Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

carl jung

  • Dans la Matrice

    Le psychanalyste Carl Jung souligne à juste titre que le rejet de la mythologie par le monde moderne est une cause de trouble mental. De fait l'art moderne le plus débile se distingue par l'ignorance de la mythologie, vis-à-vis de laquelle il se croit émancipé. L'opinion particulière acquiert ainsi une valeur supérieure au raisonnement plus général, et l'individualisme est de cette façon réduit au narcissisme, à savoir son contraire, sous prétexte de "libération" de l'individu.

    Ce que Carl Jung ne dit pas, ou pas assez, c'est l'extraordinaire moyen de domination que la culture de masse ou l'art moderne, vecteurs de folie, constituent pour les élites capitalistes occidentales. A travers l'art et les prétendus artistes modernes, qui ne sont en réalité que des kapos pour la plupart, en charge d'une mystification culturelle dont le message essentiel est l'éloge sournois de la faiblesse.

    Ce que Carl Jung occulte en outre, et que le point de vue chrétien extérieur à la culture ou à l'anthropologie permet de voir, c'est qu'il n'y a pas une seule mythologie, mais deux.

    C. Jung est conforme au plan universitaire typique du XIXe siècle pour réduire l'art et la mythologie à leur vocation anthropologique, et tenter ainsi d'étouffer la mythologie juive ou chrétienne, qui porte en elle la condamnation à mort de l'art et de l'anthropologie.

    Ne cessons pas de le répéter jusqu'à la fin du monde : Shakespeare représente un désaveu radical et définitif pour les élites occidentales, apparemment chrétiennes, mais en réalité fondée sur une rhétorique anthropologique impossible, que le nouveau testament qualifie de fornication, c'est-à-dire le pire crime contre l'esprit, et le seul déclencheur de la colère du Christ.

    Le rhéteur démocrate-chrétien n'a d'ailleurs aujourd'hui l'argument anthropologique ronflant à la bouche qu'en raison de l'incapacité de l'Occident à produire autre chose que l'art le plus débile. Ainsi le commentaire philosophique est complémentaire de la culture de masse totalitaire, de même qu'une gnose scientifique se développe autour des systèmes d'exploitation technique afin de dissimuler leur nullité en termes scientifiques.

    La conjonction de l'art le plus abstrait (la musique) et de la plus grande superstition est un trait de caractère de la démocratie ou du totalitarisme, en même temps que le discours démocrate-chrétien est le moins critique à l'égard de la condition humaine moderne. Un esprit païen comme Jung, entraîné à l'être par son éducation catholique romaine, peut comprendre que Satan préside à l'art, c'est-à-dire que toute forme d'art n'est que le produit dérivé du nombre 666, qui définit la seule anthropologie en principe efficiente.

    Carl Jung pose convenablement le diagnostic de folie collective ; il perçoit à quel point la culture moderne libère dangereusement l'instinct, c'est-à-dire en dehors d'une perspective véritablement rationnelle. Mais il pose ce diagnostic en médecin, attaché à une culture de vie païenne, malgré ou à cause de son éducation catholique romaine, faisant complètement fi de l'histoire, et interprétant celle-ci comme un mouvement erratique, selon le pli du raisonnement de l'homme d'élite, qui traduit automatiquement l'histoire comme la condamnation de sa caste et de son rang. Par conséquent, s'il a bien une idée ou un aperçu du mal qui ronge l'homme moderne, Jung s'avère incapable de remédier à la déraison collective - d'assigner un objectif à l'art qui ne soit, comme l'objectif moderne, une sorte d'euthanasie inconsciente de l'art. Tout simplement la mort de l'art est pour Jung, comme pour Nitche, impensable.

    Contrairement au dire de Nitche, la colère de Hamlet ou Shakespeare contre la culture occidentale chrétienne ne s'appuie pas sur la mythologie païenne ou athée. Cette dernière est la plus totalement dépourvue de sens historique (hormis la mythologie de Homère). Shakespeare repose sur la proscription évangélique absolue du mobile anthropologique ou, pour parler le langage moderne, de "l'oedipisme chrétien". Le personnage d'Ophélie traduit le mieux ce type de conscience, et Shakespeare montre sa proximité avec la démence, avec une acuité qui peut paraître d'une cruauté extraordinaire, mais qui l'est surtout pour ceux qui ont condamné Ophélie à cette démence masochiste si particulière à l'Occident moderne.

    Qui voudrait l'aliénation de ses propres enfants ? Shakespeare répond : voyez les élites occidentales modernes s'organiser sur cette base suicidaire, les pères donner leurs enfants en pâture à l'avenir afin de gagner du temps. Shakespeare ne s'étonne ni ne s'indigne, contrairement à Nitche ou Jung, à tous les esprits réactionnaires, de la décadence du monde occidental, c'est-à-dire du triomphe de la ruse et de la folie modernes sur la sagesse antique démoniaque. Exit MacBeth ; exit la vieille mythologie démoniaque et la musique des sphères ; si Hitler avait lu et compris Shakespeare, il aurait pu y lire des présages d'écrasement rapide par les puissances de l'axe moderne "judéo-chrétien".

    L'enlisement du monde dans l'erreur n'est que l'expression du jugement dernier, inéluctable. La réponse de Shakespeare à l'aliénation du monde moderne n'est pas une réponse morale comme Nitche ou Jung, l'art ou la psychanalyse, miroirs anciens que Shakespeare sait condamnés à voler en éclats sous la pression moderne ; c'est une réponse métaphysique. Pour Shakespeare, l'amour et la vérité ne sont pas des idées étrangères au monde et à la nature, comme les idéaux modernes peuvent l'être, absolument hypothétiques et religieux par conséquent, mais l'amour et la vérité précèdent tout ce qui naît et meurt, comme une force étrangère ou un corps étranger au monde et à la nature. L'amour et la vérité sont choses aussi incompréhensibles à l'homme que dieu peut l'être, et susceptibles d'autant de formules idolâtres que celui-ci.

    Si l'homme était capable d'amour ou de science, autrement que par intermittence, dans ce cas il ne mourrait pas selon Shakespeare. Ainsi l'humanité est définitivement divisée selon Shakespeare, entre ceux qui, cherchant le bonheur font le malheur d'autrui, suivant la loi naturelle impitoyable, et démontrent ainsi que l'amour n'est qu'un vain mot ; et ceux qui, cherchant l'amour, sont dissuadés de le trouver dans l'homme ou dans le monde ici-bas, dont l'existence même est menacée par la vérité.

    Comment l'élitisme, qui fut le meilleur moyen de la vertu dans les temps antiques, incarne désormais l'irresponsabilité et la bêtise, le sacrifice du bien public au profit de chimères catastrophiques, cela qui parle au nom de l'antéchrist l'ignore, tandis que Shakespeare le sait.


  • Terrorisme

    Si les citoyens d'un Etat totalitaire ne sont pas animés par la peur, alors le caractère sacré de cet Etat est menacé.

    Le regret, de la part de Napoléon ou F. Nitche ou G. Steiner, de la mort du dieu païen qui, selon eux (c'est assez largement inexact car circonscrit à l'empire romain), consolidait les élites dirigeantes et nimbait leur pouvoir politique et moral d'une aura mystique, ce regret traduit leur inconscience du totalitarisme, et ce dans le cas de Napoléon, bien qu'il soit le symbole de cette évolution. Il est vrai que quelques pièces de théâtre de Molière ont suffi à résoudre le XVIIe siècle à un carnaval judéo-chrétien répugnant. Et c'est bien sûr dans le culte solaire de Versailles, bien avant Hitler, qu'il faut voir l'accomplissement de la prophétie de Shakespeare d'un Occident instrumentalisé par Satan.

    Shakespeare parle de Satan de façon symbolique, tandis que Francis Bacon Verulam l'aborde sous l'angle "laïc", si on peut dire, de la science physique. Shakespeare fourni d'ailleurs intentionnellement à la Renaissance son trait de caractère : au lieu de craindre Satan et de reculer devant lui comme le moyen âge, l'humanisme de la Renaissance ne craint pas d'affronter Satan. Bien sûr l'Angleterre de Shakespeare est déjà une technocratie, avec tout ce que ça comporte d'assujetissement aux forces naturelles : donc Shakespeare allie, comme Hamlet, la prudence du serpent à la simplicité de la colombe. Mais les rapprochements entre la science technique et Satan, dans l'oeuvre de Shakespeare ou celle de Bacon, sont nombreux. Shakespeare s'abstient lui-même, contrairement à Luther, du jugement moral, sachant celui-ci satanique et fait pour diviser. C'est aussi la raison pour laquelle Shakespeare échappe au drame bourgeois, dans lequel tout est justification ou presque, et reste ainsi au niveau de la culture, c'est-à-dire des pâquerettes.

    L'emprise de la médecine psychanalytique est tel aujourd'hui qu'il permet de maintenir le citoyen dans un état de psychose, sous couvert de lui prodiguer des soins. Ceux qui démentent que la médecine psychanalytique soit d'abord une religion (Carl Jung le suggère lui-même assez nettement), devraient s'efforcer d'abord de démontrer que la religion ne soigne pas elle-même - qu'elle n'est pas un opium bienfaisant pour les lâches, comme disent les athées mal informés de ce que dieu échappe très largement au domaine religieux.

    La psychanalyse n'est pas seule responsable, mais cette religion allemande fait largement obstacle à l'esprit scientifique et à l'humanisme français, plus disposé à se moquer de la médecine qu'à se prosterner devant le sorcier du village et ses formules magiques : à juste titre.

    Les chrétiens et les juifs responsables, non pas comme l'évêque actuel insensé de Rome, possédé par une philosophie qui n'a rien de chrétien, devraient s'interroger sur la pénétration d'une telle médecine, ourdie par un ennemi des prophètes juifs (Freud), et la tentative de fonder un syncrétisme entre le paganisme et le christianisme (C. Jung), sans fondement scientifique, et alors même que ce syncrétisme-là contient la formule de l'extrême violence génocidaire de la technocratie occidentale. A vrai dire il n'est autre qu'un chien, le chrétien qui tente d'adjoindre quelque doctrine romaine élitiste à un christianisme dont le "Seigneur et maître" s'est clairement fait le serviteur des plus faibles, à l'opposé de ce cortège de mitres et de crosses indécent.

    La médecine psychanalytique s'avère incapable, en général, de lutter contre les symptômes de la folie génocidaire d'un type dans le genre d'Anders Breivik, dont le comportement traduit l'effet d'un culte identitaire, c'est-à-dire d'un dévouement extrême à une personnalité morale (des oeuvres d'art abstraits tel que "l'Etat danois", ou encore "L'Occident"). La preuve, c'est que c'est aux Etats-Unis que le  culte identitaire est le plus répandu, en même temps que la considération de la psychanalyse comme une science est la plus grande.

    Bien sûr la psychanalyse dans le clergé romain n'est pas le moyen de réfréner ses abus sexuels ; le décret d'annulation des pouvoirs spirituels du clergé romain serait beaucoup plus efficace, puisque cette notion est mensongère, et que la notion de pouvoir spirituel est empruntée à la magie ou à la médecine, et rend la manipulation plus aisée : l'enseigne. D'avoir fait des clercs romains les médecins de l'âme, c'est cela même qui les a rendus dangereux.

    La peur est l'état d'esprit significatif de l'homme sentimental. Si l'homme moderne est incité à l'impuissance et au sentimentalisme, à l'image de sa congénère, c'est essentiellement pour des raisons économiques et mercantiles. Ce prêche moral revient à tenter de faire de tous les hommes des militaires ou des militants, car c'est à ce niveau de courage que se situe la femme ordinairement, du courage social.

    Contrairement à l'humanisme véritable, qui traduit le penchant érotique de la pensée comme la marque d'une défaillance de celle-ci (tant pis pour les marchands du temple, qui se voient ainsi privés de leur trafic offrandes), la religion psychanalytique rétablit l'érotisme dans ses droits. Jung décrète que la pensée doit être érotique pour être forte, ce qui revient à faire du marquis de Sade un penseur. Shakespeare au contraire montre que l'assimilation de la pensée humaine à la volonté répond seulement au besoin d'un capitaine d'infanterie ou d'un chef de rayon surgelés.

    La médecine moderne contribue ainsi à plonger les citoyens des Etats totalitaires plus profondément dans un état d'inconscience dangereux. Sans "inconscient collectif", il n'y a pas de guerres mondiales, il n'y a pas de charniers. Seul l'individualisme est véritablement pacifique. Le mercantilisme libéral est plus dangereux encore que le nazisme, qui requiert à peine moins les sentiments et la musique.


  • Contre la psychanalyse

    Contre la tentative de Carl Jung de concilier psychanalyse et humanisme judéo-chrétien pour fonder une sorte de syncrétisme moderne (essai sur lequel la théologie des derniers évêques de Rome est bêtement recopiée), je voudrais rappeler une évidence chrétienne (à laquelle Jung fait seulement allusion, pour mieux l'enterrer) : la détermination au péché et à la mort est "inconsciente" ou "religieuse" : la Genèse des juifs ne place pas inutilement la force vitale à côté du tentateur, ni les Grecs le feu entre les mains du titan Prométhée.

    Au contraire, selon les apôtres chrétiens véritables, au premier rang desquels saint Paul et Shakespeare, le combat contre la mort et le péché est celui de la "science consciente". Au contraire de ce que prétendent des thaumaturges imbéciles, encore plus néfastes que Freud et Jung : de tout ce que l'homme, sous l'effet de l'inconscience, de la religion ou de l'opium, est capable, l'homme conscient le peut aussi. Simplement comme toute potion ou comme tout remède, tout alcool, au-delà de la dose nécessaire, l'inconscient est un pur poison.

    Ainsi l'inconscient et l'éthique pure, vidés du sens pratique qu'ils possédaient dans les religions païennes, sont d'une valeur spirituelle nulle et non avenue. Heidegger et ses disciples ne sont que de vieilles grenouilles de bénitier qui marmottent des prières pour se rassurer. 

    Damnés seront les hommes qui auront incité leurs semblables à la folie, au seul prétexte de leur propre vanité et faiblesse, et plus encore s'ils se disent chrétiens ou juifs que s'ils avouent, comme Nitche, leur haine de Jésus-Christ ou de ses apôtres. Ils les méprisent encore plus que moi, ceux qui dissimulent que Einstein ou Freud ont renié le dieu des juifs. Ils fabriquent de l'opium pur, et l'injectent directement dans les veines du peuple, ceux-là même qui ont l'audace de se récrier contre la folie du peuple et sa violence sanguinaire, dès lors qu'ils ne sont plus capables de la canaliser. A qui barre la route de l'homme vers la vérité et la sagesse, dieu et ses saints réservent leur colère.

  • Freud nazi

    Ce n'est pas moi qui prétend que Sigmund Freud est un thaumaturge nazi, c'est lui qui a désiré en être un. Quel juif défendra un blasphémateur comme Freud, sinon un de ses semblables, prêt à poser l'équation du juif et du blasphémateur républicain ? La fuite de Freud n'y change rien. Le cinéma est un art totalitaire, qui répond au besoin moderne de sidérer des masses humaines gigantesques, en quoi les vieilles morales paysannes s'avèrent largement insuffisantes.

    Certains cinéastes ont dû fuir l'Allemagne nazie pour se réfugier à Hollywood : il n'empêche que même un pharisien est capable de comprendre quels anges et quel message est diffusé à Los Angeles.

    Le cinéma, essentiellement ésotérique et égyptien comme tout ce qui a trait aux "chambres noires", contredit l'interdiction juive de représenter dieu, faite pour prévenir l'idolâtrie ou le "fétichisme" comme dit Karl Marx en parlant de la forme d'idolâtrie et de crime contre l'esprit la plus répandue aujourd'hui. La culture américaine est aussi démoniaque ou dionysiaque que la culture indienne, d'ailleurs. Rien ne s'oppose dans la culture américaine au développement du cinéma, moins encore que dans la culture gothique ou germanique. Dans le cas de la France, c'est le culte républicain qui a aboli et s'efforce d'abolir les nombreux contre-feu allumés dans la pensée française pour prévenir les ravages de l'idolâtrie et du cinéma. Depuis le jansénisme, la France n'avait pas connu une idéologie aussi stupide que l'idéologie républicaine.

    -  L'interdiction de fabriquer des idoles, Karl Marx est pratiquement un des derniers fils de rabbin à la respecter, puisqu'elle est la plus incitative au réalisme. On le comprend grâce au christianisme, qui fait en effet du salut l'oeuvre d'art essentielle ou ultime. Marx ne se trompe pas en voyant dans Shakespeare un entrepreneur de démolition de l'architecture égyptienne introduite par le clergé romain en Europe.

    L'onirisme et la science-fiction sont des moyens de subornation du peuple inventés par les Egyptiens : que ceux-ci subsistent et soient cautionnés par les élites intellectuelles de régimes soi-disant "démocratiques" suffit à indiquer que cette "démocratie" n'est qu'un aménagement hypocrite du droit divin et du providentialisme égyptien, dans lequel les arts prométhéens jouent un rôle primordial.

    - Que cela soit le fait de la ruse ou de l'ignorance, on voit d'ailleurs S. Freud, dans la tradition païenne, subvertir le sens de mythes dont l'inspiration biblique est probable. Il n'est aucun système juridique qui ne repose sur l'inceste, et donc la violation des règles qu'il prétend faire respecter. La Vienne dont Freud est issu, d'une manière générale, est une des capitales européennes de la haine du judaïsme et du christianisme. Il se trouve même des Viennois, tel Karl Kraus, pour estimer que Freud n'est pas assez égyptien et proche du culte du langage pur. Juifs et chrétiens d'Europe de l'Est ont très largement contribué à forger la religion barbare identitaire que le parti nazi a imprimée sur ses drapeaux.

    - La démarche du coadjuteur de Freud, Carl Jung, assez proche, permet d'élucider la psychologie nazie ou l'inconscient collectif de l'Allemagne. En effet, Jung montre que l'Allemagne est restée ancrée dans le moyen âge et l'époque gothique des alchimistes et des cathédrales, c'est-à-dire un temps où l'ésotérisme religieux, répondant le mieux aux besoins du capitalisme, passe largement par la morale catholique romaine et la subversion du message évangélique. 

    Heidegger-Alcofribas Nasier et sa porte-plume Hannah Arendt en sont d'ailleurs une autre preuve -Heidegger qui est une sorte de Pangloss affligé du bégaiement. Contrairement à ce que prétend Arendt, le vice de l'Occident n'est pas banal, puisqu'il est un paganisme qui tient à préserver absolument l'apparence du "judéo-christianisme".

  • Against Jacques Ellul

    It is very surprising how French Jacques Ellul is whitening the Western Empire, after he did condemned the Catholic Church because she betrayed the Gospels and the Holly Spirit. How he does create a new Ethics, after his demonstration that Ethics cannot be 'christian' or 'jewish'. History or critics, that was available for the past, is not for today anymore and the mask of Ethics is save for new crimes and lies.

    Therefore, the Catholic Church is always the Mother of this Empire, which you cannot understand without understanding this historical fact. The Catholic Church does continue (especially last two popes) to argue for the Pagan culture and what is called 'fornication' in the Revelation book. She stays as deaf as a Bell.

    Freemasonry and its Egyptian pagan symbolism was not invented by USA or German NSDAP Party, for example, but by the Catholic Church during the Middle age (as nazi Carl Jung does explain it in 'Psychology and Alchemy').

  • Science et Inconscient

    Le mariage de la science et de l'inconscient, c'est-à-dire le mariage que des mages égyptiens tels que Sigmund Freud ou Carl Jung nous incitent à accepter, correspond à ce que Rabelais appelle, lui, "la science sans conscience".

    - Demandez-vous quelle est la part de l'inconscient dans la science, et ce que cela signifie d'accepter dans la science une part d'inconscient, au lieu de lutter contre sans trêve. On peut passer par l'art, un peu plus familier que les hypothèses confuses de la science moderne. Car l'art, quand il est religieux, j'insiste bien sur cet aspect de religiosité, présente une symétrie avec la science, qui d'un point de vue critique chrétien ou matérialiste est inacceptable, car il mène à placer la culture scientifique au niveau de la science, et la culture artistique au niveau de l'art, et qui baigne dans la culture, baigne dans le confort, et usurpe le titre de savant comme celui d'artiste.

    - Je prends souvent l'exemple de Pierre Soulages, car ce type a poussé l'art à un niveau d'égoïsme et de bêtise rarement atteint en France. La part d'inconscient qu'il avoue dans son art est maximale : il ne sait ni le sens, ni la "valeur" de ce qu'il peint et, pour cela, il veut non seulement être pardonné, mais payé. Bon, on devine facilement le sens de l'art de Soulages, dont la signification est presque contenue dans le patronyme : c'est à peu près un exercice de yoga, une idée de moine.

    La République française, si fière de sa science, porte au pinacle un art plus religieux encore que l'art de la monarchie de droit divin. La République française, si fière de sa liberté d'expression, se prosterne devant la réputation d'artistes qui n'aurait jamais été sans une intense propagande, et l'organisation de la spéculation par des fonctionnaires.

    Plus grave que la République française, qui de toutes façons fera "pschittt" un jour ou l'autre : la science ; que dirait-on d'un prétendu savant qui, comme le patouilleur Soulages, avouerait la même part d'inconscient, et dirait : "J'ignore le sens de ce que je fais, et je ne sais pas l'usage de ma science." ? On dirait que c'est un fou dangereux ; au minimum, on ne lui accorderait aucun crédit.

    Pourtant, c'est très largement le niveau où se situe la science aujourd'hui et le rôle qu'elle joue : entièrement technique comme l'art de Soulages, c'est-à-dire un exercice de style religieux, destiné à rassurer les esprits.

    La seule chose que les Français pouvaient reprocher à l'Allemagne dans les années 30, c'est d'être un peuple d'ingénieurs, situant la science et l'art au niveau de l'ingéniérie ou de la musique, avec tout ce que ça implique de confort intellectuel. Les Français pouvaient reprocher aux Allemands d'être un peuple de fainéants à la recherche du temps perdu. Aujourd'hui, ce reproche, les milieux populaires français peuvent les adresser à leurs propres élites. Il n'y a là-dedans aucun motif de révolte ou de populisme, moyen au contraire pour l'élite d'encadrer le peuple et de reprendre le contrôle quand elle l'a perdu, moyen qui situe les élites bourgeoises républicaines, étant donné leur aptitude extraordinaire à ce jeu, et le sang que cette manigance a fait couler, au niveau de la chiennerie.

    Rien ne prouve scientifiquement que le mouvement des sociétés vers leur déclin et leur chute peut-être enrayé. Il y a là en revanche un motif de rejet du culte identitaire national-socialiste et de reconquête de l'individualité. La science, individuelle, ne se renforce que CONTRE la religion et l'hypocrisie sociale. Contre le peuple, les élites peuvent tout ; contre l'individu, tous les clergés sont impuissants.