Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

anarchiste

  • Le Christ anarchiste

    - N'ayez pas peur ! dit Jésus-Christ à ses apôtres.

    Or la peur est le ciment social par excellence ; on ne peut pas parler de régime totalitaire, c'est-à-dire d'un régime asservissant un myriade d'humains (l'aspect quantitatif est une dimension importante du totalitarisme), sans évoquer le chapitre de la peur, d'où part l'adhésion au totalitarisme ; mais on ne peut pas parler non plus de la famille, formule sociale primitive, sans parler aussi de la peur, qui justifie la vie domestique. On voit le Messie, à l'entame de sa vie publique, s'émanciper des affaires et considérations domestiques.

    L'indifférence du chrétien aux questions sociales et politiques tient sans doute à ceci qu'il n'a pas peur ; l'avenir est une chose qui préoccupe surtout les lâches - ce qu'il y a de lâche en chaque homme et l'incite à "cultiver ses racines" ou autre religion païenne mystique du même goût.

    On peut ainsi aisément relier la peur et l'argent, comme Molière nous y invite dans sa comédie de "L'Avare", où l'argent n'a plus seulement le sens d'une transaction banale, mais une valeur mystique d'assurance, illusoire et analogue à "l'au-delà" de la mort.

    On voit que l'avenir est la religion ou la préoccupation des personnes riches, qui possèdent beaucoup d'argent ou de biens.

    Le jeune homme riche de la parabole respecte scrupuleusement les prescriptions de la religion juive, mais il ne veut pas renoncer à ses richesses, probablement parce qu'il n'est pas capable de dépasser sa peur, cette peur qui nous éloigne de dieu et nous oblige à garder les yeux rivés sur cette terre comme des lâches.

     

  • Le Christ anarchiste

    Contrairement à ce qu'affirment les philosophes catholiques menteurs, il n'y a pas d'anthropologie chrétienne autrement que sous la forme d'une trahison de l'esprit et la lettre de l'Evangile ; le raisonnement anthropologique correspond en effet à ce que l'Evangile nomme "bâtir sur du sable".

    On peut prendre l'architecture comme le raisonnement anthropologique-type. L'architecture ou la géométrie constitue l'essentiel de la pensée païenne antichrétienne, dans la mesure où une géométrie intelligente et raisonnée (ce que n'est pas la géométrie algébrique moderne) est une "philosophie naturelle", c'est-à-dire un art supérieur à ce que l'homme moderne appelle "doctrine sociale", et qui a conduit à de nombreuses catastrophes humanitaires.

    L'architecture catholique romaine trahit le plus visiblement le message évangélique. Les cathédrales gothiques, en particulier, ont toute l'apparence d'un culte rendu au diable.

    Le plus gros écueil sur laquelle le mensonge de la philosophie catholique se heurte, c'est l'apôtre Paul ; c'est pourquoi le clergé romain mène une guerre secrète contre l'apôtre Paul afin de dissoudre son enseignement extrêmement peu compatible avec les thèses des élites judéo-chrétiennes. La démocratie-chrétienne ne peut s'en prendre directement à la figure du Christ - la ruse serait alors trop visible.

     

  • Le Christ anarchiste

    L'anarchisme chrétien tient dans l'impossibilité d'une politique universaliste. Il convient pour le chrétien de laisser à César le soin des questions terre-à-terre. En jouant un rôle politique, tel ou tel homme d'élite soi-disant chrétien donnera à son prochain une image trompeuse du christianisme, en quoi il s'expose aux foudres de dieu.

    C'est la raison pour laquelle Shakespeare a représenté les "éminences grises catholiques" comme des suppôts de Satan, car ce qui trahit l'esprit de la parole divine le fait nécessairement pour le compte de Satan.

    Tous les détracteurs de la démocratie moderne comprendront aisément le point de vue chrétien puisque les adversaires de la démocratie moderne s'emploient à démontrer que le modèle de développement que les élites occidentales s'efforcent d'imposer au monde entier est un modèle catastrophique.

    Certain philosophe réactionnaire (Nietzsche), au long de sa vitupération du monde et de la culture modernes, croit déceler dans celles-ci la marque du judaïsme et du christianisme. Les apparences seulement corroborent sa remarque ; l'universalisme des "droits de l'homme" paraît en effet une forme renouvelée de "morale judéo-chrétienne". Mais il n'en est rien, car la morale n'a pas, du point de vue chrétien, ainsi que toutes les paraboles l'indiquent, une portée universelle, mais seulement relative. Amour et éthique sont parfaitement distincts dans le judaïsme et le christianisme.

    Le fait est d'une tentative surprenante d'imposer au monde un gouvernement et des valeurs judéo-chrétiennes, en dépit de la prohibition qui est faite par le Messie à ses apôtres d'emprunter une voie politique. D'une certaine façon, on peut dire que toutes les utopies politiques modernes reflètent cette perspective chrétienne truquée. Ostensiblement antichrétien, le régime nazi se présente justement comme une contre-utopie, un retour à des valeurs naturelles.

    Les évangiles et les épîtres de Paul fournissent la réponse à ce paradoxe ou cette énigme dans la description qu'ils donnent de l'antichristianisme de la fin des temps. Celui-ci se présente, non pas comme un satanisme dans le sens païen, mais comme un satanisme dans le sens chrétien, à quoi la notion de "politique chrétienne" correspond à peu près. Ainsi le piège de Satan est moins facile à déceler. Néanmoins la mythologie de Shakespeare consiste largement à démasquer Satan derrière les symboles chrétiens.

     

  • Le Christ anarchiste

    S'aimer soi-même suivant l'incitation évangélique, à cause de la résistance sociale à cet amour-là, n'est pas le plus facile.

    Si on peut parler de "résistance sociale" à l'amour chrétien de soi, c'est parce que cet amour donne la force de s'opposer à l'aliénation sociale et ses différents vecteurs que sont l'argent, l'idolâtrie patriotique, ou encore la démocratie-chrétienne, en tant qu'elle représente une tentative d'étouffer le message évangélique dans l'oeuf, c'est-à-dire de faire passer la déclaration de guerre du Christ au monde pour une doctrine sociale.

    Le satanisme de Nietzsche est moins nuisible que la doctrine sociale de l'Eglise, pure fornication. Comment cela ? Parce que, tandis que le suppôt de Satan pose le principe de la faiblesse du Christ et des apôtres, du néant de cette doctrine, la doctrine de l'Eglise cultive cette faiblesse qui sert de preuve à l'antichrist, distillant une éthique judéo-chrétienne qui ne doit rien aux prophètes juifs et chrétiens, mais tout au calcul des nations judéo-chrétiennes et de leurs actionnaires.

    Un tel paradoxe ou une telle ruse est annoncé par les épîtres de Paul, l'apocalypse de Jean, ou encore Shakespeare, comme le règne de l'antichrist. Mais le camp des saints garde une confiance sans faille dans le fait que toutes les ruses de Satan seront déjouées, y compris le coup ultime du satanisme à visage juif ou chrétien.

  • Le Christ anarchiste

    Si la justice est plus juste en prison qu'elle n'est en dehors de la prison, au stade où la plus grande tartufferie règne parmi les magistrats, c'est parce que cette justice est plus naturelle. L'argent, dont le rôle est moindre en prison, fausse moins la justice.

    Si le christianisme est une religion anarchiste, dans laquelle les faussaires sont facilement repérables, c'est parce que la nature n'est pas source de justice au sens chrétien, mais seulement d'ordre.

    L'idée d'égalité sociale est donc, ainsi que le souligne le philosophe païen Nitche, une idée contre-nature insensée.  Mais l'idée d'égalité sociale n'est pas chrétienne ou juive non plus. L'idée d'instaurer un ordre social éthique abstrait, et que cet ordre social-là puisse être "viable", cette idée ne trouve aucun fondement dans les Ecritures saintes. La démocratie moderne n'est pas moins irrationnelle aux yeux d'un chrétien qu'elle est aux yeux de l'antichrist Nitche.

    Pour Nitche, la démocratie moderne est imputable aux chrétiens, descendants des juifs. En réalité, il n'est pas difficile de voir que cette magistrature cauteleuse a inventé à l'aide du christianisme, en y mêlant la philosophie de Platon, l'art pour les élites de se couvrir de sang en toute impunité.

  • Le Diable et la Morale

    A lire dans le webzine anarchiste "Au Trou !?", une note sur l'incarnation du diable par le Front national et son leader dans la vie morale et politique française au cours des 30-40 dernières années, au cours desquelles l'Education nationale et ses fonctionnaires ont perdu le prestige attaché au clergé et à la morale.

    Ce phénomène de métamorphose de l'éthique et du clergé (on vit jadis les philosophes des Lumières investir les positions tenues par auparavant par le clergé catholique) dont les répercussions, tant économiques que politiques et scientifiques sont déterminantes, est un phénomène typiquement occidental. Seule la philosophie scolastique de G.W.F. Hegel s'efforce de démontrer dans ce phénomène culturel, qui présente une analogie avec la force motrice (action-réaction), un progrès vers un plus grand bien ou une plus grande spiritualité.

    F. Nitche et Karl Marx ont fait la démonstration que l'idée hégélienne du progrès est purement rhétorique. De son côté Nitche montre que l'art occidental est essentiellement décadent et incapable de produire les mêmes effets bénéfiques que l'art antique. Quant à Marx, il fait la démonstration d'un droit moderne soumis aux nécessités d'une économie moderne en voie d'autodestruction.

  • Le Christ anarchiste

    Dans sa lettre aux Galates, l'apôtre Paul accuse l'apôtre Pierre de n'avoir pas compris la nouveauté du message évangélique, par rapport à la loi juive, et de se comporter de façon ambiguë vis-à-vis des juifs et des gentils : "Mais lorsque Céphas (Pierre) vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu'il était digne de blâme."

    L'apôtre Paul prétend détenir de l'Esprit de dieu lui-même la vérité sur le sens du sacerdoce nouveau qui, pour le dire vite, fait de chaque homme ou de chaque femme un apôtre ou un prêtre à part entière. Paul abolit ainsi la fonction sacerdotale au nom de l'Evangile. Peu de temps avant de retourner au père, on vit en effet le Messie recommander à ses apôtres de ne plus lui donner du "maître", mais de l'appeler leur "frère".

    On trouve dans les différentes épîtres, outre le détail de la dispute avec Céphas, de nombreuses explications à la signification du sacerdoce nouveau que le chrétien qui veut travailler au règne prochain du Christ ne peut se dispenser de lire. J'insiste sur le terme "prochain", car la perspective d'un temps infini est faite pour anéantir la foi chrétienne dans le salut, la noyer dans l'action sociale ; les païens ne requièrent nullement l'aide ou l'apport du christianisme dans le domaine de l'action sociale, et quand l'antichrist Nietzsche accuse l'action sociale chrétienne d'être le principe même de la décadence, il a parfaitement raison... si ce n'est qu'on ne voit nulle part aucun apôtre prôner l'action sociale, c'est-à-dire le service du monde.

    "Pour nous, nous sommes Juifs de naissance, et non pécheurs d'entre les Gentils. Cependant sachant que l'homme est justifié, non par les oeuvres de la Loi, mais par la foi dans le Christ Jésus, nous aussi nous avons cru au Christ Jésus, afin d'être justifiés par la foi en lui et non par les oeuvres de la Loi [comment le clergé soi-disant chrétien peut-il justifier l'action sociale, si ce n'est comme une oeuvre de Loi]. Or si, tandis que nous cherchons à être justifiés par le Christ, nous étions nous-mêmes trouvés pécheurs..., le Christ serait-il donc un ministre du péché ? Loin de là ! Car si ce que j'ai détruit, je le rebâtis, je me constitue moi-même prévaricateur, puisque c'est pas la Loi que je suis mort à la Loi, afin de vivre pour Dieu. J'ai été crucifié avec le Christ, et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi. Ce que je vis maintenant dans la chair, je le vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi. Je ne rejette pas la grâce de Dieu ; car si la justice s'obtient par la Loi, le Christ est donc mort pour rien."

    Paul définit l'ancienne Loi comme une pédagogie. Le peuple juif élu a été soustrait à la loi naturelle commune comme une première étape nécessaire. Il lui oppose la foi communiquée par le Messie et la parole divine comme un perfectionnement non nécessaire, mais indispensable pour parvenir à l'amour et au salut.

     

     

  • Le Christ anarchiste

    C'est parce que le mal est nécessaire à l'équilibre du monde que les évangiles ne s'adressent pas moins aux salauds qu'aux personnes vertueuses.

    Ce qui est intolérable du point chrétien, c'est le blanchiment de la société, vieille méthode pharisienne perpétuée par le clergé chrétien.

  • Le Christ anarchiste

    Quand on est chrétien ou anarchiste, détestant la société, on se fait parfois taxer de misanthropie. Pourtant la société n'est pas haïssable seulement par rapport à soi, elle est détestable en elle-même, comme tout système. Molière dans le misanthrope décèle un amoureux contrarié de la société. Voici aussi pourquoi la parole divine encourage à vaincre sa peur, car l'idolâtrie de la société vient d'un fond de lâcheté.

    Le socialisme est le plus bas degré de la conscience, à peu près du même niveau que celui que les anciens sages attribuaient aux guerriers stupides ; on ne peut pas dire que la psychanalyse moderne se soit beaucoup opposé à cette démence.

  • Le Christ anarchiste

    "L'anarchiste et le chrétien ont une seule et même origine."

    Frédéric Nitche

    Quelle raison peut-on avoir de croire que l'antéchrist dit vrai, et que les représentants officiels des Eglises chrétiennes mentent, lorsqu'ils prônent, tel Joseph Ratzinger récemment, la soumission à César ?

    S'il a trahi le Messie, Judas Iscariote n'avait pas moins bien compris le message évangélique que les autres apôtres. Le plus probable est que Judas Iscariote a trahi "en conscience", tout comme Nitche après lui.

    Le raisonnement et la tactique de Nitche sont les suivants : il n'y a rien en dehors de la raison naturelle, à laquelle le christianisme est indifférent (la morale naturelle païenne est satanique du point de vue chrétien). Le christianisme est donc totalement artificiel.

    Afin d'inciter les puissances hostiles au christianisme à l'éradiquer définitivement, Nitche invente une menace anarchiste plébéienne, alors que le refus chrétien de se soumettre à l'ordre naturel est un refus spirituel et individuel. L'ordre juridique satanique, du point de vue chrétien, est amené à s'écrouler de lui-même.


  • Le Christ anarchiste

    "On peut établir une équation parfaite entre le chrétien et l'anarchiste : leur but, leur instinct, ne tend qu'à la destruction. Il suffit de parcourir l'histoire pour trouver la preuve de ce principe : il y apparaît avec une terrible clarté. (...)" F. Nitche

    - Qu'est-ce que l'anarchiste chrétien cherche à détruire, d'abord par amour de soi, afin de permettre l'amour d'autrui ? Ce que l'anarchiste chrétien cherche à détruire, c'est tout ce qui dans l'esprit humain fait obstacle à la vérité, y compris la culture de vie satanique. L'anarchiste chrétien peut même se passer de Nitche pour détruire tout ce qui, sous l'apparence de l'Eglise chrétienne ou de la moraline catholique, n'est que la plus basse anthropologie. Il le peut grâce à l'esprit de dieu, qui l'a charitablement prévenu contre la synagogue de Satan, c'est-à-dire de l'intensité accrue de la subversion du christianisme à l'intérieur même de l'Eglise, dont la multiplicité des schismes témoignent, comme les lézardes dans la civilisation témoignent du sable sur laquelle elle repose. Nostalgiques et futuristes de la grande cause humaine s'entre-égorgeront en son nom. Ils le font déjà. Le seul mérite de Nitche est de se battre pour l'ordre à l'arme blanche, comme le guerrier taliban, et non avec les armes modernes. De choisir sa mort plutôt que de la subir. 

    - Parcourir l'histoire pour y trouver des preuves : comme tous les Allemands, Nitche confond l'histoire avec l'archéologie. Sa manière psychologique d'aborder l'histoire est du niveau des sociologues qu'il exècre, incapables de comprendre qu'en matière de doctrine sociale, tout n'est que recyclage. La méthodologie de la culture de mort est indiquée dans l'évangile, dont Nitche se refuse à accepter le sens : il s'agit pour les assassins juifs et romains de crucifier la vérité en dernier recours, comme la solution ultime pour protéger le monde, leur monde. Comme seuls ils en sont capables. A mesure que l'esprit de vérité progresse, le monde ne peut faire autrement que s'en défendre en s'appuyant sur un mensonge toujours plus grand. Shakespeare, en écrivant ses tragédies, a bien conscience que les forces qui concourent à étouffer la vérité sont, dans le monde moderne, bien plus puissantes que celles qui visaient au même but dans l'antiquité, où on ne discerne pratiquement aucune trace d'anthropologie, sauf sous la forme modeste des petites recettes d'Epicure pour souffrir le moins possible. Nitche lui-même est beaucoup trop sincère pour que le public ait le droit de le lire tel quel.

    Par conséquent, où la destruction s'accompagne d'un but social, comme c'est le cas de l'ouvrage technocratique sanglant du stalinisme, de l'hitlérisme, et surtout du libéralisme qui a déclenché les deux premiers, il n'y a pas de volonté chrétienne. L'anarchiste chrétien ne détruit jamais pour reconstruire. Il n'a pas besoin, sachant que les cathédrales gothiques sont édifiées en l'honneur de Satan, de les démanteler, puisque son esprit lui permet de voir à travers les choses périssables.

    - A propos d'instinct de destruction, Nitche n'est pas à une contradiction près, puisqu'il passe une partie de son temps à dénier tout instinct au christianisme. Il doit vouloir dire que les chrétiens sont des parasites. Mais dans ce cas il faut être un naturaliste particulièrement rêveur pour oublier que les plus grosses bêtes finissent souvent entre les mandibules de petites bestioles, suivant la loi de nature. Sans ces insectes, pas de métempsycose.

  • Chrétien anarchiste

    "D'où viennent les guerres et les luttes parmi vous ? N'est-ce pas de vos passions qui combattent dans vos membres ? Vous convoitez, et vous n'avez pas ; vous êtes meurtriers, vous êtes jaloux, et vous n'arrivez pas à obtenir ; vous êtes dans un état de lutte et de guerre ; et vous n'obtenez pas, parce que vous ne demandez pas ; vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, avec l'intention de satisfaire vos passions.

    Adultères, ne savez-vous pas que l'amitié du monde c'est l'inimitié contre Dieu ? Quiconque veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. (...)"

    Epître de Jacques (IV, 1-5)

    Inutile, en effet, d'implorer la nature qui donne et reprend tous les droits, lorsqu'on est chrétien ; autant s'adresser directement à la fortune ou au diable.

  • Le Christ anarchiste

    L'expression "éthique de la liberté" est la plus malencontreuse employée par l'essayiste protestant Jacques Ellul, à la suite de sa démonstration du caractère subversif de la morale catholique romaine.

    En effet, l'éthique de la liberté est l'argument typique du totalitarisme. Contrairement aux vieilles tyrannies de droit divin, qui prétendaient régler la société selon l'ordre pyramidal naturel, le totalitarisme prétend libérer les peuples : il se justifie à l'aide de cette éthique de la liberté. L'aspect convulsionnaire du droit moderne, si bien élucidé par Shakespeare, vient de là : de l'amalgame de l'éthique, nécessairement antichrétienne, c'est-à-dire étrangère à la spiritualité évangélique (comme Ellul le rappelle !), avec la liberté, que le droit païen ne connaît pas, puisqu'il est déterminé par la mort et la culture de vie.

    La décadence ne vient pas, comme le prétend l'antichrist Nitche, de la lâcheté ou du manque de virilité de Jésus-Christ, des chrétiens et des anarchistes : elle vient de la corruption irrémédiable des choses organiques, que les mauvais poètes intellectuels ne se résolvent jamais à admettre, car cet art est le leur ; et cette corruption prend une dimension de terreur mondiale en raison de l'amalgame de l'éthique et de la liberté, prônée par les pharisiens de la synagogue de Satan, trafiquants du sacrifice de l'homme le plus vain, afin de servir leur propre justification.

    Ne laissons pas l'éthique du curé germanique pénétrer l'Eglise, qui sous couvert du soin de l'homme organise l'incurie la plus terrible.

  • Le Christ anarchiste

    Il y a des abrutis qui s'interrogent pourquoi Jésus-Christ est anarchiste. Mais tout simplement parce que la société procède d'actes violents et criminels recouverts de l'onction du droit.

    Le meilleur service d'ordre, c'est l'Eglise romaine et son affirmation que Jésus-Christ est une victime, et qu'il faut ainsi l'imiter. L'Eglise romaine est comme un frein mis par Satan à l'histoire. Le truc du clerc de base, milicien du diable, c'est de faire croire que la philosophie apporte quelque chose à l'apôtre Paul, alors que la mission que se donnent les philosophes catholiques romains est d'empêcher l'accès aux Evangiles.

  • Chrétien et Anarchiste

    L'association des deux n'étonne que ceux qui font profession d'être étonnés. Bien sûr personne ne dit que les chrétiens ne sont pas des bourgeois ridicules, comme les autres. Ce qui est sûr, c'est que Jésus-Christ ne l'est pas.

    La preuve que Jésus-Christ est anarchiste ? Il scandalise les socialistes : Nitche hait Jésus-Christ, parce que celui-ci n'a cure de la société.

    C'est quand même curieux d'aller chercher dans la famille chrétienne, l'Etat chrétien, le parti démocrate-chrétien, les Etats-Unis, etc., la preuve que le christianisme n'est pas un anarchisme, mais un socialisme banal comme les autres (il est très loin de l'être) ! C'est tout simplement ignorer que le socialisme, c'est le grand n'importe quoi, le tout-à-l'égout de la pensée politique ou philosophique. Pratiquement la seule chose cohérente dans le socialisme, c'est la haine de Nitche parce que Jésus-Christ n'est pas socialiste, mais anarchiste.

    Bon, passons de la part de journalistes : ils sont là pour encourager le panurgisme et remplir les salles de cinéma : comme les chrétiens y vont aussi, je pense bien que l'idée qu'ils sont anarchistes paraîtra risible, puisque le cinéma -par définition- est un art nazi. C'est le "niveau universitaire", comme on dit, qui est inquiétant ; enfin, je veux dire qui m'inquiéterait, moi, si je n'étais pas convaincu depuis longtemps que l'université paie les gens grassement à ne rien faire, à fabriquer des "Européens" à la queue leu-leu et maintenir tant bien que mal le mythe de l'ascension sociale. Car si le christianisme n'était anarchiste ou antisocial, stigmatisant la société comme une impasse, on n'aurait ni Rabelais, ni Molière, ni Balzac, et même François Hollande ne serait pas payé pour dire du mal de l'argent, ingrédient parfaitement social. Or je me demande qui est plus anarchiste et plus chrétien que Molière, c'est-à-dire incitant à porter sur la société un regard scientifique, celui qu'elle ne peut pas porter sur elle-même. Pratiquement, pour être une fabrique d'abrutis ou de robots selon l'impulsion de son élite, la République française est obligée de censurer Molière et le remplacer par des exercices de style républicains.

  • La Foi

    Pour un chrétien, le socialisme se confond avec ce truc ridicule qu'est la "foi" ou "l'espérance" ; et le doute, par conséquent, avec le pressentiment du socialiste d'avoir été berné par la nature -la sienne, sa mère, les femmes, toutes les choses naturelles.

    - Passant par la station Guy Môquet, je lis sur une méchante petite plaque d'acier un bout de la lettre-testament du jeune Guy : "(...) ce que je souhaite de tout mon coeur, c'est que ma mort serve à quelque chose." Je ne vais pas jeter la pierre au petit Guy : à son âge j'étais aussi con et socialiste que lui. Il y a la foi et le doute dans ce testament improvisé, car Guy se demande bien A QUELLE CHOSE sa mort pourra bien servir, comme l'agneau dont le loup s'est approché tout près, à l'aide d'arguments socialistes.

    Et je me demande bien aussi, moi qui suis chrétien et donc anarchiste, à quoi peut servir la mort des petits agneaux socialistes, qui se sacrifient ainsi pour l'art abstrait ?

    Guy Môquet, si tu avais pu voir à quoi ta mort a servi - des marchands d'arme cyniques se décernant le prix Nobel de la paix -, tu aurais sans doute beaucoup souffert. Sur ce point, Brassens a tort : mieux vaut mourir pour l'art abstrait brutalement, dans la fleur de l'âge, en croyant que ça va servir à quelque chose.

  • Au Trou !? (n°11)

    Le n°11 du fanzine satirique hebdomadaire "Au Trou !?" vient de paraître. Au sommaire cette semaine :

    - L'indignation "made in France" (Porteur)

    - Simone Weil contre Jacqueline de Romilly (Télémax)

    - Le Courrier des Lecteurs (par ma pomme)

    - Choses vues dans le poste (chronique télé de Bardamor)

    - Un conte d'Alphonse Allais illustré.

    - Des caricatures de Philippe Sollers, Xavier Niel, Le Pen, Ben Ali, Cornélius Dupree, Jacques Vergès, etc., par Zombi, Proust et ma pomme.

    (Le précédent n°10 peut être lu gratuitement sur le site Calameo.fr accessible à partir de mon blogue.)

    dupree.jpg