; celle-ci est au contraire marquée par l'irresponsabilité extraordinaire des élites technocratiques modernes, à qui l'argument du progrès sert de blanc-seing.

    Autrement dit, l'éthique païenne est marquée par le principe de responsabilité, tandis que ce n'est pas le cas de l'éthique moderne.

    Du point de vue évangélique, spirituellement opposé à la détermination éthique ou psychologique, bien qu'il soit plus rationnel que l'art moderne ubuesque, l'art païen antique n'a pas le caractère universel. Il exclut l'amour, ce qui est préférable que d'en procurer l'illusion, au profit d'une philosophie naturelle qui exclut la révélation à l'homme de l'amour au profit du moindre malheur social.

    Exiger l'amour sur le plan social est la calamité dont le monde moderne souffre ; cette quête amoureuse jusqu'à l'abaissement des valeurs au plan sentimental paraît une invention typiquement chrétienne, alors que paradoxalement les évangiles et les apôtres sont les plus dissuasifs de voir dans le mariage de Roméo et Juliette autre chose qu'un mécanisme naturel de consommation.

    "Chrétien" ou "juif" est devenu synonyme de "capitaliste", ne serait-ce que parce que les nations qui exercent leur domination militaire sur le reste du monde sont des nations qui arborent des insignes chrétiens ou juif. Ce n'est autre que la manifestation de l'antéchrist dans l'histoire, selon sa description évangélique. Qu'il en soit conscient ou non, peu importe, un suppôt de Satan tel que Nitche n'est que l'auteur d'une charge destinée à faire diversion. Mais le satanisme ne peut se nourrir des seules valeurs politiques traditionnelles, ni de la formule égyptienne de la civilisation, la plus pure.

    Quelle que soit la furie du monde, les chrétiens fidèles à Dieu et qui ne propagent par intérêt des mensonges sur la religion chrétienne sont sous sa protection. Nul ne sait mieux qu'un chrétien quel dieu bénit les nations et la civilisation.

     

  • Modernité

    La modernité est la dernière tentative de masquer l'odeur du Danemark de la civilisation.

    Plus la foi dans les mots est grande, moins la définition de ceux-ci est précise, et plus la bestialité de l'homme est flagrante.

  • Civilisation

    La civilisation est égyptienne ou elle n'est pas. La civilisation n'a fait que se dégrader depuis les pharaons. L'homme civilisé se dirige vers l'avant, ignorant que son but est derrière lui. Il n'y a rien de neuf sous le soleil de la civilisation depuis l'Egypte, que des formes anciennes plus ou moins bien remises au goût du jour.

    C'est pourquoi on trouve déja dans la Grèce antique des anarchistes bien plus pertinents que les nôtres, trouvant déjà la civilisation ennuyeuse et statique, et peu préoccuppés de bâtir une civilisation idéale. Cette race d'hommes a l'heur d'ignorer la sociologie et les anthropologues emberlificoteurs d'autrui pour se rassurer eux-mêmes.

  • Civilisation

    "Jésus-Christ, le premier, a désigné clairement aux hommes le laudateur et le maître de toutes les fausses vertus, le détracteur et le persécuteur de toutes les vraies, l'adversaire de toute grandeur réelle et proprement humaine, le contempteur de tout sentiment élevé, du moment qu'il ne paraît pas feint, de toute affection tendre, sitôt qu'elle semble profonde.

    Cet esclave des forts, ce tyran des faibles, cet ennemi des malheureux, il l'a nommé le monde, et c'est le nom qui lui est resté jusqu'ici dans toutes les langues modernes. Avant l'ère chrétienne, cette idée générale, qui est si vraie, qui a été et qui sera si profitable, n'est venue, me semble-t-il, à personne, et je ne connais aucun philosophe païen qui l'exprime par un terme unique ou sous une forme précise. Peut-être auparavant l'imposture et la lâcheté n'avaient-elles pas pris l'ampleur que nous leur connaissons et la civilisation n'en serait-elle pas arrivée à ce point où elle se confond pour l'essentiel avec la corruption.

    En somme, l'homme que je viens d'évoquer et que nous a montré Jésus-Christ, est l'homme que nous appelons civilisé : il est ce que la raison et l'intuition ne nous révèlent pas, ce que les livres et les éducateurs nous annoncent, ce que l'exemple de la nature nous présente comme chimérique et que seule l'expérience de la vie nous fait connaître, et admettre. Il me reste à ajouter que cette idée, bien que générale, s'applique, en tout point, à d'innombrables individus."

    Leopardi

    (la démocratie chrétienne est l'idée de "Jésus-Christ, sauveur du monde")

  • Ethique & Civilisation

    Le principe de base de l'éthique est de faire de ses qualités des vertus, et des défauts d'autrui des péchés. Ainsi les hommes reprochent habituellement aux femmes leur ruse et leur séduction, et les femmes accusent les hommes d'être brutaux et balourds.

    L'homme trouve ainsi dans son âme toutes les ressources pour se justifier et donner un sens à son existence.

    La civilisation ou la culture ne fait que répéter le même principe à l'échelon politique ou religieux. Il y a deux sortes de moralistes : ceux qui sont payés pour édicter la règle commune ou l'adapter à la nouvelle donne économique, et les moralistes plus indépendants, qui se chargent de ramener pour eux-mêmes l'éthique à un niveau plus raisonnable, quand les tartuffes officiels font de l'absurdité ou du nihilisme une raison de vivre. Ainsi de l'éthique actuelle, où le devoir assigné à l'homme est d'être un chancre ou un cinéphile : bien qu'isolés, cette morale a ses détracteurs.

    L'historien ne peut donc s'accommoder de l'idée de civilisation ou de culture, afin de discerner si l'histoire a un sens ou pas ; faute de quoi il ne fera qu'un album de clichés photographiques, adapté au contexte. En Allemagne, le catéchisme prête majoritairement à la révolution française de 1789 un sens chrétien idéaliste. Nitche, qui lui prête le sens d'une contre-culture catastrophique, a peu de disciples en Allemagne, en raison du fachisme et des lois éthiques contre lui. En France, le catéchisme prête majoritairement à cette même révolution française le sens d'une émancipation de la religion.

    En tant qu'elle inclut le progrès éthique et celui de la civilisation, l'histoire selon Hegel ne vaut rien. Hegel conduit au paradoxe typiquement anthropologique d'indiquer le mouvement ou la direction, en même temps qu'il indique la fin de l'histoire, ouvrant ainsi une voie royale au mercantilisme et à la justification du totalitarisme comme un progrès. Le sens de l'histoire selon Hegel, qui n'est qu'une cinématographie de l'histoire, est le sens que les élites rêveraient qu'il ait. La culture de masse, qui fait se tordre la bouche à quelques intellectuels raffinés, est un produit de l'élitisme.

    Le point de vue de l'historien dépasse celui de la politique ou de l'éthique. Il s'éloigne moins de la métaphysique. Et si l'historien ne se soucie pas du point de vue éthique, qui a atteint en Occident le niveau du relativisme ou du culte identitaire, que branlent tous ces comités d'éthiques scientifiques et leurs pseudo-experts ?



  • Sermon sur la chute

    de France.

    C'est sans doute un sentiment de gratitude qui incite les jeunes gens de dix-sept ans à se porter au secours de la France. Indifférents à cette cause, d'autres jeunes gens ont peut-être moins de raisons de louer la providence qui les a faits Français. Les sentiments sont toujours liés au besoin. Le patriotisme est la plus stupide manière inventée par les élites de satisfaire le besoin spirituel des enfants.

    Pourtant une civilisation qui ne fait que promettre l'enrichissement ne vaut pas qu'on la serve. Ce ne sont pas les promesses d'enrichissement non tenues qui doivent dégoûter, mais la richesse elle-même qui ne procure aucune force, creusant le besoin au lieu de le combler.

    Le bourgeois s'accorde le droit de refuser son héritage quand il est fait de dettes. Mais il ne permet pas à ses enfants d'en faire autant concernant la culture qu'il leur lègue.

    Les gosses de dix-sept ans prêtent la même vertu à la civilisation qu'ils prêtent à leurs mamans, quel que soit son âge. Le patriotisme est une doctrine de mère de famille.

    - La chute est assurée, c'est entendu, mais pour quand ?

    - Apprendre à ne pas chuter soi-même est la seule chose qui compte depuis l'origine jusqu'à la fin des temps.

  • La Civilisation est morte !

    Comme toutes les choses qui n'ont pas de sens, la civilisation ne peut durer.

  • Delenda est Roma

    Qu'est-ce que la civilisation, si ce n'est l'art de réduire l'humanité à une porcherie ? De faire de l'institutionnalisation de la sodomie le dernier raffinement social ?

    C'est la fable du "fils prodigue" qui correspond le mieux à l'état d'infériorité spirituelle dans laquelle se trouve l'homme civilisé, ayant quitté la maison de son père. Et la boue de la bauge où se vautrent les hommes civilisés, ils l'appellent "l'éthique", et ils en ont le groin tout barbouillé.

  • Dialogue avec l'Antéchrist

    - Tout au plus les antichrists peuvent-ils accuser les chrétiens d'être parfaitement inutiles sur le plan social : des parasites, comme le Reich allemand accusa les juifs et les communistes (pour ne pas se priver de trop de "bonnes troupes chrétiennes").

    - L'accusation de détruire la civilisation, en revanche, est infondée et participe de la recherche de boucs émissaires par la société.

  • Jésus et les prêtres

    - Jésus-Christ est l'homme le plus facile à vilipender, insulter, calomnier. Il l'a voulu ainsi, interdisant même à ses apôtres de le défendre contre les attaques. La colère du Christ n'est pas dirigée contre le blasphème et les blasphémateurs ; elle vise ceux qui empêchent le salut et l'apocalypse, les anthropologues de toutes sortes. Chaque fois qu'un des douze premiers apôtres du Christ a cédé au raisonnement humain, nécessairement étriqué, et que les anthropologues "rallongent" à l'aide de spéculations grossières, il a été vigoureusement tancé par le Christ.

    C'est une chose facile à comprendre, mais que les partisans démoniaques de la "civilisation chrétienne" s'efforcent de dissimuler, exposant leurs propres enfants à la damnation éternelle : seuls les faux dieux ou les idoles requièrent d'être défendues par les hommes. Satan s'appuie sur la propogande de la foi pour rameuter les foules, tandis que Jésus-Christ sait l'imbécillité quantique des foules, et qu'il ne ralliera jamais que des hommes sortis de la masse. Il y aura peu d'élus, car le plan social absorbe les faibles et les lâches.

    Il n'y a ni ETHIQUE, ni VALEURS chrétiennes. Seuls les chiens et les serpents peuvent se prévaloir d'une telle éthique, qui constitue un grave recul par rapport à la loi juive. Nitche a le mérite d'avouer que c'est par lâcheté qu'il hait le Christ, les anarchistes et les communistes, qui ne font aucun cas de la civilisation, masque satanique, qui plus est de plus en plus carnavalesque.

    La racaille n'a que ce mot-là à la bouche : "l'éthique", et je le dis pour les plus jeunes, réduits en esclavage par leurs aînés, qui n'ont pas eu le loisir de soulever la robe du langage moderne : ils parlent d'éthique parce qu'ils n'osent pas parler directement d'argent, fluide le plus "éthique" qui soit.

    Car dire "l'argent" reviendrait à avouer le pré carré que l'élite démocrate-chrétienne ou républicaine, en réalité, défend, et non la paix. Le courtier en banque démocrate-chrétien manipule l'éthique à longueur de journée : il lui est impossible de reconnaître qu'il n'y a là-dedans RIEN DE CHRETIEN, mais un opium dont il se nourrit, qui peut empoisonner tout son entourage. L'éthique est en outre comme le drapeau : elle sert à rallier des types sincères pour faire le sale boulot. Remarquez comme l'élite est absente sur ces champs de bataille où il s'agit de défendre la propriété et la civilisation. Remarquez comme l'élite est prompte à s'indigner de la sauvagerie de la soldatesque, qu'elle paie pour accomplir ses forfaits.

    - N'importe quel lâche peut donc s'en prendre au Christ. Seule la propriété est jalousement gardée, et les prêtres qui la défendent aussi dangereux que des serpents, retors au point d'exalter la folie ; de la rendre séduisante aux yeux du peuple. On fait aussi l'expérience de Dieu dans l'acharnement des médiocres à piétiner tous les progrès accomplis par l'esprit humain, afin de justifier leur petite vertu et leurs statistiques électorales.

    S'il vous plaît de défendre autrui contre les idoles de la terre et leur mobile carnassier, débarrassez-vous de l'armure de l'éthique ; comme la musique, elle vient du diable ; elle a été conçue par lui pour rassurer ses troupes, de plus en plus inquiètes du sort qui les attend, à l'approche de l'abîme.

  • Avertissement aux Romains...

    qui se disent "chrétiens".

    Le message évangélique est pur de toute doctrine sociale et doit le rester. Enseignant le contraire, vous introduisez le droit et le régime de la propriété dans le chistianisme. Introduisant le droit et le régime de la propriété dans le christianisme, vous introduisez le SCANDALE au nom du Christ aux yeux des enfants, tous ceux qui ont un coeur plus pur que le vôtre. Vous commettez ainsi le pire des péchés. Mieux vaut encore se prévaloir de la joie et de la civilisation au nom de l'Antéchrist, en avouant le goût du mensonge et des plaisirs.

    Si voir la vérité en face vous effraie, cent religions peuvent vous accueillir, selon votre mode de vie particulier, bénin ou extravagant, mais le Christ n'a cure de vos plans sur la comète ou cités idéales lamentables.

    Contre l'Enfer, nulle porte ne prévaudra, sauf celle de l'Eglise qui est au Ciel.