Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

antéchrist

  • L'Antéchrist ou la démocratie-chrétienne

    La démocratie-chrétienne représente l'antéchrist tel qu'il est décrit par l'apôtre Paul dans ses épîtres, comme la réplique de Satan à la parole divine.

    Ce phénomène historique est observable par un enfant, dans la mesure où la démocratie-chrétienne assume un pacte apparent avec le veau d'or et les nations.

    La doctrine satanique de Nietzsche, accusant les chrétiens d'être faibles et lâches, impuissants, se heurte à la réalité de nations démocrates-chrétiennes les mieux armées et les plus puissantes au monde, jusqu'à preuve du contraire.

    Un mot de la foi démocrate-chrétienne, à travers le propos de Robert Redeker, philosophe converti au catholicisme : "Je m'aperçois que la structure de ma pensée est catholique [?], comme (toutes proportions gardées) celle de Bossuet ou de Malebranche, deux maîtres. Catholique pratiquant, je suis croyant un jour sur deux, j'alterne entre la croyance et le doute, c'est ce qui s'appelle avoir la foi. Si la foi n'éprouve pas en permanence le doute, si elle ne le vit pas et ne le surmonte pas, si elle n'est pas mystérieusement sauvée de ce doute, relevé de lui, elle n'est rien. (...)"

    Comme je l'ai déjà écrit ici, le secret de la gnose ou de la mystification catholique romaine réside dans l'invention du purgatoire. A cette pure invention antichrétienne correspond une idée de la foi aussi fictive et étrangère à la parole divine - le concept probabiliste énoncé ci-dessus par le philosophe catholique Robert Redeker.

    L'étrange notion de "structure de pensée catholique" évoque une quelconque méthode philosophique ou scientifique ; mais comme notre philosophe évoque immédiatement après l'effet d'une puissance mystérieuse et indéfinie (la providence ?), on peut en déduire que l'absence de structure ou l'instinct définit la pensée catholique ; l'intuition féminine ?

    La foi chrétienne n'est pas alternance du doute et de la foi, car cette alternance est caractéristique de la psychologie et de la volonté humaines, dépendantes d'un concours de circonstances, principalement d'ordre biologique. La foi chrétienne n'est pas d'ordre psychologique ou vital, de même que, pourrait-on dire, l'amour véritable n'est pas une question de sentiments.

    La notion de doute est couplée avec celle la preuve de dieu, dont les chrétiens se dispensent parfaitement. Le doute est au coeur de la culture occidentale moderne, mais non de la foi chrétienne. 

  • Moyens de Dieu pour le Salut

    Les moyens de Dieu pour le Salut de l'homme diffèrent radicalement des moyens inventés par l'homme pour son salut.

    Quels moyens l'homme a-t-il inventé pour son salut, demandera-t-on ? La démocratie, la technologie, le socialisme, la révolution, la gloire, etc. C'est-à-dire tous les moyens censés répondre aux besoins politiques et éthiques de l'humanité, mais qui leur fournissent une réponse inadaptée.

    Le monde oppose donc au Salut de Dieu une résistance, non pas principalement sous la forme d'une négation de ce salut, tel que le principe satanique du "droit naturel", mais sous la forme d'un "humanisme judéo-chrétien" arbitraire, dépourvu de référence physique comme de référence scripturaire.

    Cette résistance subtile et non frontale au Salut de Dieu est décrite par l'apôtre Paul comme l'Antéchrist ; cette résistance subtile correspond à peu près à la "démocratie chrétienne", dont la propagande contredit l'apôtre en suggérant à l'homme de faire son salut par ses oeuvres, c'est-à-dire sans tenir compte de la Révélation, qui donne à la charité un sens dont les oeuvres humaines sont dépourvues.

     

  • Tragédie

    Tandis que le personnage principal de la tragédie antique est la bêtise, le personnage principal des tragédies de Shakespeare est l'antéchrist, c'est-à-dire une forme renouvelée de la bêtise.

  • Djihad chrétien

    J'emploie exprès le vocabulaire mahométan, qui suscite mépris ou effroi dans l'Occident efféminé, retranché derrière la bombe A, les hautes murailles de l'argent, le sentiment de puissance technocratique, le babil de ses pseudo-savants.

    Le djihad chrétien est formulé dans l'évangile de Matthieu, au chapitre X, citant le Messie :

    "- Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je suis venu apporter, non la paix, mais le glaive. Car je suis venu séparer le fils de son père, la fille de sa mère, et la bru de sa belle-mère ; et on aura pour ennemis les gens de sa propre maison. (...)"

    Le Messie ne cache pas dans ces paroles que le combat contre Satan est un combat sans merci et sans trêve. La violente iniquité du monde est la première raison pour le Messie d'offrir un glaive à ses disciples.

    L'Eglise romaine a pour mission d'empêcher le djihad chrétien, en lui substituant une "culture de vie" païenne, suivant une expression que les prêtres romains, profitant de l'imbécillité et de l'ignorance de leurs ouailles, n'hésitent pas à employer publiquement. Si on la rapporte au texte évangélique, on voit combien l'idée de paix civile mondiale, objectif des nations unies, non seulement heurte la culture païenne, au regard de laquelle la guerre est un élément fondateur de la culture, mais également le christianisme. A travers la "politique chrétienne", la morale soi-disant "judéo-chrétienne" des "grandes démocraties modernes", l'Antéchrist introduit donc un élément de zizanie majeur.

    L'évangile a une dimension tragique, que l'on retrouve chez Shakespeare, seul et unique tragédien chrétien, qui met en évidence l'ultime complot catholique des pharisiens (Polonius) et des veuves (Gertrude), Shakespeare qui déchire par avance le voile de l'occultisme technocratique. La culture moderne, quant à elle, peut se résumer à une tentative d'ensevelir la tragédie sous le divertissement et la propagande, le cinéma, afin que l'homme ne sache même pas pourquoi il est né.  Or, si l'on tire sur le fil de la modernité, qui consiste essentiellement à trouver refuge dans le temps, à faire le calcul d'une perspective infinie offerte à l'humanité, on remontera à la source de la philosophie catholique et des mathématiques chrétiennes. La modernité est pourtant une notion entièrement dépourvue de sens sur le plan historique. La parole divine juive ou chrétienne nous dit que les buts du progrès sont métaphysiques, et qu'à ce titre il ne peut y avoir aucun progrès sur le plan social, celui-ci étant le plus imperméable à la métaphysique. De quoi sont coupables les pharisiens et les veuves aux yeux du Messie ? D'avoir tiré une doctrine sociale de la loi de Moïse - d'avoir transformé un message spirituel en message anthropologique.

    - Ce qui différencie le djihad chrétien du djihad musulman, c'est non seulement la dénonciation de la croisade comme une entreprise satanique, les documents attestant des pratiques rituelles sataniques des prétendus "croisés chrétiens", mais aussi la mise en évidence de la stratégie de l'Antéchrist pour maintenir son emprise sur l'humanité, le plus souvent possible.

    A ma connaissance l'islam et le coran ne contiennent pas d'élucidation, comme les épîtres de Paul ou l'apocalypse, du piège tendu par Satan aux hommes. Au contraire, il me semble que pour lutter contre l'oppression de la culture occidentale, les moyens mis en oeuvre par les djihadistes musulmans sont recopiés sur la culture occidentale. La résistance par la terreur et l'assassinat des élites capitalistes trouve bel et bien sa justification dans la culture occidentale, bien avant la révolution française. A ma connaissance le coran et la religion mahométane ne contiennent pas d'avertissement, contrairement aux prophéties juives, contre la manière, voire la ruse du clergé, qui consiste à façonner une idée de dieu propice au clergé.

    S'inspirant de méthodes révolutionnaires en usage en Occident, les djihadistes qui se préoccupent sincèrement de dieu feraient bien de constater à quel point les révolutions occidentales ont peu contribué à faire reculer la bestialité, mais contribué seulement à Occident qui dissimule ses moyens d'oppression derrière des arguments de tartufe démocrate-chrétien. 

     

     

  • Dialogue avec l'Antéchrist

    Je donne ici un extrait de mon étude en cours dédiée à l'Antéchrist de F. Nitche, extrait tiré du chapitre sur la philosophie naturelle de cet antichrist, qu'il résumait dans la formule de "l'éternel retour".

    "(...) La physique de Nietzsche et moins proche d’Aristote qu'elle n'est d'Héraclite (VIe siècle avant J.-C.), promoteur du feu comme « élément primordial ». Cette philosophie naturelle évoque le mythe de Prométhée, offrant vie à l’homme, sa créature, sous la forme du feu. La cohérence satanique de la doctrine de Nietzsche se trouve renforcée par ce rapprochement. En effet le mythe de Prométhée est, avec la Genèse attribuée à Moïse, l’une des plus anciennes explications de Satan et de son rapport avec les lois de la physique, dont volonté et vertu humaines découlent.

    Le feu, énergie d’origine solaire, dont nul ne peut se passer pour vivre, illustre parfaitement le thème de l’éternel retour puisque la nature est ainsi résumée à une source d’énergie intarissable, faisant et défaisant l’homme, qui ne peut faire mieux que trouver le meilleur moyen de jouir de la vie, c’est-à-dire l’art le plus propice à ce dessein, par-delà bien et mal.

    Matérialiste, la doctrine de Nietzsche se rapproche bien de la science physique grecque (présocratique) qui refuse en général de concevoir le cosmos comme étant, conformément à l’homme, le résultat d’un processus créatif. Cependant « l’élément feu » est celui qui symbolise le plus le processus de création.

    Aristote pour fonder sa métaphysique par-delà les différentes philosophies naturelles de son temps, ne manque pas de critiquer Héraclite en avançant l’absurdité d’une préséance de l’élément feu sur les autres éléments naturels, quand l’observation scientifique conduit au constat de la coexistence des éléments. La critique d’Aristote signifie que toute philosophie naturelle, qu’elle soit matérialiste ou idéale, trouve son unité dans l’homme, qui est dépourvu de cette qualité propre à l’univers ou au cosmos.

     

    A y regarder de plus près, la philosophie naturelle de Nietzsche est aussi peu représentative de l’antiquité grecque que la philosophie d’Héraclite fut. Cet aspect primordial du feu, et donc du soleil, incite à relier plutôt la doctrine de l’éternel retour à la culture de l’Egypte antique. Il est plutôt étonnant que Nietzsche n’ait pas lui-même invoqué cette culture, parfaitement antagoniste du judaïsme honni."

  • Benoît XVI antéchrist

    C'est l'affirmation réitérée du caractère "anthropologique" du message évangélique par l'ex-évêque de Rome qui permet d'affirmer que sa doctrine est antichrétienne.

    Comme l'anthropologie est un terme assez vague, baignant dans le flou scientifique moderne et ses divisions grotesques en sciences molles et dures, disons plus simplement qu'il est impossible de déduire des évangiles des solutions éthiques ou politiques afin d'améliorer la condition humaine, irrémédiablement marquée par le péché.

    La thèse de ce pontife romain (qui n'est pas la sienne propre, mais celle d'une institution chrétienne reposant sur une rhétorique anthropologique), s'oppose à la défense faite par le Messie à ses fidèles apôtres de fonder le royaume de Dieu dans ce monde.

    Autrement dit quand la loi de Moïse s'adressait encore à un peuple, l'arrachant au principe identitaire, juridique ou racial qui est la détermination commune des peuples, le message évangélique s'adresse, lui, à l'individu seul. "Bienheureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.", disent les Evangiles ; or ceux qui ont faim et soif de la justice sociale ne sont pas bienheureux, ils sont imbéciles, induits en erreur par un discours destinés à plonger les peuples dans un état de léthargie spirituelle.

    L'idée de justice sociale a la couleur et l'odeur du christianisme, mais elle en réalité non seulement étrangère à l'esprit et la lettre des Evangiles, mais en outre l'instrument principal de sa subversion. Il n'y a pas de remède social à un mal dont l'origine est sociale, et les évangiles n'en proposent pas.

    La rhétorique anthropologique de Benoît XVI et des élites occidentales démocrates-chrétiennes s'accompagne d'un négationnisme de l'histoire. Plusieurs faits historiques sont occultés. D'abord le fait que l'athéisme moderne s'inscrit dans le prolongement du discours anthropologique chrétien. Derrière le masque laïc porté par les autorités culturelles et morales, on distingue assez nettement la convergence d'intérêts ; Benoît XVI a reçu naguère le quitus d'intellectuels laïcs athées en raison de la conformité de son propos, non pas au message évangélique, mais bien à la rhétorique anthropologique qui forme le cadre général de l'éthique occidentale moderne. On constate que les élites politiques font preuve du plus grand opportunisme, s'agissant de reconnaître à l'Eglise romaine son primat idéologique, ou au contraire de le nier.

    L'athée moderne n'est pas l'héritier de la foi chrétienne, puisque celle-ci est intransmissible par la voie anthropologique, mais l'athée moderne hérite bel et bien de la rhétorique anthropologique chrétienne et de la thèse liturgique du saint sacrifice de la messe (eucharistie), autour de laquelle l'anthropologie chrétienne s'articule depuis le moyen-âge. L'athée moderne est l'héritier de ce que les évangiles prohibent, à savoir l'énoncé d'une doctrine sociale chrétienne, et que l'anthropologie chrétienne permet.

     

    L'individualisme chrétien affranchit l'homme de la tutelle de dieu, comme une mère lâche son enfant pour lui permettre d'apprendre à marcher seul. Un tel individualisme est conforme à l'esprit évangélique. Mais le discours anthropologique élitiste, en introduisant une perspective sociale irrationnelle, ramène cet individualisme à un relativisme athée inconséquent, et qui s'avère un instrument d'aliénation extraordinaire des peuples à la volonté et aux désirs plus fermes des élites.

    Car l'autre fait historique nié par la doctrine de Benoît XVI, parfaitement soluble dans les "temps modernes", c'est le caractère totalitaire du discours anthropologique chrétien. Il est sous-jacent dans toutes les doctrines modernes catastrophiques, non seulement libérales, mais aussi communistes ou nazie. Ce qui est présenté comme un progrès social humaniste, s'avère en réalité une convulsion de l'humanité.

    La prochaine canonisation du pape Jean-Paul II, nouveau scandale de la propagande catholique romaine, sera l'occasion de confronter de nouveau le discours anthropologique chrétien à la vraie foi, car cette canonisation "pour le besoin de la cause", trahit largement ce que le discours anthropologique cherche à dissimuler, à savoir la substitution d'un culte providentiel au message évangélique. Le procédé de la canonisation des papes présente une analogie avec le sacre du moderne suppôt de Satan Napoléon par lui-même, et elle est de surcroît aussi absurde que le culte de la personnalité pour un tenants de valeurs démocratiques. Cette propagande inconsidérée trahit que la démocratie-chrétienne a plus à voir avec un culte oedipien qu'avec des évangiles dont l'apôtre Paul affirme avec force dans l'épître aux Galates qu'ils fondent une spiritualité anti-oedipienne, c'est-à-dire antisociale.

  • Dialogue avec l'Antéchrist

    "Je connais mon sort. Un jour se rattachera à mon nom le souvenir d'une crise comme il n'y en eut nulle autre au monde, du choc le plus profond des consciences, d'une décision conjurée à l'encontre de tout ce qui avait été cru, exigé, sanctifié jusqu'alors. Je ne suis pas un homme, je suis de la dynamite.

    (...) Celui qui a découvert la morale découvre aussi la non-valeur de toutes les valeurs auxquelles on a cru ou croit encore ; même dans le type le plus vénéré de l'homme, même dans le saint il ne voit plus rien qui soit digne de respect mais les formes les plus fatales d'avortons, fatales parce qu'elles fascinaient. (...) Le concept de Dieu, inventé comme pour être le contraire du concept de vie - en lui... toute l'hostilité mortelle à la vie se trouve rassemblée en une unité épouvantable." "Ecce Homo", F. Nietzsche

    Dans ce paragraphe, Nitche dévoile, ce qui n'est pas franchement un "scoop", le mépris chrétien de la vie. Le serpent de la Genèse est en effet symbole de vie.

    Le disciple de Zarathoustra, qu'un chrétien tel que moi nomme "suppôt de Satan" pour plus de commodité, s'attend à ce que son annonce faite au monde du mensonge chrétien sous-jacent dans la détermination moderne fasse l'effet d'une bombe, c'est-à-dire qu'elle permette aux élites occidentales que Nitche interpelle de voir l'histoire de l'Occident comme l'histoire d'une décadence, en lieu et place du "progrès social" affiché.

    A cela il faut ajouter le compliment adressé par Nitche à la doctrine catholique romaine, et surtout à l'art catholique romain, d'avoir étouffé le message évangélique, sous prétexte de le propager. Autrement dit, Nitche impute principalement la culture de mort moderne à la culture chrétienne protestante qui lui fut inculquée par ses parents.

    Cependant, là où Nitche prétend rétablir la vérité et mettre fin à -au moins- deux millénaires de mensonges, il ne dit que la moitié de la vérité, ce qui est cause, dans sa doctrine à visée rationaliste, de plusieurs contradictions.

    - Il est vrai que Jésus-Christ et les apôtres méprisent la vie, la culture, l'art, et tout ce qui en découle ; mais c'est au nom de l'immortalité, et non de la mort. Par conséquent, la doctrine de Nitche repose sur la négation de la résurrection, et, d'une manière plus large, de toute métaphysique. Or, sur ce point, Nitche ne révèle pas grand-chose, pour ne pas dire qu'il occulte largement l'importance de la métaphysique dans le monde antique pré-chrétien, suivant une méthode qui sera reprise par les nazis et les sectateurs de la République française, amputant l'antiquité des éléments qui contredisent leur thèse. De façon caractéristique, Nitche fait de Dionysos une divinité majeure, alors qu'il n'était dans la Grèce antique qu'une divinité secondaire.

    - Plus grossièrement encore, Nitche assimile le christianisme à la culture protestante moderne, alors que les Evangiles et le Messie se montrent hostile à toute forme de culture, et en particulier une culture qui se réclamerait de Jésus-Christ, ce qui reviendrait à fonder le christianisme sur le péché, et non sur l'amour et la vérité. Nitche s'attaque violemment à une culture et à une doctrine sociale chrétiennes, alors même qu'il n'y en a pas. Toute forme de mobile temporel est désavoué par la parole divine, et s'exposent par conséquent au néant tous ceux qui trahissent cette parole. La récupération et l'usage du message évangélique à des fins militaires ou éthiques ne fait pas de ce message un message militaire ou éthique pour autant.

    Conclusion : l'antéchrist, sous le prétexte de s'attaquer au christianisme, s'en prend à ce qui est décrit dans l'évangile comme l'antichristianisme, c'est-à-dire une force de subversion majeure, une OPA abusive par les élites occidentales sur les évangiles, similaire aux malversations antiques du clergé juif. De ce fait même, l'antichristianisme de Nitche a, comme celui de Judas, un côté suicidaire, car Nitche dévoile certaines positions et stratagèmes sataniques ; il se comporte comme un soldat romain, voulant torturer et crucifier le Christ et ses apôtres, à l'époque des poisons modernes, fielleusement déversés dans l'oreille des innocents afin de les tuer dans leur sommeil. Nitche n'a rien compris à Shakespeare et à la nuit dans laquelle l'Occident est plongé jusqu'à la fin du monde.

     

  • Shakespeare contre Nietzsche

    Nitche s'abuse et il abuse son lecteur quand il dit Shakespeare de la même chapelle que lui. Je fais d'ailleurs le constat que la scolastique française, quand elle a été influencée par Nitche, en dépit du cordon sanitaire stalinien (J.-P. Sartre), en a toujours presque systématiquement répété les erreurs, et écarté les jugements plus sérieux.

    Pas très sérieux, par exemple, le jugement de Nitche sur la tragédie grecque, mais néanmoins colporté par la plupart des conservateurs de musée. La médiocrité des critiques et historiens d'art français, sur le modèle de Diderot, vient de ce qu'ils se prennent eux-mêmes pour des artistes, bien qu'ils le soient rarement d'une manière aussi convaincante que Diderot ou Baudelaire.

    Beaucoup plus intéressants, en revanche, les arguments de Nitche contre l'art et la philosophie modernes. Ils permettent de distinguer, par exemple, que le masque du communisme, de l'athéisme et du progrès, dissimule en réalité un prêcheur judéo-chrétien, J.-P. Sartre, adapté à la réalité de l'Etat providentiel et son culte. Sans doute un artiste français sera capable de flairer assez facilement en Sartre et Beauvoir le type du curé et de sa bonne, mais tout le monde n'a pas le loisir de s'adonner à l'art.

    Bien sûr Nitche n'a rien d'un anarchiste, contrairement à ce que certains gugusses colportent, mais sa façon de dévaluer l'ordre moral nouveau au profit de l'ancien fournit quelques arguments à la dissidence théorique de quelques adeptes de la décroissance. Si la gauche et la droite libérales françaises ne sont que tenon et mortaise d'une même politique, il n'y a entre l'extrême-droite et l'extrême-gauche qu'une feuille de papier à cigarette idéologique.

    Si le propos de Nitche permet de le comprendre, c'est en raison de son effort pour ramener la culture à une plus grande simplicité, interprétant à juste titre la complexité apparente de la culture moderne comme un labyrinthe de fausses valeurs judéo-chrétiennes, les plus propices à entraîner la perte de l'humanité. Puisque la "théorie du genre" est à la mode, disons que Nitche est le plus farouche adversaire de cette détermination ultra-moderne, qui traduit l'influence délétère de l'idéalisme judéo-chrétien. Nitche pense en effet que la foi moderne dans l'autodétermination est une pure inconscience.

    L'effort de simplification de Nitche, grâce auquel il fait valoir la beauté de sa prose contre l'exaltation de la laideur par les artistes modernes, comme le propre de l'homme, le fait croire proche de Shakespeare, mais ce n'est pas le cas. Ils sont plutôt dos-à-dos, comme deux duellistes qui s'apprêtent à s'affronter, et dont on ne peut dire lequel l'emportera.

    Vive attaque contre l'idée de progrès chrétien de la part de Nitche, donc, qui trouva dans la littérature française de nombreux échos, avant que l'Etat ne verrouille l'accès à la littérature. Raisonnement implacable et imparable de Nitche, qui projette ici en enfer tous les technocrates après lui, lorsqu'il démontre l'irresponsabilité d'une élite ou d'une aristocratie qui prétend mener le peuple vers le progrès, c'est-à-dire vers un mot, qui n'a que la consistance d'un mot. Le progrès est la négation même de l'aristocratie. La politique le vérifie depuis le XVIIe siècle et le ravalement de l'aristocrate au rang de lèche-cul de l'Etat. Notre monde le prouve plus encore, où l'élitisme consiste à savoir mieux manipuler autrui que son voisin de promotion.

    Du point de vue aristocratique pur défendu par Nitche, le progrès n'est donc qu'un fantasme, propice à s'installer dans un esprit chrétien, faible et efféminé, en un mot raté.

    La position de Shakespeare n'est pas la même. Le progrès que Shakespeare dénonce comme une illusion est le progrès moral ou social, celui-là même que les élites occidentales ont inventé de toutes pièces. Mais Shakespeare n'est pas installé sur le mensonge, qui provoque un certain cafouillage dans le raisonnement de Nitche, selon lequel l'idée du progrès social serait issue des évangiles ou des apôtres, puisqu'on n'y trouve aucun plan de cette sorte.

    Shakespeare est donc conscient comme Nitche que le progrès est la monture la plus dangereuse qu'un homme d'élite puisse enfourcher, qui tôt ou tard le mettra à bas. Mais pour Shakespeare, contrairement à Nitche, ce mouvement est inéluctable et il a un sens, non pas chrétien comme le prétendent Nitche et Hegel ensemble, l'un pour le fustiger, l'autre pour s'en féliciter, mais antichrétien, de sorte que s'oppose au christianisme et au progrès, bien plus efficacement que l'appel à la raison naturelle de Nitche, sa volonté de restaurer la morale dans ses droits, l'apparence du progrès chrétien, exhibant les signes de la foi chrétienne, mais réduisant le plus efficacement les apôtres au silence.

    Le tableau de l'antichristianisme brossé par Shakespeare, et qui coïncide presque avec l'évolution politique de l'Occident, diffère donc nettement de l'athéisme exalté par Nitche comme le moyen de rétablir la paix dans le monde.


     


  • Dialogue avec l'Antéchrist

    Mes raisons d'écrire un "Dialogue avec l'Antéchrist" : d'abord, à propos de Nitche et du néo-paganisme, la plus grande confusion règne et le public est abreuvé de mensonges.

    L'exemple de Michel Onfray est un cas extrême de présentation mensongère, sous prétexte de vulgarisation ; on inventera forcément de toutes pièces un "Nitche de gauche", puisque Nitche est contre tout ce qui est "de gauche", attribuant la prolifération des idées tordues dont le monde moderne s'enorgueillit à Jésus-Christ et à ses apôtres.

    Mais le cas de Michel Onfray est loin d'être isolé. De bonnes analyses existent cependant, mais elles sont parcellaires et largement masquées par des ouvrages qui, suivant la méthode moderne, se focalisent sur l'usage moderne de Nitche, qui n'en a pas, puisqu'il pose l'équivalence de la culture moderne et du néant.

    Un complot pour retremper la volonté des hommes d'élites occidentaux dans des valeurs moins corrompues que les valeurs démocratiques ou monétaires, voilà qui correspond à peu près à la vision politique de Nitche. Il faut dire que Nitche croit l'Occident parvenu à un stade où le "judéo-christianisme" ne serait guère éloigné de s'éteindre définitivement, permettant ainsi à la civilisation, désinfectée, de s'épanouir.

    - En outre, Nitche à la prétention d'être un penseur rationaliste antimoderne. Et sa confrontation à la science moderne, qui prétend à la même rationalité, n'est pas dénuée d'intérêt.

    - Le plus intéressant est l'aspect d'"évangile de Satan" de la philosophie de Nitche. C'est la première fois, ou du moins d'une manière aussi étayée, que le monde est menacé de mort au nom de Satan/Zarathoustra, par un antichrist ; comme si le monde avait pris une tournure qui ne déplaît plus seulement aux chrétiens, mais également à ceux qui se réclament de Satan et de la culture de vie païenne.

    - Enfin il était nécessaire de confronter cette fonction d'évangéliste de Satan ou d'antéchrist que Nitche assume à la conception de l'Antéchrist développée dans les évangiles et les épîtres de Paul de Tarse.

  • Le pape antéchrist

    Il ne faut pas s'étonner de la substitution de discours sociologiques creux au message évangélique, à l'intérieur même de ce qui se donne l'apparence d'une Eglise chrétienne. Le Messie a mis en garde ses apôtres contre les faux prophètes s'exprimant en son nom. L'apôtre Paul dément l'argument totalitaire du progrès continu de l'humanité, en nous avertissant contre la montée en puissance de l'antéchrist au cours de l'histoire.

    Dernièrement, le nouvel évêque de Rome appelait à une journée de jeûne contre les opérations militaires prévues par le pacte Atlantique en Syrie : on se demande pourquoi ce tartuffe ne retire pas plutôt l'agrément de son officine aux clercs catholiques romains chargés de donner du coeur à l'ouvrage à certains militaires actifs au sein du pacte Atlantique, et qui osent ainsi dévoyer le message de paix du Messie des chrétiens.

    La même tartufferie est au coeur des repentances de l'Eglise romaine en raison de sa passivité au cours du dernier conflit mondial. On nage en plein athéisme, c'est-à-dire en plein délire anthropologique, puisqu'il s'agit là de toute évidence d'une opération de blanchiment éthique de la société civile occidentale.

    Le discours sociologique de l'évêque de Rome et de ses sbires démocrates-chrétiens en France, afin de défendre la "famille chrétienne", c'est-à-dire une institution païenne christianisée il y a plus de mille ans dans des circonstances morales et politiques incomparables avec celles de l'Occident impérialiste aujourd'hui, ce discours est scandaleux à divers titres ; il l'est d'abord en tant que subversion et occultation du message évangélique authentique.

    L'évêque de Rome déclare vouloir que soit mis en évidence "le lien unissant le bien commun à la promotion de la famille fondée sur le mariage, au-delà des préjugés et des idéologies". Il ajoute : "En tant qu'Eglise, nous proposons une conception de la famille qui est celle du livre de la Genèse, de l'unité dans la différence entre homme et femme. Dans cette réalité, nous reconnaissons un bien pour tous, la première société naturelle, comme elle est aussi reconnue dans la Constitution de la République italienne."

    La vérité est qu'il n'y a rien dans le Nouveau Testament qui fonde la gnose sociologique du dernier pape romain. D'une manière générale, on peut être sûr que "ce qui est reconnu dans la Constitution de la République italienne", comme dit ce pontife lèche-botte, s'apparente à ce que les chrétiens nomment "antichristianisme", et dont le parti démocrate-chrétien s'est arrangé pour faire disparaître la notion. Un enfant de choeur sait ce que le pape des bonnes femmes catholiques romaines ignore : à savoir que le Messie n'a cure de l'agrément de Ponce-Pilate.

    Si l'on remonte ne serait-ce qu'une cinquantaine d'années en arrière, on s'apercevra que les théologiens catholiques romains étaient gênés pour accorder au mariage chrétien plus que la valeur d'un demi-sacrement, notamment en raison de ça : "Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je suis venu apporter, non la paix, mais le glaive. Car je suis venu séparer le fils de son père, la fille de sa mère, et la bru de sa belle-mère ; et on aura pour ennemis les gens de sa propre maison." (Mt X, 34-36)

    En dépit des mensonges du pape, les évangiles n'attribuent à l'homme aucune vocation sociale. Le chrétien sait qu'elle serait nécessairement mondaine et macabre, impliquant la négation du péché originel. A cet égard, on note l'interprétation délirante de la Genèse par le pape : elle est systématique au cours de l'histoire de l'Occident de la part des clercs subversifs qui tentent d'attribuer au christianisme une vocation sociale. Ils font d'une fable scientifique une fable moralisatrice, pour tenter de contourner le problème que le message évangélique pose aux pharisiens, dans la mesure où il abolit le plan légal et éthique, au nom de l'esprit de dieu et de la parole divine. On peut qualifier le "judéo-christianisme", en tant qu'amalgame, de pharisaïsme ; ce syncrétisme, qui a pour effet d'ôter la dimension historique ou prophétique au christianisme, est la religion de la synagogue de Satan, expression où demeure gravée jusqu'à la fin des temps la tentative de Satan de se faire passer pour dieu aux yeux du monde, à l'aide de clercs corrompus. Ce "judéo-christianisme" est d'ailleurs l'essence de la modernité, c'est-à-dire de la tentative mondaine de mettre fin à l'histoire.

    On note d'ailleurs l'extrême hypocrisie du parti démocrate-chrétien et de ses chefs à prétendre incarner la défense de la civilisation, alors même que la démocratie-chrétienne est une des complices les plus actives de la décadence de l'Occident.

     

  • Dialogue avec l'Antéchrist

    - Volonté de Nitche étrangler la philosophie moderne dans les serres de l'art. Ultime tentative de sauver le monde.

    - Le monde prisonnier de Satan = christianisme/Satan prisonnier du monde = Nietzsche.

    - Modernité = victoire du sous-homme sur le surhomme, prélude à la fin du monde. Victoire de la quantité et de la masse indistincte sur l'art et les biens de qualité. Victoire de la physique quantique sur la physique égyptienne. Mais la quantité et la masse sont instrumentalisés par les élites.

    Mon dialogue avec l'antéchrist progresse.

  • Molière et l'antéchrist

    Molière a brossé un portrait prémonitoire de l'antéchrist : Don Juan. Tout Nitche est dans le personnage de Don Juan. Nitche aurait rêvé de mener la vie de Don Juan ; ne le pouvant pas, à cause des bâtons que sa mère et sa soeur lui mettaient dans les jambes, il a couché les pensées de Don Juan sur le papier.

    Une nonne ne renoncera au voile et à s'enfermer dans le château de l'âme pour faire plaisir à son papa pour rien au monde... sauf l'amour de Don Juan. Ah, si Don Juan pariait sur dieu, plutôt que de faire son La Rochefoucauld ! Mais Don Juan sait que les paris ne sont ouverts qu'à la table de Satan ; c'est lui qui distribue les atouts.

    Molière a brossé aussi un portrait prémonitoire du démocrate-chrétien : Sganarelle. Bientôt la démocratie-chrétienne réclamera des gages à Satan, si elle n'a pas déjà commencé.

  • Dialogue avec l'Antéchrist

    L'Antéchrist maudit le monde moderne au nom de Satan. Les apôtres maudissent le monde tout court au nom de la parole de Dieu.

    Les allégations de Nitche qui tendent à attribuer au judaïsme et au christianisme l'anthropologie moderne ne reposent sur rien. L'anthropologue n'est qu'un actionnaire du monde, caché derrière de grandes phrases, dont aucune n'a une signification chrétienne.

    L'idée que le monde moderne trimphera de Satan n'est pas chrétienne non plus. Il faut chercher le sens de l'histoire ailleurs que dans les sornettes psychologisantes de Nitche.

  • Dialogue avec l'Antéchrist

    Je profite de l'été pour ramasser mes "dialogues avec l'antéchrist" dans un petit essai. Afin notamment de permettre aux autorités morales, sanitaires et hygiéniques de comprendre pourquoi le satanisme se répand sous diverses formes dans les sociétés occidentales, et que cela est principalement dû à la bêtise active de ces autorités.

    Et je commence d'abord ici, pour m'encourager et recueillir éventuellement les remarques de lecteurs avisés, à donner mes têtes de chapitres. Si Satan lui-même est en danger, comme certains de ses suppôts en manifestent l'inquiétude, tranchant avec la pleine confiance du guerrier démocrate-chrétien dans son destin de cocu, je ne me prononce pas encore ; mais ce qui est certain, c'est que Rome-la satanique ne prévoyait pas sa chute.

    I. Fortune critique de Frédéric Nitche

     

    Résumé : A quoi tient l’aura persistante de Frédéric Nitche, réactionnaire antimoderne, entretenue surtout par les cercles intellectuels raffinés qu’il vilipenda ?

    Ou : comment et pourquoi la moraline démocratique, féministe, cléricale, compassionnelle, peut s’accommoder du vœu de Nitche de ramener au néant qu’elle n’aurait jamais dû quitter la culture de mort occidentale. L’éloge par Nitche des assassins romains et juifs de Jésus-Christ est-il la seule raison ?

  • Contre l'Antéchrist

    (Adapté d'un vieux document vaudois portant la date de 1120, tiré de "L'Histoire des Vaudois" de Perrin, part. III, p. 225)

    Il n'y a pas de fumée sans feu, de victoire sans bataille, ni de sainteté sans tentation par l'Antéchrist.
    - L'Antéchrist est une tromperie digne de la damnation éternelle, mais recouverte des vêtements purs de la vérité et de la justice du Christ et de son Épouse ; une tromperie empêchant l'accès à la vérité, la justice, la foi, l'espérance et la charité, empêchant le véritable ministère de l'Eglise.
    - L'Antéchrist altère la vérité du salut, la dissimule à l'aide de possessions matérielles ou d'institutions, contredisant de façon mensongère Christ, son Épouse, et chaque membre fidèle. Ainsi, il n'est pas une certaine personne désignée, d'un certain grade ou office, ou ministère, mais l'Antéchrist est l'iniquité elle-même, opposée à la vérité dont il se couvre, et en même temps s'orne de beauté et de piété en dehors de l'Église de Christ, ou invoque le Christ, des passages des Écritures, des sacrements ou plusieurs autres choses.
    L'iniquité de cette sorte, avec ses ministres supérieurs et inférieurs, ceux qui la suivent d'un cœur mauvais et aveugle, une telle congrégation, prise ensemble, s'appelle Antéchrist, ou Babylone, ou quatrième bête, ou paillarde, ou homme de péché, fils de perdition.
    - Ses ministres sont appelés de faux prophètes, des ministres de ténèbres, esprit d'erreur, la prostituée de l'apocalypse, mère de fornication, nuages sans eau, arbres d'automne morts et deux fois arrachés, vagues de la mer cruelle, étoiles filantes, Balaamites, Égyptiens.

    Il est dit "Antéchrist", parce que sous couvert et orné de l'apparence de Christ, de l'Eglise et de ses fidèles membres, il s'oppose au salut opéré par le Christ, et administré véritablement dans l'Eglise de Christ, et il se place au rang des fidèles par la foi, par l'espérance et par la charité : mais à divers égards, il se montre contraire par une sagesse mondaine, de fausses religions et une bonté feinte. Il s'oppose par ces moyens. C'est pourquoi, sachez (1) que l'Antichrist ne peut pas paraître, en aucune manière, sinon lorsque les choses qu'on vient de nommer seront réunies pour constituer un mensonge parfait et un hypocrite parfait, c'est-à-dire lorsque les sages du monde, les hommes religieux, les pharisiens, les ministres, les docteurs, la puissance séculière, avec le peuple, seront réunis ensemble. Alors ils formeront ensemble l'homme de péché et d'erreur parfait.

    Car, au temps des apôtres, ceux-ci savaient déjà que l'Antichrist était conçu, mais que, n'étant qu'enfant, membres extérieurs et organes intérieurs nécessaires pour dominer lui faisaient défaut. C'est pourquoi (2) on pouvait le reconnaître, le détruire et le chasser plus aisément, comme étant ignorant et grossier. Et il était muet, car (3) il lui manquait la capacité de raisonner, s'excuser, définir, prononcer des sentences ; car l'appui de ministres sans vérité et des statuts humains lui manquait ; ainsi que des hommes religieux en apparence : en effet, il était bien né quant à l'erreur et au péché, mais lui manquaient les choses avec lesquelles il a pu couvrir la souillure ou dissimuler le péché ensuite (4).

    Tant qu'il fut impuissant par manque des choses dites, il ne put ni ébranler ni scandaliser personne par ses solennités. Et ainsi, étant trop tendre et faible, il ne put pas subsister dans l'Église. Mais, croissant parmi ses membres, c'est-à-dire en ses ministres aveugles et hypocrites et grâce aux siens, gens du monde, il grandit lui-même comme un homme croît jusqu'à la plénitude de l'âge, puis le rapport des forces s'est inversé. L'Antichrist voulant être invoqué, prié et honoré dans les choses spirituelles et couvrir sa propre majesté, sa malice et ses péchés, a eu recours aux saints et aux pharisiens.
    - Car c'est une extrême iniquité de couvrir et orner une iniquité digne d'excommunication, et de vouloir paraître ce qui n'est pas donné à l'homme d'être, mais qui appartient à Dieu seul et à Jésus-Christ en tant que médiateur. Enlever frauduleusement à Dieu par rapine ces choses et les transporter à soi et à ses oeuvres doit être une extrême révolte, comme aussi de régénérer, de pardonner les péchés, de distribuer les grâces du Saint-Esprit, de confectionner Christ, et ainsi de toutes ces sortes de simulacres. Et se couvrir dans toutes ces choses du manteau de l'autorité, de la forme des paroles, et tromper par ces choses le peuple ignorant, imitant ce que fait le monde dans les choses qui sont du monde : éloigner aussi de Dieu, et de la vraie foi, et de la régénération du Saint-Esprit; éloigner de la véritable repentance, de la persévérance dans le bien; éloigner de la charité, de la patience, de la pauvreté, de l'humilité, et, ce qui est le pire de tout, éloigner de la vraie espérance et la placer en tout mal et en la vaine espérance du monde; fournir à tous les ministères pour ces choses, faire idolâtrer le peuple, servir frauduleusement les idoles du monde entier, sous le nom de saints, et les reliques, et prendre part à leurs services; c'est ainsi que le peuple, s'égarant extrêmement de la voie de la vérité, croit servir Dieu et bien faire, et par là on excite ce peuple à la haine, à la colère et à la méchanceté contre les fidèles et contre les amis de la vérité, et il commet beaucoup d'homicides, et ainsi l'Apôtre dit la vérité : "Tel est l'homme de péché accompli, et c'est lui qui s'élève au-dessus de tout ce qui est Dieu; et qui est servi, et qui s'oppose à toute vérité, et qui est assise dans le temple de Dieu, c'est-à-dire dans l'Église, se montrant de même que s'il était Dieu, et qui vient avec toute sorte de séductions pour ceux qui périssent. Et si ce rebelle est déjà venu en toute perfection, il ne faut plus le chercher. En effet, par la permission de Dieu, il est formé et déjà vieux, puisqu'il décroît déjà. Car sa puissance et son autorité sont diminuées, et le Seigneur Jésus a tué ce rebelle par le souffle de sa bouche et par beaucoup d'hommes de bonne volonté, et il fait intervenir une puissance qui lui est contraire aussi bien qu'à ses amis, qui disperse ses lieux et ses possessions, et qui met la division dans cette cité de Babylone d'où toutes les générations tirent leur vigueur de malice." 

    - Quelles sont les oeuvres de l'Antéchrist ?
    La première œuvre de l'Antichrist c'est de bannir la vérité et de la changer en mensonge, en erreur et en hérésie. 
    La seconde oeuvre de l'Antichrist, c'est de cacher le mensonge sous la vérité et sous les erreurs, et de le prouver et l'affermir par la foi et par des miracles, d'entremêler la fausseté avec les choses spirituelles aux yeux du peuple soumis, soit à l'aide des ministres on des ministères, ou de toute l'Église.
    Et ces deux oeuvres renferment une malice parfaite et accomplie, telle que ne purent exécuter aucun tyran ni aucun potentat jusqu'au temps de l'Antichrist.
    Aussi, avant lui (5), Christ n'a jamais eu un tel ennemi qui pût ainsi pervertir la voie de la vérité en voie de la fausseté, et le mensonge en vérité, et pervertir semblablement les partisans de l'une et de l'autre.
    De manière que la sainte mère Église avec ses vrais enfants est toute foulée aux pieds en ce qui concerne les vérités, spécialement en ce qui concerne les ministères des vrais ministres selon la vérité, en ce qui concerne les ministères et la manière de s'en acquitter et de la part qu'y prennent ses enfants; elle pleure en se lamentant, répétant les paroles et les plaintes de Jérémie, disant : 
    "En quelle manière est assise seule la cité du peuple païen et incirconcis? Elle est devenue veuve, c'est-à-dire de la vérité de son époux. Dame des nations, par leur soumission aux erreurs et aux péchés; princesse des provinces, par le partage du monde et des choses qui sont dans le monde, pleure et vois plus en avant, et tu trouveras maintenant toutes choses accomplies par le temps." 
    Car la sainte Église, si elle existe, doit être tenue pour une synagogue. Et la synagogue des méchants est prêchée comme la mère qui a bonne croyance en la loi. La fausseté est prêchée à la place de la vérité, l'iniquité à la place de l'équité, l'injustice est prêchée et est tenue pour la justice, l'erreur pour la foi, le péché pour la vertu, le mensonge pour la vérité. 

    -Quelles oeuvres découlent des premières ?
    Celles-ci : Les faits de l'Antichrist sont les sacrements, spécialement le sacrement de l'eucharistie qu'il adore comme Dieu et comme Jésus-Christ semblablement; il sert les choses bénites et consacrées, et défend d'adorer Dieu seul.
    La seconde œuvre de l'Antichrist est qu'il ôte et enlève à Christ le mérite de Christ avec toute la suffisance de la grâce, de la justice, de la régénération, rémission des péchés, de la sanctification, de la confirmation et de la nourriture spirituelle; et il attribue ce mérite à son autorité, à ses oeuvres, et aux saints, et à leur intercession et au feu du purgatoire; et il détourne le peuple de Christ et l'amène vers les choses qu'on vient de dire, afin qu'il ne recherche pas celles de Christ, ni par sa médiation, mais seulement dans les oeuvres de ses mains, et non par une foi vivante en Dieu, ni en Jésus-Christ, ni au Saint-Esprit, mais selon la volonté et les œuvres de l'Antichrist, ainsi prêchant que tout le salut consiste dans ses œuvres.
    Encore une oeuvre de l'Antichrist est d'attribuer la régénération que donne le Saint-Esprit à la foi morte et extérieure, et baptise les enfants en cette foi, enseignant que c'est par elle que sont consacrés le baptême et la régénération; c'est dans la même foi (6) qu'il confère et donne les ordres et les autres sacrements, et c'est en elle (en cette foi) qu'il fonde tout le christianisme; ce qui est contre la foi dans le Saint-Esprit.
    L'oeuvre de l'Antichrist est celle par laquelle il bâtit et édifie, en même temps, en la messe, toute la religion et la sainteté du peuple, en ayant fait un tissu unique de différentes cérémonies judaïques, païennes et chrétiennes. Et à la messe conduisant, pour l'entendre, la congrégation et le peuple, il prive celui-ci de la manducation spirituelle et sacramentelle, et l'éloigne de la vraie religion et des commandements de Dieu, l'éloigne aussi des œuvres de miséricorde par ses offertoires; et par cette messe il loge le peuple dans une espérance vaine. 
    L'oeuvre de l'Antichrist, c'est qu'il fait toutes ses œuvres, afin qu'il soit vu et qu'il satisfasse son insatiable avarice, comme aussi, afin qu'il puisse mettre toutes choses en vente et ne fasse rien sans simonie (commerce des choses saintes).
    L'oeuvre de l'Antichrist, c'est qu'il ne dirige ni ne défend son unité par le Saint-Esprit, mais à l'aide de la puissance séculière, et qu'il l'appelle également à son secours pour les choses spirituelles. 
    L'œuvre de l'Antichrist est qu'il hait, persécute, accuse, pille et met à mort les membres de Christ.
    Ce sont presque là les principales œuvres qu'il fait. Il les fait contre la vérité, et personne ne peut les compter toutes ni les écrire. Mais qu'il suffise pour le présent d'avoir montré comme du doigt ces choses comme les plus générales par lesquelles l'iniquité de l'Antichrist est couverte. 

    - Choses par lesquelles est couverte l'iniquité de l'Antéchrist
    Cette iniquité est couverte premièrement et principalement, par une profession extérieure de la foi. À l'égard de quoi, l'Apôtre dit: "Car ils confessent en paroles qu'ils ont connu Dieu, mais ils le renient par leurs actions." 
    Elle est couverte, en second lieu, par la longue durée du temps, par l'appui des sages, des religieux, hommes et filles vierges, des veuves et des femmes honnêtes et d'un peuple peu nombreux, duquel il est dit dans l'Apocalypse: "Et pouvoir fut donné à la bête en toute tribu et langue, et nations, et tous ceux qui habitent la terre l'adoreront."
    Elle est couverte troisièmement par l'autorité spirituelle des apôtres, contre lesquels l'Apôtre dit: "Nous ne pouvons rien contre la vérité, et pouvoir ne nous est point donné pour la destruction."
    Elle est couverte, en quatrième lieu, par beaucoup de miracles faits ça et là, sur quoi l'Apôtre parle ainsi: "Son avènement est selon l'oeuvre de Satan, accompagné de toute sorte de miracle, de signes et de merveilles mensongères et de toutes les tromperies de l'iniquité".
    Elle est couverte, en cinquième lieu, par sainteté extérieure, par prières, par jeûnes, par vigiles et aumônes; contre quoi l'Apôtre dit: "Ayant l'apparence de la piété, mais renonçant à sa force". 
    Elle est couverte, sixièmement, par quelques paroles de Christ et par les écrits des anciens et par les conciles, lesquels ils suivent, en tant qu'ils ne condamnent par leur mauvaise vie et leurs voluptés. 
    Elle est couverte en septième lieu, par l'administration des sacrements, par lesquels ils vomissent généralement toutes les erreurs.
    Elle est couverte, huitièmement, par des remontrances et des prédications verbales contre les vices. Car ils disent et ne font pas. 
    En neuvième lieu, d'entre ces prédicateurs les uns agissent avec dissimulation, les autres avec sincérité, et surtout en menant une vie vertueuse. Car ces élus de Dieu, ayant bonne volonté et une bonne conduite, retenus là comme dans Babylone, sont comme de l'or avec lequel le rebelle Antichrist couvre sa vanité, ne permettant pas, ni qu'on rende son vrai culte à Dieu seul, ni qu'on mette son espérance en Jésus-Christ seul, ni qu'on s'attache à la vraie religion. 
    Ces choses et beaucoup d'autres servent comme de manteau et de vêtement à l'Antichrist, au moyen desquelles il couvre sa malice mensongère, afin de n'être pas réprouvé entièrement comme païen, et à l'ombre desquelles il peut marcher malhonnêtement comme une prostituée. 

    -Devoir de séparation du chrétien

    Que le chrétien soit tenu par commandement de se séparer de l'Antichrist, cela est dit et prouvé par l'Ancien et par le Nouveau Testament: car le Seigneur dit (Esaïe 52) : "Éloignez-vous, éloignez-vous; sortez d'ici, gardez-vous de toucher à la souillure ; sortez du milieu d'elle; vous qui portez les vaisseaux sacrés du Seigneur, soyez purifiés. Car vous ne sortirez pas au milieu du tumulte, ni ne vous préparerez point à la fuite, etc."

    Et Jérémie (50) : "Fuyez du milieu de Babylone, sortez de la terre des Chaldéens, et soyez comme des boucs à la tête du troupeau. Et voici que j'amènerai une grande assemblée de nations de la terre d'Aquilon à Babylone, et elles seront disposées contre elle, et ensuite elle sera prise." 
    Nombres (16) : "Séparez-vous du milieu de l'assemblée, afin que je détruise et perde ceux-ci à la fois. Et ensuite : "Éloignez-vous du tabernacle de ces rebelles, et gardez-vous de toucher aux choses qui leur appartiennent, afin que vous ne soyez pas enveloppés dans leurs péchés." 
    - Lévitique : "Je suis votre Seigneur Dieu, qui vous a séparés des autres peuples. C'est pourquoi vous séparerez aussi l'animal pur de l'impur, et l'oiseau pur du non pur, et vous ne souillerez pas vos âmes à l'égard des bêtes, à l'égard des oiseaux et à l'égard de toutes les choses. qui ont mouvement sur la terre, et que je vous ai montrées comme souillées." 
    Idem, Exode (16): "Prends garde que tu fasses jamais amitié avec les habitants de cette ville, pour qu'elle t'entraîne dans la ruine."
    Et ensuite: "Ne fais aucun traité avec les hommes de cette contrée, de peur que lorsqu'ils auront paillardé avec leurs dieux et qu'ils auront adoré leurs images, quelqu'un t'invite et que tu ne manges des choses consacrées à ces dieux. Tu ne prendras pas non plus des femmes d'entre leurs filles pour tes fils, de peur qu'après qu'elles auront paillardé, c'est-à-dire idolâtré, elles ne fassent prostituer tes fils après leurs dieux."
    -Lévitique (XV, 31) : "Vous instruirez donc vos enfants, leur disant qu'ils évitent les impuretés, afin qu'ils ne meurent pas dans leurs souillures dont ils auront souillé mon tabernacle." 
    -Ezéchiel (XI, 21) : "Mais, quant à ceux dont (7) le cœur marche par outrage et par offenses, je placerai leur voie (conduite) sur leur tête, dit le Seigneur."
    -Deutéronome (XX) : "Quand tu seras entré en la terre que le Seigneur ton Dieu te donnera, garde-toi que tu ne veuilles imiter les abominations de ces peuples; car le Seigneur a toutes ces choses en abomination. Et, à cause des péchés de cette nature, il les effacera entièrement à ton entrée. Tu seras parfait et sans, tache envers ton Dieu. Ces nations desquelles tu posséderas ces terres écoutent les augures et les devins ; mais tu as reçu d'autres ordres de ton Dieu." 
    D'après le Nouveau Testament aussi, il est manifeste, Jean (XII) : "Que le Seigneur est venu et a souffert la passion, afin qu'il réunisse en un les enfants de Dieu."
    Car c'est pour ces vérités d'unité et de séparation les uns d'avec les autres, qu'il dit (Matth., X) : "Car je suis tenu séparer l'homme contre son père, la fille contre sa mère, la belle-fille contre la belle-mère, et les serviteurs de l'homme sont ses ennemis. Et il a commandé de se séparer, quand il a dit : Si quelqu'un n'est pas prêt à quitterson père et sa mère, etc." 
    De même : "Gardez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous en habits de brebis, etc." 
    De même aussi : "Gardez-vous du levain des pharisiens." 
    De même encore : "Prenez garde que quelqu'un ne vous séduise; car plusieurs viendront en mon nom et séduiront plusieurs. Ainsi donc, si quelqu'un vous dit (dira) : - Venez, Christ est ici, ou là; ne le croyez pas ; gardez-vous d'aller après eux." 
    Et, dans l'Apocalypse, il admoneste de sa propre voix et commande à son peuple de sortir de Babylone, disant : "Et j'ouïs une voix du ciel, me disant : - Ô mon peuple, sors du milieu d'elle, et ne sois pas participant de ses péchés, afin que tu ne reçoives pas de ses plaies. Car ses péchés sont parvenus jusqu'au ciel, et le Seigneur se souvient de ses iniquités." 
    L'Apôtre dit ceci même : "Gardez-vous de tirer le même joug que les infidèles. Car quelle participation y a-t-il de la justice avec l'iniquité, ou quelle association entre la lumière et les ténèbres; car quel accord y a-t-il entre Christ et le diable, ou quelle est la part des fidèles avec les infidèles, ou quel rapport entre le temple de Dieu et les idoles? C'est pourquoi, sortez du milieu d'eux et soyez séparés, dit le Seigneur; ne touchez pas ce qui n'est pas pur, et je vous cacherai, et vous me serez comme enfants, fils et filles, dit le Seigneur tout-puissant.
    Idem (Ephés. V) : "Ne soyez pas faits participants avec eux; car vous étiez dans la voie des ténèbres, mais maintenant vous êtes lumière au Seigneur."
    Idem (1 Cor., X) : "Je ne veux pas que vous deveniez compagnons du démon. Vous ne pouvez pas être faits participants de la table du Seigneur et de la table des démons."
    Item (2 Thess. III) "Ô frères, nous vous annonçons, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, que vous vous gardiez de tout frère qui marche déshonnêtement, et non selon les enseignements que vous avez reçues de nous. Car vous-mêmes savez en quelle manière il convient que vous nous ressembliez." 
    Et ensuite : "Si quelqu'un n'obéit pas à notre parole, notez-le par lettre et ne vous mêlez pas avec lui afin qu'il soit confondu."
    Idem (Ephés., V) : "Gardez-vous de vous associer aux œuvres infructueuses des ténèbres." 
    De même (2 Tim., III) : "Mais sache ceci, que des temps funestes (dangereux) viendront aux derniers ans." 
    Et plus bas: "Ayant l'apparence de la piété, mais renonçant à sa force, évite de telles gens."


    Des choses sus-notées sont manifestement démontrées la malice de l'Antichrist et sa perversité, etc. Et comme il est commandé par le Seigneur de se séparer de lui intérieurement comme extérieurement, et de s'unir à la Jérusalem céleste. Ainsi donc, connaissant ces choses que le Seigneur nous révèle par ses serviteurs, et croyant à cette révélation, selon les saintes Écritures, et étant en même temps admonestés par les commandements du Seigneur, nous nous séparons intérieurement et extérieurement de celui que nous croyons l'Antichrist, et nous avons formé des compagnies et une unité, avec bonne volonté et une intention droite, ayant pour fondement, pur et simple, de plaire au Seigneur et d'être sauvés, avec l'aide du Seigneur, autant que la vérité de Christ et de son Épouse, comme aussi notre faible intelligence, peuvent le permettre. 

    Nous faisons donc remarquer quelles sont les causes de notre séparation, comme aussi de notre congrégation, afin que si le Seigneur nous a donné d'avoir cette même vérité, elle porte elle-même l'amour, en même temps qu'en nous, et afin que si elle n'était peut-être pas bien éclairée, elle reçoive aide par ce ministère béni du Seigneur. Et s'il arrive qu'il ait été plus accordé à quelqu'un, et plus abondamment, nous désirons humblement d'en être instruits, de savoir mieux de lui et d'être corrigés en nos défauts. 

    Les raisons qui suivent sont donc la cause de notre séparation. 

    Les choses auxquelles sont tenus les ministres pour servir le peuple sont celles-ci : Lui présenter la parole évangélique et la parole de la réconciliation, ou la loi de grâce, selon le dessein et l'intention de Christ. Car le ministre doit annoncer la parole évangélique, et le sacrement étant joint à la parole, confirme son sentiment et son intelligence, et affermit l'espérance en Christ chez le fidèle. La communion administrée par le ministre renferme tout par le moyen de la vérité essentielle. Et s'il y a quelques autres choses qui concernent le ministère, elles peuvent toutes être comprises dans ce qui a été dit.
    Or, de ces vérités particulières, les unes sont essentiellement nécessaires au salut des humains, les autres le sont conditionnellement. Elles sont contenues en douze articles, selon l'ajustement ou l'adjonction de plusieurs paroles des apôtres (8). Mais (cependant) a déjà été régnant par le passé, en l'Église, par un effet de la permission divine, etc. 

    -Six iniquité de l'Antichrist

    (1) Les erreurs et les infidélités prédites par le Seigneur, touchant l'Antichrist, sont les suivantes : un service idolâtre varie et innombrable, accordé contre le commandement de Dieu et de Christ, non au Créateur, mais à la créature visible et non visible, corporelle ou spirituelle, intelligente et sensible, produite naturellement, ou par un art quelconque, ou sous quelque nom que ce soit, comme de Christ et des saints ou des saintes, et, des reliques, et des personnes en autorité, auxquelles créatures est rendu un service accompagné de foi, d'espérance, d'actions, d'oraisons, de pèlerinages, d'aumônes, d'offrandes, de sacrifices fort dispendieux. Les membres de l'Antichrist servent une telle sorte de créature, ils l'adorent, l'honorent de plusieurs manières, par des chants, par des panégyriques, par des solennités, par des célébrations de messes, par des vêpres, par des complies à ces mêmes créatures, par des heures, par des vigiles, par des fêtes, par acquisition de grâce, acquisition qui est essentiellement en Dieu seul, et méritoirement en Jésus-Christ, et qui s'obtient par la seule foi par le secours du Saint-Esprit.
    Car il n'y a pas d'autre cause de l'idolâtrie qu'une opinion fausse touchant la grâce, touchant la vérité, touchant l'autorité, l'invocation, l'intercession, lesquelles le même Antichrist ôte à Dieu pour les attribuer aux ministères et aux oeuvres de ses mains, aux saints et au purgatoire. Et cette iniquité de l'Antichrist est directement contraire au premier commandement de la loi. 
    Semblablement, l'amour désordonné de l'Antichrist pour le monde est la source d'où procèdent dans l'Église tous les maux et les péchés des conducteurs, des directeurs, des supérieurs ; péchés qui restent sans répression, et qui sont contraires aux vérités de la foi et à la connaissance de Dieu le Père, selon le témoignage de Jean, qui dit : "Celui qui pêche ne connaît point Dieu ni ne l'a vu. Car si quelqu'un aime le monde, la charité du Père n'est point en lui." 

    (2) La seconde iniquité de l'Antichrist, consiste en ce qu'il place l'espérance de pardon, de grâce, de justice, de vérité et de vie éternelle, non en Christ, ni en Dieu par Christ, mais dans les hommes vivants et morts, dans l'autorité, dans des cérémonies ecclésiastiques, dans des bénédictions, dans des sacrifices, dans des prières et dans d'autres choses semblables indiquées plus haut, et non dans une foi véritable qui produit la repentance, avec la charité, l'éloignement du mal et l'avancement dans le bien.
    Ce n'est pas dans une telle foi (9), que l'Antichrist enseigne a espérer fermement, et principalement la régénération, l'affermissement, la réfection spirituelle ou communion, la rémission des péchés, la sanctification en vie éternelle : mais par les sacrements et par sa perverse simonie, moyen par lequel le peuple est trompé (moqué), et ayant toutes choses vendables, il a imaginé des ordonnances anciennes et nouvelles pour obtenir de l'argent, permettant que si quelqu'un a dit ou fait ceci ou autre chose, il veut qu'il puisse acquérir et grâce et vie. Et cette double iniquité est, proprement appelée, dans les saintes Écritures, un adultère (paillardise) et une fornication. C'est pourquoi, de tels ministres, qui conduisent (conduisant) le peuple grossier dans de telles erreurs, sont appelés paillarde (prostituée) apocalyptique. Cette iniquité est contraire an second article, et de rechef, contraire au second et au troisième commandement de la loi.

    (3) La troisième iniquité de l'Antichrist, c'est, qu'outre ce qui a été dit, il a inventé de fausses religions, des règles, des monastères en forme d'église, comme moyens d'acquérir l'espérance. De même les siens affirment, contre toute vérité, que c'est un devoir pour chacun d'entendre souvent et dévotement les messes, de recevoir les sacrements, de se confesser (mais rarement avec contrition), de faire des satisfactions par des jeûnes ou en vidant sa bourse, de rester ou d'être membre de l'Église romaine, de s'adonner ou se livrer à la règle ou au capuchon. Et cette iniquité de l'Antichrist est directement contraire au huitième article du symbole : "Je crois au Saint-Esprit."

    (4) La quatrième iniquité de l'Antichrist, c'est qu'étant bien lui-même la quatrième bête décrite jadis par Daniel, et la prostituée apocalyptique, il s'attribue des noms, l'autorité, le pouvoir, les dignités, les ministères, les offices, les écritures, au point de s'égaler et de se comparer à la vraie et sainte mère Église, en laquelle se trouve ministériellement, et non autrement, le salut et la vérité, quant à la vie, à la doctrine et aux sacrements. Car l'Église romaine se couvre ainsi elle-même et ses ministres d'erreur et péchés manifestes ; elle serait abandonnée de tous si cela était connu. 
    Mais parce que les empereurs et les rois, et les princes, estimant qu'elle était semblable à la vraie sainte mère Église, ils l'aimèrent elle-même et la dotèrent contre le commandement de Dieu. Cette iniquité des ministres, des sujets, de ceux ordonnés dans l'erreur et dans le péché, est directement contre le neuvième article : "Je crois dans la sainte Église."

    En second lieu, en effet, ces ministres, en participant aux seules formes extérieures, selon les usages humainement, ordonnés et inventés, croient on espèrent avoir leur part à la réalité des offices de pasteurs et de la cure d'âmes, comme si ceux qui seraient tondus comme des agneaux, qui seraient oints à la manière d'une paroi, et qui recevraient la bénédiction en touchant le livre et le calice, pouvaient prétendre être convenablement ordonnés prêtres.
    Il en est semblablement, comme il a déjà été dit, du peuple assujetti, si, parce qu'il a sa part, communique aux paroles, aux signes, aux exercices extérieurs et à leurs diverses cérémonies  souvent répétées, il se persuadait avoir part à la vérité qui en est tirée. Et cela est contraire à l'autre partie du huitième article : "Je crois la communion des saints."
    Une chose est à faire, c'est qu'il faut s'éloigner de la très-mauvaise communion des moines qui, pour amener à sa participation les hommes charnels, leur font espérer, au moyen de choses de néant et par avarice, qu'ils leur feront avoir part à leur pauvreté et à leur chasteté, quels qu'ils soient d'ailleurs, ou luxurieux ou avares, pourvu qu'ils leur fassent à eux-mêmes des dons.

    (5) La cinquième iniquité de l'Antichrist est en ce qu'il promet, en trompant, le pardon et la rémission des péchés à des pécheurs non véritablement contrits et qui n'ont pas renoncé fermement aux mauvaises œuvres. Et il fait d'abord cette promesse de la rémission des péchés au moyen de la confession auriculaire et de l'absolution donnée par des hommes, au moyen des pèlerinages dictés par l'avarice.
    Cette iniquité est contraire au onzième article du Credo : "Je crois dans la rémission des péchés". Car cette rémission dépend de l'autorité de Dieu et du ministère de Jésus-Christ, puis en partie de la foi, de l'espérance, de la repentance, de la charité et de l'obéissance qui, selon la Parole de Dieu, est en l'homme.

    (6) Il y a encore une sixième iniquité (des membres de l'Antichrist), c'est qu'ils prolongent l'espérance (de pardon) jusqu'à la fin de la vie, au moyen des iniquités cachées (couvertes) déjà mentionnées pour les pécheurs manifestes, et spécialement au moyen de l'extrême-onction et du purgatoire rêvé, en sorte que les hommes grossiers, qui ne connaissent pas la vérité, persévèrent dans l'erreur et sont (déclarés) absous de péchés dont ils ne se sont jamais éloignés de libre volonté pour qu'ils pussent en espérer la rémission à venir et la vie éternelle.

  • Le pape antéchrist

    A travers la théorie du complot illuminati, cette thèse se répand sur la toile. Cela n'est pas sans rappeler le temps où l'imprimerie fut inventée, permettant la diffusion des évangiles des réformateurs protestants et leur iconographie, dans laquelle l'évêque de Rome est représenté de telle façon, comme l'antéchrist.

    Bien que l'enseignement scolaire n'en fait pas mention, étant donné son caractère dogmatique, l'argument apocalyptique est sous-jacent dans les Lumières françaises (d'Holbach, l'abbé Grégoire), ainsi que dans le marxisme. Pour une raison assez simple : l'apocalypse chrétienne, dans la logique des évangiles, fait obstacle au mysticisme politique millénariste. Que ce millénarisme soit celui de la monarchie de droit divin, ou bien démocratique, sachant que ce dernier n'en est que le produit dérivé. C'est particulièrement net en France, où la démocratie revêt plus qu'ailleurs un caractère entièrement théorique, médias et journalistes reproduisant le phénomène de la cour. Le mépris de tel ou tel souverain récent, de Gaulle ou Mitterrand, pour les médias et les journalistes, ne fait que répéter la même défiance de la part de Louis XIV vis-à-vis des courtisans. L'alternance politique répond d'abord au besoin d'orchestrer ou d'encadrer la cour, selon le but rempli par la délocalisation de la cour à Versailles. La parabole du sphinx, qui préside à tous les destins, vaut ainsi non seulement pour la trajectoire de l'homme, mais celle des institutions humaines, qui ne subissent pas d'autres modifications que celles que les lois de la physique font subir au corps et à l'âme humaine.

    Tout homme est antichrist, selon une démarche passive (féminine) ou plus active (virile), dès lors qu'il ourdit une doctrine sociale ou s'y soumet, en dépit de l'avertissement du Messie qu'il ne faut rien attendre du monde, et que le plus bête est d'attendre une évolution positive de la société. C'est un attentat contre la science, commis par les savants ou les artistes qui prônent le progrès social. Les juristes sont la plupart du temps de cette espèce, afin de justifier leur activité parasitaire. Pour le reste, ce sont des apôtres de la technique, qui postulent son équivalence avec la science, quand bien même la technique n'a pas d'autre but que l'imitation de la nature, tout le reste n'étant qu'un cinéma improbable, celui-là même dont le millénarisme politique s'enfle, et qui passe par une occultation systématique des ravages de la science polytechnique. Sans la démonstration du progrès technique, la mystique politique moderne s'écroule. Et cette démonstration n'est pas une preuve, c'est une démonstration.

    Comprenez la nécessaire censure de Bacon, alias Shakespeare, par la communauté scientifique moderne : son souci d'une science universelle, contredit radicalement la captation par une élite de soi-disant "génies scientifiques", dont la virtuosité se remarque surtout dans l'échec à résoudre la quadrature du cercle, probablement le mobile le plus maniaque qu'on peut assigner à la science, et le moins expérimental.

    Nécessaire aussi la censure, car Bacon promeut le progrès scientifique contre l'idée que l'invention technique soit un progrès. Très souvent, celle-ci n'est que le fruit du hasard et du tâtonnement le plus dangereux pour l'homme. Le phénomène le plus dissuasif de croire que la démocratie est autre chose qu'un subterfuge juridique, "une hypothèse dont les preuves ne sont pas encore réunies dans la nature", comme disent les mathématiciens les plus débiles, c'est bien la polytechnique moderne et son insouciance criminelle à se servir du peuple comme d'un cobaye pour ses expériences. C'est là le détachement le plus net de l'humanisme, et du mépris de l'homme par l'homme.

    Une fois perçue l'intention nécessairement prédatrice d'une élite, tout est dit du complot, de sa cause et de son but. L'homme d'élite le plus avisé a conscience de son anéantissement prochain, en même temps qu'il est nécessaire que le peuple ne parvienne pas à cette conscience, faute de quoi il se trouverait jeté à bas de sa monture. L'éthique, pour le peuple, revient au consentement par le cheval du cavalier ("Mon royaume pour un cheval !").

    On voit que l'Eglise romaine, en sa doctrine, n'a fait qu'épouser le mouvement de métamorphose des institutions politiques occidentales, y compris dans leur formulation mystique la plus chrétienne. Le fait qu'elle s'y soit soumise de façon passive, comme l'épouse d'un tyran (ainsi de Gertrude, mère de Hamlet, honnie par celui-ci), est assez dissuasif de voir dans le pape lui-même l'incarnation de l'antéchrist, et dans le nombre de la bête (666) la désignation d'un homme en particulier. Le nombre de la bête désigne bien plutôt la force tutélaire à laquelle l'homme se soumet, suivant un déterminisme plus ou moins conscient, et que les Egyptiens représentèrent par le zodiaque. La panoplie de l'évêque de Rome s'inspire d'ailleurs bien plus des symboles païens égyptiens (crosse et mitre, notamment), que du symbolisme chrétien du cavalier blanc, incarnation de la force spirituelle. Un autre phénomène étrange, au point qu'il est remarqué et critiqué parfois au sein de l'institution romaine, est la canonisation des papes, manifestation apparente d'un culte hiérarchique et providentiel, tel que les élites en ont conçu et en conçoivent à toutes les époques, sans d'ailleurs que la conviction dans l'au-delà soit nécessaire, autrement que comme le simple raffermissement de la volonté.




  • Le Christ immoral

    On ne peut pas comprendre la perversité du libéralisme, sans comprendre celle du catholicisme romain. C'est sur ce point notamment que la critique de réactionnaires comme Nitche ou Maurras est défaillante, invectivant d'une part le libéralisme (en vain), et de l'autre Jésus-Christ et ses apôtres, alors que ceux-ci n'ont aucune responsabilité dans le catholicisme romain ou la philosophie médiévale, dans laquelle celui-ci croit trouver une fondation solide.

    Ainsi Nitche se retrouve-t-il dans la position intellectuelle des catholiques romains ou des libéraux, qui n'est pas loin du soliloque ou de la morale pure, non loin de la folie moderne.

    La philosophe nazie Hannah Arendt est une menteuse, et son mensonge est identique à celui de Pangloss. C'est dans l'ordre animal que le mal est banal : dans l'ordre humain, il revêt une dimension bestiale extraordinaire, celle-là même que les anthropologues libéraux qualifient de "mouvement culturel", dont le singe n'est pas capable. C'est ce que l'immonde philosophie évolutionniste ne résout pas : les deux caps que le singe ne peut franchir : celui de la bestialité anthropologique, culturelle (du masochisme, par exemple, ou du cinéma) ; en réalité, doté d'une meilleure vitalité ou d'une meilleure détente, le singe se passe de cinéma et n'a que des divertissements ou des opinions utiles ; et, à l'opposé de la culture, l'esprit critique, dont les régimes technocratiques ou polytechniciens se coupent dans leur aspiration à la puissance, mais dont l'individu, libéré des maillons de l'espèce, sait se montrer capable. Tous les cinéastes qui, d'ailleurs, ont la prétention d'élever le cinéma au-dessus du pur divertissement, refont le même chemin que la philosophie mystique nazie ou le satanisme vers le dogmatisme religieux, l'éloge inconscient de la chair qui anime les sectes puritaines.

    +

    Pourquoi, maintenant, Jésus-Christ est-il immoral ? Pour employer le langage moderne, la réponse est qu'il est animé par une conscience scientifique et non morale ; cette science que les meilleurs humanistes chrétiens ont désigné, "science consciente", afin de souligner tout ce que la technique doit au réflexe et à un automatisme de la pensée, le terrain même où l'homme est inférieur à l'animal : celui de l'espace-temps. Cette infériorité est suffisante pour expliquer que le libéralisme est la doctrine économique la plus stupide de tous les temps : elle se fonde sur l'aptitude de l'homme à l'économie, alors qu'il est, de toutes les espèces, la moins douée pour l'économie.

    Bien avant Marx, Rabelais prononce que la science juridique n'en est pas une, et fonde la langue française sur le mépris du langage, c'est-à-dire l'outil le plus vil, celui-là même par lequel, selon Jésus-Christ, "l'homme se souille", et en vient à ne plus se connaître, à ne plus s'aimer. La souillure dont parle Jésus-Christ n'est pas d'ordre moral ou éthique : cette souillure revient à la bêtise ou la folie. Sont imprimées sur l'aliéné les stigmates du langage, et il se prend -à juste titre- pour un parangon de justice sociale : à juste titre, c'est-à-dire que sa raison et sa foi sont les plus pures, en même temps qu'il est le plus impuissant à rétablir un ordre dont la ruine lui échappe.

    Tout commentaire des paraboles de Jésus-Christ doit être préfacé par : "Elles sont toutes immorales". Cette immoralité n'a rien d'énigmatique, mais tout le pieux office du clergé catholique romain a consisté à les réduire à cet état, ou par lâcheté et amour du monde, ou par un satanisme avéré, se dissimulant à peine derrière les incitations à la haine du sinistre Bernard de Clairvaux. Très exactement, les paraboles de Shakespeare sont dites "énigmatiques" pour la même raison. Leur prétendue "clef" est la même. Shakespeare confronte un ordre moral chrétien inique à la vérité évangélique, surnaturelle et non éthique. Ce que Shakespeare-Hamlet refuse absolument, à la suite de saint Paul, c'est une philosophie rétablissant la mort dans ses droits, une culture qui ne peut être que celle du suicide grotesque et pitoyable de Roméo et Juliette, d'Ophélie et de son inhumation orchestrée par le singe Laërte - cet acteur de cinéma disloqué.

    La véhémence de saint Paul vis-à-vis de ses disciples, qui renouvelle celle des prophètes juifs vis-à-vis du peuple hébreu, et bien sûr celle de Jésus, comme la missive de remontrances de Paul aux Galates en témoigne, s'explique par le mépris que l'apôtre des gentils éprouve pour l'anthropologie, c'est-à-dire le penchant naturel ou charnel de l'homme pour l'éthique, c'est-à-dire la justification systématique de ses oeuvres, à laquelle son état d'ignorance l'accule, et par où le judaïsme, congédiant ses prophètes, s'était enlisé dans la superstition et un platonisme, dont il semble que le zélote Judas, d'après ses notes personnelles récemment retrouvées, était proche.

    Ce qui fait la faiblesse de la philosophie morale allemande moderne, c'est précisément cette incapacité à dépasser le niveau religieux ou éthique. Tout le mérite de Marx est de s'être extrait de cette fange.

    Toute la puissance que l'antéchrist Nitche convoque au service de la civilisation, il s'en prive pour lui-même, tandis que l'apôtre, au contraire, détourne des "oeuvres de la loi" (c'est ainsi que Paul désigne la morale juive périmée) afin de renforcer l'homme. Le satanisme est une religion où les plus dévôts sont les plus mal traités, probablement en raison de leur manque d'efficacité ; si les banquiers libéraux sont des surhommes en comparaison, c'est à leur morale beaucoup mieux adaptée qu'ils le doivent, et qui consiste à tirer le meilleur profit pour eux-mêmes de l'exploitation d'autrui : ils ne prétendent pas dicter la morale, mais ce sont eux qui tirent les plus grands bénéfices de la tromperie universelle, entièrement contenue dans le langage.

    Luther a raison (il sait lire) : les oeuvres de la loi ne sauvent pas, et le purgatoire n'est qu'un vaste écran de fumée juridique, équivalent de la chappe de plomb de l'inconscient collectif qui l'a remplacé. L'éthique sociale n'a pas lieu d'être parmi les chrétiens. Shakespeare le dit encore mieux que Luther, en montrant que le négationnisme de l'histoire repose essentiellement sur l'argument de l'éthique sociale, et en permettant par l'histoire à son lecteur de recouvrir la vue, il réunit la vérité à la charité, sans laquelle celle-ci peine souvent à dépasser la sentimentale tromperie de soi-même.

    Shakespeare rapproche l'homme du salut et de la force de l'Esprit, dont le clergé l'avait tragiquement éloigné en scellant Paul et les évangiles sous des boisseaux de philosophie et des tonnes de pierrailles gothiques.

     

     

     

  • L'Antéchrist Benoît XVI

    Comme je ne peux pas revenir sur les cinquante raisons qui, peu à peu, m'ont conduit à reconnaître dans l'Eglise catholique romaine la synagogue de Satan, je me contente de quelques-unes...

    - Mais d'abord je dois dire que je n'ai pas subi de sévices personnels de la part de curés catholiques romains lors de mon éducation au sein de cette secte, en dehors du mensonge qui est, somme toute, le lot de tout un chacun aujourd'hui, tant l'Occident s'appuie désormais pour justifier son appropriation de la majeure partie des richesses du monde sur un humanisme entièrement truqué, une rhétorique juridique si mensongère qu'elle porte en elle les germes de sa propre destruction. En effet, le mensonge est comparable à la maçonnerie ou l'architecture, qui pour durer nécessite un peu de cohérence.

    - Je dirais plutôt des derniers clercs romains qu'ils sont particulièrement efféminés - non pas forcément sodomites -, mais enclins comme les femmes à ratifier l'ordre social en place, quel qu'il soit. Ce n'est pas moi, ce sont des militantes féministes qui, aujourd'hui, osent inciter des jeunes femmes à la prostitution, c'est-à-dire à l'esclavage ; je ne porte aucun jugement moral sur ce féminisme ubuesque, revendiquant pour la femme le statut d'objet, mais il illustre mon propos misogyne : c'est certainement un effet du libéralisme et des prétendues valeurs démocratiques ou républicaines censées lui servir de cadre si la prostitution est entrée dans les moeurs : or, cette violence institutionnelle est couverte par les femmes ou des clercs. Le mercantilisme et le viol des consciences est partout, mais ces chiens apeurés nous disent que la civilisation est menacée par le terrorisme islamiste !? (Je rappelle que plusieurs centaines de milliers d'avortements sont perpétrés chaque année dans l'Occident "judéo-chrétien", dirigé par des banquiers et des industriels "judéo-chrétiens", qui blasphèment à chaque fois qu'ils invoquent le nom de dieu à l'appui de leur cause sinistre.)

    - L'une des raisons de ma prise de conscience vient de mon éducation française. C'est en Allemagne que les femmes sont plus viriles que les hommes, et non en France. Le féminisme est une religion d'Etat aux Etats-Unis, en Allemagne : à l'exception des millieux culturels et l'Eglise catholique romaine, on peut exposer une opinion contraire au féminisme en France et faire usage de sa liberté d'expression ; (ailleurs j'ai exposé en quoi les allégations de l'essayiste protestant Jacques Ellul selon lesquelles le féminisme serait fondé sur les évangiles sont infondées).

    Le respect de l'art ou de la culture, et des autorités qui la représente, est moindre en France qu'à l'étranger ; et, tant mieux, vu que la religion de l'art est un principe national-socialiste ; il se trouve qu'il contient, en outre, la formule de l'athéisme moderne.

    - Ainsi l'histoire révèle, contre les mensonges des professeurs d'éthique allemands, que l'athéisme moderne est le produit dérivé du catholicisme romain, en même temps que l'anticléricalisme, en Occident, est largement inspiré par l'attitude de Jésus-Christ face aux pharisiens juifs. Donc que les étiquettes religieuses, morales ou politiques, aposées aujourd'hui sur tel ou tel groupe confessionnel ou anticonfessionnel, n'ont qu'une valeur pratique dans le meilleur des cas, en aucun cas "spirituelle" ou scientifique ; en effet, le slogan éculé de la "modernité" est un slogan religieux -indissociable de l'organisation technocratique-, et non un projet scientifique. La modernité consiste à asservir la science aux nécessités politiques, ainsi que sous les régimes nazi ou soviétique, mais encore comme ce fut le cas dans l'antiquité la plus reculée, ou chaque fois qu'une théocratie fut instaurée dans l'histoire.

    Autrement dit je prétends que si le régime technocratique actuel fait faillite -et quel chrétien regretterait un tel léviathan, mêlant la confession du crime au crime lui-même ?- s'il fait faillite les croyances actuellement répandues par l'université dans le domaine des sciences seront bouleversées.

    - Bien sûr le pape allemand Ratzinger incarne un type de mensonge très particulier aux yeux d'un chrétien, c'est le mensonge au nom de Jésus-Christ. Or il est assez frappant comme les propos du papes sont dépourvus de rapport avec le message évangélique. La paix ? Elle est le souhait de n'importe quel chef de guerre païen qui veut ménager ses troupes ? La repentance pour les crimes commis autrefois par l'Eglise romaine ? (Quel Français n'y verra la conjonction de la tartuferie chrétienne et du pharisaïsme juif, tant l'acte de juger des morts paraît aussi lâche que vain et puéril, en même temps qu'il bafoue la plus élémentaire recommandation évangélique de s'abstenir de juger autrui, sous peine de se condamner soi-même ?) Les voyages diplomatiques ? En quoi imitent-ils Jésus-Christ, notoirement persécuté par les représentants d'institutions juive et romaine ? La culture de vie ? Elle est si païenne, qu'on ne trouvera quasiment pas de théologien chrétien assez délirant pour oser prêter au christianisme le mouvement qui est celui attribué par Moïse à Eve elle-même. La démocratie-chrétienne ? On ne peut la fonder sans violer le nouveau testament d'une manière similaire à ceux qui, réinventant la monarchie de droit divin des anciens pharaons, le firent au XVIe siècle et que l'Eglise condamne officiellement désormais - autant dire avec une hypocrisie invraisemblable.

    - De tel discours sont caractéristiques de la volonté de leur auteur d'hypnotiser ses fidèles, ou bien de sa propre aliénation mentale, ce qui revient au même. Comme Nitche et les adeptes de sa religion antichrétienne l'ont bien compris, c'est la méthode de s'emparer des foules à l'aide de la folie.

  • Augustin et l'Antéchrist

    J'ai récemment dissuadé mon pote Fodio de se lancer dans la lecture de la théologie d'Augustin d'Hippone. J'étale ici un peu mieux mes griefs. D'abord le style d'Augustin est habituellement spéculatif, et ne va pas assez à l'essentiel, bien qu'il ne soit pas entièrement hypothétique comme le style de Blaise Pascal, apprécié des amateurs de noeuds de cravate.

    Mais surtout, Augustin se fie pour la "philosophie naturelle" à Platon, qui ne diffère pas des Egyptiens, dont le seul souci est l'ordre ou la vertu, et rien d'autre. Les chrétiens n'ont pas de bonne raison pour ressusciter ce que la Mer Rouge à englouti : l'éthique, que la métaphore de "mer rouge" restitue parfaitement, vu le nombre de crimes qui ont été commis en son nom.

    L'Allemagne est d'ailleurs un pays de néo-platoniciens, et on peut dire de Platon qu'il est la matrice intellectuelle de l'éthique nazie. Comme je n'ai pas encore trouvé de néo-platonicien allemand à la hauteur de Platon, j'en conclus la haine de cette nation pour le progrès. Même Nitche, après avoir fait l'éloge du dieu du carnaval et de la fête de la bière, est bien obligé de reconnaître qu'on ne peut pas célébrer Dionysos tous les jours.

    Sur ces entrefaites je me suis décidé à lire la "Cité de Dieu", qui ne désigne pas dans le christianisme la République de Platon, ni Rome, la Cité du Vatican, mais la "Jérusalem céleste", c'est-à-dire l'Eglise chrétienne immortelle. Sur ce point Augustin ne dévie pas du christianisme dont les buts métaphysiques renversent le procédé de l'ordre naturel sur lequel les civilisations païennes sont fondées, avec probablement un surcroît de science physique chez les Egyptiens, par rapport à toutes les civilisations suivantes, ce qui explique la fascination à travers les millénaires des alchimistes, architectes, hommes de loi (Montesquieu), et autres polytechniciens pour cette formule mathématique la plus parfaite. On peut même dire, bien que ce fut une théocratie inflexible, que les Egyptiens ont inventé l'utopie démocratique, hypothèse nettement moins élégante que les pyramides, mais non moins religieuse.

    Dans ce chapitre, Augustin n'est pas plus sûr de lui ; la formulation mythologique de l'apocalypse de saint Jean, à l'instar de nombreux passages du "vieux testament" des juifs, étant faite pour le dévoilement progressif et une meilleure conservation de l'esprit que cette mythologie recèle, offre en effet pas mal de résistance à l'esprit qui veut les traduire ; cela pour donner la mesure de l'extraordinaire travail d'élucidation entrepris par Shakespeare-Bacon.

    Augustin, donc, sur l'Antéchrist ("Cité de Dieu", XX, XIX) :

    "Je vois qu'il me faut passer sous silence de nombreux témoignages de l'Evangile et des apôtres sur ce dernier jugement, de peur que ce Livre ne prenne de trop longs développements ; mais il est impossible d'omettre ces paroles de l'apôtre Paul aux habitants de Thessalonique : "Nous vous prions, dit-il, mes frères, par l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre union en lui, ne vous laissez pas surprendre dans votre foi, ni épouvanter par aucune prophétie, aucune parole, aucune lettre que l'on supposerait venir de nous, comme si le Seigneur était imminent : mettez-vous en garde contre toute séduction. Ce jour n'arrivera point que l'apostat ne vienne, et que l'homme de péché ne paraisse, ce fils de mort, cet adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu, de tout ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, s'offrant lui-même comme Dieu. Ne vous souvient-il pas que je vous disais cela quand j'étais encore avec vous ? Et vous savez ce qui le retient, afin qu'il paraisse en son temps. Car déjà s'accomplit le mystère d'iniquité. Seulement que celui qui se tient maintenant, tienne toujours jusqu'à ce qu'il se retire. Et alors se découvrira l'impie que le Seigneur Jésus tuera d'un souffle de sa bouche et dissipera par le resplendissement de sa présence ; l'impie qui doit paraître dans toute la puissance de Satan, multipliant les miracles, les signes et les illusions du mensonge, et les séductions de l'iniquité pour ceux qui périssent faute d'accueillir l'amour de la vérité qui les eût sauvés. Et c'est pourquoi Dieu suscitera contre eux une telle puissance d'erreur qu'ils croiront au mensonge ; afin que ceux-là soient jugés qui n'ont pas cru à la vérité, mais prêté consentement à l'iniquité."

    Nul doute qu'il ne parle ici de l'Antéchrist ; et que le jour du jugement (qu'il appelle jour du Seigneur) ne doive venir après l'avènement de l'apostat, déserteur du Seigneur notre Dieu. Car si ce nom convient à tous les impies, combien plus encore à celui-ci ? Mais en quel temple de Dieu doit-il s'asseoir ? Est-ce dans les ruines du temple bâti par Salomon, ou dans l'Eglise ? Car l'apôtre ne donnerait pas au temple d'une idole, au temple du démon, le nom de temple de dieu. (...)"

     

  • Benoît XVI est-il l'antéchrist ?

    - Contrairement à une idée répandue à cause de la médiocrité de l'enseignement laïc républicain moderne, l'accusation de satanisme visant la papauté n'est pas l'apanage des sectes protestantes évangélistes ou de Martin Luther ; elle est récurrente depuis l'origine du christianisme jusqu'à l'effondrement de l'institution catholique romaine à la fin du XVIIIe siècle. Sans faire de recherches approfondies, on la retrouve dans le poème de Dante Alighieri, ou encore chez l'Italien Boccace, sous une forme moins accusatrice ; mais aussi, prolongeant le propos de Boccace sur la tartufferie et la corruption des moines-prêcheurs, chez Shakespeare ; elle est encore directe chez le philosophe d'Holbach ; enfin, je citerais le théologien apolitique suédois E. Swedenborg, qui eut une influence directe sur Balzac.

    - L'anticléricalisme trouve dans l'Evangile de nombreux appuis, qui rendent l'esprit du christianisme impénétrable à ceux qui n'en ont qu'une vague connaissance, et risquent de confondre cet esprit avec un génie ou un djinn oriental.

    D'abord Jésus-Christ a été assassiné par un complot de prêtres juifs, et le caractère anticlérical de la révélation chrétienne entre bien sûr en compte dans ce crime, auquel le pouvoir politique romain à prêté la main. Jésus en personne incite ses disciples à la méfiance et, son message étant "catholique", c'est-à-dire universel, c'est à tout jamais la théologie qui fut placée par le Nouveau Testament en position d'être critiquée par chacun. Si l'obéissance est militaire et abstraite, l'esprit critique est, lui, chrétien et réaliste. L'avertissement du prophète Jésus est contre les faux prophètes qui parlent en son nom. La vision apocalyptique de l'apôtre préféré de Jésus, Jean, confirme le rôle néfaste de ces faux prophètes dans l'histoire.

    Les colères de Jésus-Christ sont plutôt rares. Elles ont toutes une dimension anticléricale, notamment sa sainte colère contre le commerce d'offrandes organisé par le clergé juif. Ceux qui ont connaissance du fonctionnement d'une institution morale ou politique quelconque, savent à quel point la notion de sacrifice ou d'abnégation de soi est centrale dans une telle organisation. Là encore, contrairement à un préjugé assez grossier, mais néanmoins répandu, l'incitation du Christ n'est pas au sacrifice mais au salut. Et le salut chrétien ne comporte pas cet aspect sacrificiel qui est caractéristique, bien au contraire, de la gloire ou de la consommation païenne. Si ce n'est pas le cas de nombreux théologiens catholiques après lui, Jésus-Christ ne cesse de souligner que l'ordre naturel éthique ou païen est la voie du néant spirituel.

    En outre Jésus dissuade ses apôtres de l'appeler "maître", ce qui constitue une récusation supplémentaire de l'ordre temporel clérical et de son organisation pyramidale. Un maître impose des devoirs, et si Jésus s'en abstient, c'est incontestablement qu'il a sur la condition humaine un regard qui diverge radicalement du point de vue social. Le Christ voit tous les hommes qui vivent dans l'espérance d'un plus grand bien social comme des condamnés à mort. Sa grande pitié et son absence de jugement moral viennent de là, du fait qu'il est parfaitement vain de condamner quelqu'un qui n'est déjà qu'une hypothèse de travail, et se débat dans le monde avec cette plaie atroce dans le coeur.

    Pour ainsi dire la doctrine sociale est, du point de vue chrétien, une doctrine de fainéant ou de parasite, extrêmement dangereuse car elle condamne à mort tous les adeptes du socialisme ; de fait, le socialisme chrétien en Occident est la matrice infatigable d'à peu près tous les charniers.

    - Le pape Benoît XVI, à la tête d'une Eglise romaine à peu près déchue de tous ses pouvoirs temporels, est-il l'antéchrist en personne, dont parle le Nouveau Testament ? La première objection qui vient à l'esprit, c'est qu'il n'en a pas l'envergure. Elle me convainc assez. Bien qu'impossible et sacrifiant la logique chrétienne sur l'autel de la mode, la théologie de Benoît XVI est allemande ou mathématique, c'est-à-dire celle que sa fonction lui impose. La schizophrénie de Benoît XVI est typique de celle du fonctionnaire moderne, lieutenant du chaos qui croit contribuer à l'ordre. Elle est mathématique parce que répétitive, et que l'éthique est au coeur de l'islam comme de l'Eglise romaine depuis des siècles, fluctuant au gré des modèles économiques, aussi peu universelle que possible. La doctrine du pape romain est ésotérique parce qu'aucune institution humaine ne peut endurer la vérité. Si bien que toute institution humaine, même si cela est plus flagrant dans la théocratie égyptienne, est nécessairement sous la bannière de Satan. Toute institution juridique a un plan macabre, que la prétendue complexité du monde, ou la sophistication de l'art religieux abstrait - de la musique ou du cinéma démoniaques - a pour but d'occulter.

    - Je rejoins l'avis du chanoine catholique Crampon sur l'antéchrist et le nombre de la bête, 666, que les savants ou les philosophes chrétiens sont invités à déchiffrer, afin de contribuer à démasquer les faux prophètes. "La meilleure solution ne serait-elle pas de considérer le nombre 666, non plus comme la somme des valeurs numériques des lettres d'un nom propre, mais comme un nombre symbolique exprimant par lui-même, à la manière d'un nom, la nature de l'Antéchrist ?"

    Bien plutôt que telle ou telle personne religieuse ou morale à l'instar de Judas Iscariote, on peut en effet penser que la bête qui résiste à l'avènement de l'amour et de la vérité divines, est plutôt la personnalité morale elle-même, traduite dans le national-socialisme ou le républicanisme comme "l'identité", version juridique de l'aliénation mentale ; celle-ci donne lieu à un culte indécent en France, dont le but mercantile sous-jacent est soigneusement dissimulé aux pauvres gosses de ce pays par les vieillards cyniques qui le dirigent, un coup à gauche, un coup à droite, c'est-à-dire à tâtons.

    E. Swedenborg rapproche justement l'éthique de "la bête de la terre", comme si la terre elle-même était la matrice de l'idéologie païenne, qui incite l'homme au sacrifice de son existence, sous prétexte de la gagner, suivant une logique ubuesque stigmatisée avec force par Shakespeare. L'éthique n'est donc qu'une mystification juridique.

    Et, en effet, aussi coupé soit l'homme moderne de la terre et des vieilles religions païennes, il reste attaché à la terre par l'argent. La terre, chère aux femmes et aux personnes efféminées, n'est-elle pas tout comme le temps, un ersatz de l'éternité, et le point de départ de tous les calculs humains ? Il est écrit en outre dans les saintes écritures chrétiennes que "la terre passera".