Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

matrice

  • Dans la Matrice

    "Le plaisir est le bonheur des fous."

    Mot d'esprit plein de sagacité et d'actualité (de Barbey d'Aurevilly).

    En effet, l'aliénation est désormais le principe d'asservissement des masses à l'appareil d'Etat, de sorte que l'aliénation de chaque citoyen est encouragée de toutes parts, sous la forme de slogans ou d'exercices pratiques plus crétins les uns que les autres.

    C'est pourquoi le plaisir est une chose sacrée dans les régimes totalitaires.

    Nous devons considérer la société de consommation comme une société plus totalitaire que les régimes soviétiques ou nazis (où la notion de plaisir est déjà importante bien qu'elle soit moins apparente).

    Nous cherchons ici à définir un critère permettant à un citoyen lambda de prendre conscience de son aliénation. La consécration du plaisir est un de ces critères ; on voit, par exemple, à propos d'un sujet aussi sérieux que l'éducation et l'instruction publiques, que les représentants de l'institution chargée d'inculquer les principes de base dans ces domaines estiment impératif d'y introduire la notion de plaisir. L'enseignement et l'éducation doivent être "ludiques" ; ce leitmotiv stupide est quasiment de nature religieuse.

    Ainsi que l'indique notre critique littéraire, la quête du plaisir est une quête du bonheur désordonnée. Sous-entendu : pour un homme heureux, le plaisir est une chose méprisable, comme le hasard.

    En comparaison du bonheur, le plaisir a la particularité d'être sans limites. Bien plus encore que le bonheur, le plaisir est représentatif d'un absolu. Il arrive que des personnes disent mépriser le bonheur au nom d'un idéal dont un plaisir abstrait est la seule concrétisation potentielle.

    La frontière entre le plaisir et la mort est quasiment inexistante. Cela permet de caractériser la culture occidentale totalitaire comme une culture ultra-religieuse, fanatique et barbare.

    Les moralistes réactionnaires, soucieux de la vertu du peuple, et plus encore des élites dirigeantes, voient dans le christianisme la cause principale de la folie moderne. En effet, du point de vue évangélique, bonheur et salut sont deux choses parfaitement distinctes. Or les évangiles parlent exclusivement du salut et non de questions sociales, pour lesquelles Jésus-Christ et les apôtres (Paul) manifestent un profond mépris, à l'inverse des prêtres des religions païennes.

    Néanmoins, les évangiles n'accordent aucune valeur à la souffrance et à la douleur en tant que telles non plus, contrairement à ce que certains philosophes réactionnaires insinuent. Si on lit attentivement les évangiles, on verra que Jésus-Christ ne va pas au-devant de la douleur, il ne la recherche pas. Ce sont les assassins et les bourreaux de Jésus-Christ qui complotent pour le faire arrêter, y parviennent, puis le torturent à mort.

    Du point de vue chrétien, le plaisir est le point le plus éloigné de la métaphysique, comme la mort elle-même. Cette distanciation est étrange, car elle défie la raison humaine elle-même. On peut le constater : la culture occidentale totalitaire échappe au contrôle de ses élites elles-mêmes, qui ne dirigent plus grand-chose, bercés qu'ils sont par les flux et reflux monétaires.

    A moins d'estimer l'homme plus bête que l'animal, cette fuite éperdue loin de la métaphysique apparaît au chrétien comme une ruse de Satan.

    Les écritures saintes, prophétiques et qui ont toujours "un coup d'avance" sur les complots humains politiciens, enseignent que le piège tendu par Satan aux hommes finira par se retourner contre lui. 

  • Dans la Matrice

    Dans la matrice, tout concourt au divertissement. Mais ce qui consolide la matrice est aussi ce qui la rend fragile.

  • Dans la Matrice

    Le besoin de faire rêver les masses est si grand du point de vue du gouvernement des nations totalitaires modernes que les esprits les plus réalistes de notre temps sont transformés en rêveurs imbéciles, leurs pensées travesties en slogans remplis d'espoir. La grande fonction de l'universitaire moderne est le travestissement.

    C'est le cas de la critique marxiste, devenue sous l'impulsion du parti communiste et de l'université (Sartre & co.), un communisme débile - une sorte d'ersatz du catholicisme, adapté aux milieux ouvriers. Alain Badiou, philosophe communiste, écrit même des sermons pour dire à ses fidèles qu'il croit à l'Amour ? On rigole : et pourquoi pas dieu, tant qu'on y est ? Un petit peu de philosophie est nécessaire pour démontrer que dieu n'existe pas ; en revanche même les gosses, au lycée, commencent de se douter que l'Amour n'est qu'un attrape-couillon.

    Idem pour Nitche, ramené à peu près au discours écologiste béni-oui-oui, et nullissime puisque des milliards d'hommes n'en ont rien à cirer de l'écologie. Forcément il y a de l'écologie dans le satanisme, mais Nitche a au moins la décence de ne pas se moquer du monde, et de rappeler qu'une des plus grandes causes du saccage de la philosophie naturelle et de l'économie, c'est la démocratie (= le rêve des esclaves, sans lequel ils risqueraient de travailler avec moins d'entrain). Là encore, des cacouacs issus de l'Université ont inventé un Nitche compatible avec les valeurs démocratiques, faisant ainsi perdre à la doctrine de Nitche tout son intérêt critique.

    Et même la psychanalyse, pourtant si bourgeoise, si adaptée aux nations capitalistes et leurs citoyens qui aiment se persuader que l'argent les portera aux nues ; même la psychanalyse n'est pas, à l'origine, l'art de se mentir à soi-même, de convoquer le rêve pour mieux occulter la réalité. Même si elle n'a pas atteint son objectif, la psychanalyse se proposait bien à l'origine de développer la conscience, et non de l'atténuer.

    Cet effort de la culture contemporaine et de ses acteurs pour propager le rêve est bien aussi ce qui interdit de considérer cette culture comme le produit de la philosophie des Lumières.

    Voici pourquoi le sort des nouveaux-nés aujourd'hui est le plus souvent tragique : parce que, nés dans le rêve, vivant dans le rêve, au fil de l'argent, et mourant en rêvant encore, les yeux rivés sur leur incompréhensible "parcours personnel", il n'y a que des personnes qui n'ont jamais fait de choix véritable, il n'y a que des morts-vivants. Ainsi le Christ parla de Judas, comme d'un "mort-vivant".

     

  • Dans la Matrice

    Caractéristique de nos régimes totalitaires, cette idée de la liberté comme d'un état analogue au hasard. Dans des cultures moins oppressives et technocratiques, le hasard est perçu comme l'ignorance. Le citoyen joue au Loto - il y est incité par l'Etat - espérant que son gain lui procurera une plus grande liberté. Que l'Etat s'effondre, ou que sa force coercitive soit considérablement diminuée, et le destin reprendra la place qu'il occupait, à la place du hasard.

    C'est le stade ultime de l'anthropologie de concevoir l'ignorance humaine comme un état de liberté enviable. Les chrétiens qui ramènent le message évangélique à un discours anthropologique ou social sont des chiens, assujettis à l'Antéchrist bien plus qu'aucun apôtre d'un quelconque satanisme ostentatoire, arborant la svastika ou des cornes de bouc en carton-pâte.

  • Dans la Matrice

    "Le jeune aime le monde tel qu'il est, il s'y adapte. Et pour cause, il n'a rien qui lui permette de penser qu'il pourrait être autre. Des mauvaises langues rappelleront que c'est pour cette raison que les régimes totalitaires se sont toujours appuyés sur la jeunesse pour faire advenir l'Homme nouveau."

    Natacha Polony, gérontophile.

    Les vieillards ont toujours su flatter les jeunes gens et le peuple afin de détourner leur force à leur profit. Le totalitarisme n'innove nullement de ce point de vue par rapport à la vieille tyrannie classique "oedipienne".

    La caractéristique du totalitarisme n'est nullement le jeunisme, mais l'intellectualisme, comme le relève par exemple Georges Orwell. La justification de l'Etat totalitaire est en effet l'activité principale des "intellectuels", qui s'efforcent de le diviniser. L'Etat totalitaire entretient par conséquent pléthore d'universitaires ou d'intellectuels à grand frais, dont la caractéristique n'est pas le jeune âge.

    Le féminisme est bien plus caractéristique du totalitarisme que le jeunisme. Les régimes totalitaires et les femmes ont en commun la nécrophilie.

    C'est parce que les régimes totalitaires sont mus par des vieillards que le culture totalitaire est aussi pédophile (Proust). La pédophilie n'est pas caractéristique des jeunes gens mais des esprits et des Etats en état de décomposition.

     

     

  • Critique littéraire

    En tant qu'apologie du rêve, l'art dit "surréaliste" est le mieux adapté à un régime totalitaire. Le surréalisme est un art infra-médical ; le projet de la psychanalyse n'est pas aussi débile a priori que celui du surréalisme, qui constitue une régression de la conscience en-deçà du mythe, comparable à la régression des mathématiques modernes.

    La culture de masse totalitaire peut être dite "surréaliste" ; cela permet d'en discerner la cause dans les élites occidentales modernes, qui seules justifient le surréalisme ou le cinéma comme un art.

    NB : dès lors qu'un auteur dit "surréaliste" a de l'humour, manifestant par là une prise de conscience, on peut lui ôter l'étiquette surréaliste. L'humour va en effet à l'encontre de l'instinct, et donc du génie. En principe, les artistes surréalistes sont des artistes belges, allemands ou américains, élevés sous la mère comme des veaux.

  • Dans la Matrice

    Se débarrasser de la mentalité moderne allemande, c'est comme se débarrasser non pas d'un gadget somptuaire ou hors d'usage, mais de l'esprit du gadget.

    C'est comprendre que ce qui est aujourd'hui appelé "science fondamentale", les hypothèses improbables qui font la fierté de la "civilisation occidentale", ne sont en réalité que la projection du désir humain sur la matière et le cosmos, des gadgets elles aussi.

    Le mouvement erratique de la pensée moderne ou de l'anthropologie est perceptible du point de vue satanique de Nitche, aussi bien que du point de vue chrétien authentique, qui rejette toute forme de philosophie naturelle ou de "science morale". Du point de vue satanique, les mathématiques et le droit modernes sont décadents. Quant au catholicisme, il repose sur la métaphysique et la certitude que celle-ci mettra un terme à l'ordre naturel marqué par le péché et le nombre de la bête 666.

    Le prophète de l'Occident, Shakespeare, a compris et dénonce l'appui fourni par les Eglises chrétiennes et leur clergé à la bête de la terre. Il a compris notamment le rôle de sidération générale joué par la science de Polonius-Copernic.

  • Dans la Matrice

    Le psychanalyste Carl Jung souligne à juste titre que le rejet de la mythologie par le monde moderne est une cause de trouble mental. De fait l'art moderne le plus débile se distingue par l'ignorance de la mythologie, vis-à-vis de laquelle il se croit émancipé. L'opinion particulière acquiert ainsi une valeur supérieure au raisonnement plus général, et l'individualisme est de cette façon réduit au narcissisme, à savoir son contraire, sous prétexte de "libération" de l'individu.

    Ce que Carl Jung ne dit pas, ou pas assez, c'est l'extraordinaire moyen de domination que la culture de masse ou l'art moderne, vecteurs de folie, constituent pour les élites capitalistes occidentales. A travers l'art et les prétendus artistes modernes, qui ne sont en réalité que des kapos pour la plupart, en charge d'une mystification culturelle dont le message essentiel est l'éloge sournois de la faiblesse.

    Ce que Carl Jung occulte en outre, et que le point de vue chrétien extérieur à la culture ou à l'anthropologie permet de voir, c'est qu'il n'y a pas une seule mythologie, mais deux.

    C. Jung est conforme au plan universitaire typique du XIXe siècle pour réduire l'art et la mythologie à leur vocation anthropologique, et tenter ainsi d'étouffer la mythologie juive ou chrétienne, qui porte en elle la condamnation à mort de l'art et de l'anthropologie.

    Ne cessons pas de le répéter jusqu'à la fin du monde : Shakespeare représente un désaveu radical et définitif pour les élites occidentales, apparemment chrétiennes, mais en réalité fondée sur une rhétorique anthropologique impossible, que le nouveau testament qualifie de fornication, c'est-à-dire le pire crime contre l'esprit, et le seul déclencheur de la colère du Christ.

    Le rhéteur démocrate-chrétien n'a d'ailleurs aujourd'hui l'argument anthropologique ronflant à la bouche qu'en raison de l'incapacité de l'Occident à produire autre chose que l'art le plus débile. Ainsi le commentaire philosophique est complémentaire de la culture de masse totalitaire, de même qu'une gnose scientifique se développe autour des systèmes d'exploitation technique afin de dissimuler leur nullité en termes scientifiques.

    La conjonction de l'art le plus abstrait (la musique) et de la plus grande superstition est un trait de caractère de la démocratie ou du totalitarisme, en même temps que le discours démocrate-chrétien est le moins critique à l'égard de la condition humaine moderne. Un esprit païen comme Jung, entraîné à l'être par son éducation catholique romaine, peut comprendre que Satan préside à l'art, c'est-à-dire que toute forme d'art n'est que le produit dérivé du nombre 666, qui définit la seule anthropologie en principe efficiente.

    Carl Jung pose convenablement le diagnostic de folie collective ; il perçoit à quel point la culture moderne libère dangereusement l'instinct, c'est-à-dire en dehors d'une perspective véritablement rationnelle. Mais il pose ce diagnostic en médecin, attaché à une culture de vie païenne, malgré ou à cause de son éducation catholique romaine, faisant complètement fi de l'histoire, et interprétant celle-ci comme un mouvement erratique, selon le pli du raisonnement de l'homme d'élite, qui traduit automatiquement l'histoire comme la condamnation de sa caste et de son rang. Par conséquent, s'il a bien une idée ou un aperçu du mal qui ronge l'homme moderne, Jung s'avère incapable de remédier à la déraison collective - d'assigner un objectif à l'art qui ne soit, comme l'objectif moderne, une sorte d'euthanasie inconsciente de l'art. Tout simplement la mort de l'art est pour Jung, comme pour Nitche, impensable.

    Contrairement au dire de Nitche, la colère de Hamlet ou Shakespeare contre la culture occidentale chrétienne ne s'appuie pas sur la mythologie païenne ou athée. Cette dernière est la plus totalement dépourvue de sens historique (hormis la mythologie de Homère). Shakespeare repose sur la proscription évangélique absolue du mobile anthropologique ou, pour parler le langage moderne, de "l'oedipisme chrétien". Le personnage d'Ophélie traduit le mieux ce type de conscience, et Shakespeare montre sa proximité avec la démence, avec une acuité qui peut paraître d'une cruauté extraordinaire, mais qui l'est surtout pour ceux qui ont condamné Ophélie à cette démence masochiste si particulière à l'Occident moderne.

    Qui voudrait l'aliénation de ses propres enfants ? Shakespeare répond : voyez les élites occidentales modernes s'organiser sur cette base suicidaire, les pères donner leurs enfants en pâture à l'avenir afin de gagner du temps. Shakespeare ne s'étonne ni ne s'indigne, contrairement à Nitche ou Jung, à tous les esprits réactionnaires, de la décadence du monde occidental, c'est-à-dire du triomphe de la ruse et de la folie modernes sur la sagesse antique démoniaque. Exit MacBeth ; exit la vieille mythologie démoniaque et la musique des sphères ; si Hitler avait lu et compris Shakespeare, il aurait pu y lire des présages d'écrasement rapide par les puissances de l'axe moderne "judéo-chrétien".

    L'enlisement du monde dans l'erreur n'est que l'expression du jugement dernier, inéluctable. La réponse de Shakespeare à l'aliénation du monde moderne n'est pas une réponse morale comme Nitche ou Jung, l'art ou la psychanalyse, miroirs anciens que Shakespeare sait condamnés à voler en éclats sous la pression moderne ; c'est une réponse métaphysique. Pour Shakespeare, l'amour et la vérité ne sont pas des idées étrangères au monde et à la nature, comme les idéaux modernes peuvent l'être, absolument hypothétiques et religieux par conséquent, mais l'amour et la vérité précèdent tout ce qui naît et meurt, comme une force étrangère ou un corps étranger au monde et à la nature. L'amour et la vérité sont choses aussi incompréhensibles à l'homme que dieu peut l'être, et susceptibles d'autant de formules idolâtres que celui-ci.

    Si l'homme était capable d'amour ou de science, autrement que par intermittence, dans ce cas il ne mourrait pas selon Shakespeare. Ainsi l'humanité est définitivement divisée selon Shakespeare, entre ceux qui, cherchant le bonheur font le malheur d'autrui, suivant la loi naturelle impitoyable, et démontrent ainsi que l'amour n'est qu'un vain mot ; et ceux qui, cherchant l'amour, sont dissuadés de le trouver dans l'homme ou dans le monde ici-bas, dont l'existence même est menacée par la vérité.

    Comment l'élitisme, qui fut le meilleur moyen de la vertu dans les temps antiques, incarne désormais l'irresponsabilité et la bêtise, le sacrifice du bien public au profit de chimères catastrophiques, cela qui parle au nom de l'antéchrist l'ignore, tandis que Shakespeare le sait.


  • Dans la Matrice

    L'apparente complexité du monde moderne -artistique, scientifique, morale, politique...-dissimule en réalité des comportements humains bestiaux. Je m'explique : les loups tuent sans états d'âme, tandis que l'homme, lui, en a. Il n'aime pas voir la réalité de son crime en face, mais préfère lui donner une apparence légale, le recouvrir de grandes théories, dont l'apparente complexité est pour les esprits crédules la preuve qu'elles sont savantes.

    Prenons l'exemple de la théorie évolutionniste-transformiste, c'est-à-dire non pas de la division constatable de certaines espèces vivantes en sous-espèce, mais d'un progrès biologique dont l'aboutissement serait l'homme ; bien que le transformisme réduise la liberté humaine à une abstraction, contribuant ainsi à l'anéantissement de la liberté, comme l'art abstrait est un programme totalitaire de destruction de l'art, on peut constater à quel point l'évolutionnisme arrange tout le monde, et pas seulement les nazis. Il arrange tout le monde, car les systèmes d'exploitation ne sont pas compatibles avec la liberté ; sur le plan de l'organisation pratique du monde moderne, pas de liberté.

    Un chrétien ne contestera pas les démonstrations de Nitche ou Baudelaire que la démocratie est le système le plus pervers d'aliénation et de censure : d'abord parce que les paraboles chrétiennes illustrent toutes une liberté à rebours du procédé humain de justification éthique, dont les élites conservent le contrôle, sans quoi elles seraient désarçonnées; ensuite parce que la démocratie a un aspect net de subversion du christianisme, c'est-à-dire de transposition sociale impossible du message évangélique. Prévenu contre l'avènement de la synagogue de Satan, le chrétien verra dans la démocratie une manifestation de l'antéchrist - somme toute la démocratie n'est qu'un perfectionnement de la monarchie chrétienne de droit divin, constitution à laquelle les élites bourgeoises n'ont fait qu'ajouter le supplément de ruse nécessaire. On pourrait dire que les caractéristiques de la vieille franc-maçonnerie égyptienne sont trop faciles à détecter chez un "homme d'Etat" comme Richelieu. A moins d'être un imbécile, il n'est pas difficile de deviner quelle puissance cette face de hyène sert réellement.

    Le complexe d'Oedipe, qui est la clef de la conscience du sujet de droit civil, subsiste au stade démocratique : cela suffit à prouver que le système démocratique n'est que le produit dérivé de la tyrannie égyptienne ; quelle nation le démontre mieux que les Etats-Unis, dont les citoyens sont divisés entre une majorité qui estime que l'inversion des valeurs égyptiennes est une bonne chose, et une minorité qui estime que cette inversion est néfaste ?

    De même que l'évolutionnisme, la pseudo-science psychanalytique est aussi peu propice à convaincre un esprit français qu'elle est faite pour convaincre une femme allemande. On ne peut manquer de constater que l'hystérie règne principalement dans les nations occidentales qui ont le plus de foi dans les capacités de la psychanalyse de lutter contre l'aliénation. Or la France a connu précédemment à Freud des siècles de "médecine de l'âme", exercée par des clercs catholiques romains, jointe à un système psychologique pour réduire l'homme à la captivité - le purgatoire ; le freudisme apparaîtra donc à un Français comme la répétition de la vieille tactique pharisienne de manipulation. "A bas la calotte !", pensera le Français, confronté à la psychologie ou la sociologie ; si beaucoup de Français ignorent que Molière prononce "A bas la calotte !" au nom du christianisme, c'est en raison du lavage de cerveau opéré par la pédagogie républicaine, qui s'emploie à faire l'homme singe dès le plus jeune âge ; parvenu à l'âge adulte, le macaque humain, toujours agrippé virtuellement à sa mère et à son père (l'Etat), tantôt célébrera l'institutionnalisation de la sodomie comme un progrès civilisationnel (sic), tantôt s'en indignera, oubliant le meilleur réflexe humain, celui de rire d'une telle évolution des moeurs.

    Cette réaction ironique, dont Nitche fait une vertu satanique, amène à observer avec plus de sang-froid à quel point le système démocratique, appuyé concrètement sur la soumission au déterminisme biologique, suggère sur le plan abstrait une idée de la liberté entièrement dénuée de fondement. La liberté démocratique n'est qu'une opération de diversion.

    Chrétiens, nous devons traiter les élites démocrates-chrétiennes de la manière dont Hamlet traite Polonius, sans aucune pitié. Elles n'en ont pas pour leurs propres enfants, qu'elles vendent au premier démon qui passe en échange de la fortune. Les belles promesses démocratiques ne font que refléter le rêve de fortune des élites.

  • Dans la Matrice

    Avant d'être autorisé à publier des poèmes faisant l'éloge de la condition humaine, un stage de quelques mois dans une mine de charbon, un champ de coton ou un bordel africain devrait être obligatoire. On serait alors débarrassés de 99% des curés qui chantent : "Y'a d'la joie, bonjour-bonjour les hirondelles..." Il ne resterait plus qu'1% de masochistes, pas de quoi fonder une Eglise.

  • Dans la Matrice

    Être dans la matrice signifie être la proie du destin et s'illusionner sur le sens de sa vie. La culture est l'opium qui permet cela.

    Nitche s'interroge sur ce que peut bien vouloir Shakespeare -peu importe que celui-là soit sincère ou non. Ce que Shakespeare veut n'a rien d'énigmatique : faire table rase de la culture pour permettre d'y voir clair. Ce que Shakespeare écrit est terrifiant pour les élites occidentales. Comme tous les prophètes, Shakespeare s'adresse directement à l'homme du peuple, qu'il sait nécessairement plus détaché de la culture.

    Vis-à-vis de la culture, l'homme d'élite se comporte de la manière la plus stupide, comme le capitaine d'un vaisseau qui sombre dans la tempête et ne veut pas abandonner la nef qui justifie toute son existence. Les marins, eux, savent qu'il y a d'autres navires et d'autres capitaines semblables.

    Ainsi réagissent Nitche, ou encore Baudelaire, en hommes d'élite : ils haïssent la démocratie, cargo trop lourdement chargé qui prend l'eau de partout, mais ils n'ont pas d'autre solution que de contempler la ruine de cette théorie catastrophique, qui les emporte. Cette ruine aurait dû leur inspirer le mépris de l'élitisme, et non de la plèbe, car celle-ci n'a jamais songé à la démocratie : le concept lui a été inculqué par des hommes d'élites portant le masque du judéo-christianisme.

    Être dans la matrice implique aussi d'ignorer que le mensonge universel porte la marque du judéo-christianisme. Suivant cette ruse le maître dominera sur l'esclave jusqu'à la fin des temps nous dit Shakespeare. Plus fort le témoignage de la Vérité dans le monde, plus puissant l'effort du monde pour produire une musique consolante et mensongère. La culture de vie païenne est impuissante à faire barrage à l'histoire. Seule la culture de mort judéo-chrétienne et ses oeuvres faisandées peuvent fournir la dose d'occultisme et d'opium nécessaires au monde pour se projeter dans l'avenir.

    Et, dans sa chute, l'humanité entraîne Satan, dont quelques esprits nostalgiques veulent restaurer le culte... en vain. Shakespeare est pur, Shakespeare est sauf, accompagnons-le.

  • Dans la Matrice

    Les personnes qui se trouvent, inconscientes, prisonnières dans la matrice, manifestent un état religieux de dépendance à des lois de la nature et de la politique reçues comme des dogmes, dont elles ignorent la cause et le but véritables. Cet état est proche de l'état foetal.

    Ainsi des militants qui revendiquent l'usage de nouvelles drogues comme un "progrès social". Ils sont incapables de se demander d'où leur vient ce poids énorme de culpabilité qui les incite à se droguer.

    Certains théoriciens cyniques et barbares parlent d'excès d'invidualisme, quand l'évidence même est un culte identitaire excédant celui de régimes totalitaires précédents. Un culte identitaire qui témoigne de l'écrasement de l'individu, dans la société moderne, par les institutions, qui n'ont jamais formé un maillage aussi serré, ni par conséquent une religion aussi uniformisée à l'échelle mondiale.

    L'irresponsabilité, qui est le contraire de l'individualisme et traduit la dépendance à des institutions tutélaires, indique la responsabilité criminelle des élites, notamment intellectuelles, composées essentiellement en France depuis la Libération de butors dangereux, occupés à rédiger des manuels d'éducation sexuelle, ou des doctrines sociales improbables, toutes basées sur la négation du rapport de force physique imposé par la nature.

    Il est tout à fait naturel qu'un homme tue celui qui a fait de lui son esclave. On peut croire que le meurtre sera d'autant plus sauvage que le maître avait promis à l'esclave de l'émanciper. Je ne justifie pas le meurtre : j'explique comment les élites enseignent que le meurtre des tyrans d'autrefois par leurs esclaves fut légitime : c'est là que le populisme commence.


  • Culture de Mort

    Le destin de la culture de vie, comme celle-ci est dépourvue de transcendance véritable et maquille en abstraction mathématique cette altération de la conscience, c'est d'évoluer en culture de mort.

    L'Eglise romaine est bel et bien la matrice de l'idéologie totalitaire moderne. Sur le message évangélique qui en est pur, elle a greffé au moyen âge un discours anthropologique. En lieu et place du salut, elle a mis la souveraineté de l'homme, aussi bien ridicule du point de vue du droit naturel païen que de l'aspiration chrétienne vers la liberté, c'est-à-dire vers dieu.

    Le millénarisme totalitaire, qu'il soit hégélien, nazi, socialiste, démocratique, ou bien encore indexé à la plus cynique idéologie évolutionniste, n'est qu'une reformulation de la commercialisation médiévale de l'au-delà par le clergé médiéval. De même la psychanalyse ne fait que pasticher la négation du péché originel par le clergé catholique romain. Il est impossible pour un homme de chair et de sang de parler au nom de l'Esprit, à moins qu'il ne le fasse conformément à la parole. Or on ne voit nulle part le Messie condamner moralement quiconque, pas plus qu'on ne le voit assigner à quiconque un devoir moral.

    L'implication politique de soi-disant chrétiens est une preuve de la trahison de l'Esprit par les institutions chrétiennes. Car l'avenir du monde est ce qu'il y a de plus vain dans le monde, puisque c'est l'esprit du monde... qui n'en a pas. Les démocrates-chrétiens sont des singes, puisqu'ils sont les mieux adaptés à cet esprit du monde, le plus cauteleux et qui repose entièrement sur la caution des banques.

  • Dans la Matrice

    On entend parfois tel ou tel confier qu'au moment de mourir, il a vu défiler devant ses yeux "le film de sa vie". Ce type de personne apprend ainsi qu'il mène sa vie comme une marionnette ou un acteur de cinéma, c'est-à-dire un de ces objets utiles sur le plan social à la décoration.

    Rescapé, il peut rendre grâce à la mort de lui avoir donné une leçon plus utile que toutes celles que les mères donnent en général à leurs enfants, dont les traités de pédagogie grouillent comme autant de serpents. Un enfant averti contre sa mère et les pédagogues a deux fois moins de chances de se faire violer qu'un autre.

    Je ne vois pas grand-chose à redire du nazisme, par rapport à bien des mères de famille. Les nazis aussi pensent que l'origine du monde est un con de femme. Et ils le pensent au premier degré, non avec l'ironie que Courbet a placée dans le titre et le découpage de son tableau, prédestiné à faire l'extase des collectionneurs d'art. La poésie nazie se limite à peu près à la galipette généalogique, empruntée aux barbares romains. Dès qu'un type fait l'éloge de la Rome antique, on sait : 1/Qu'il n'a pas assez de couilles pour faire l'éloge du fachisme ; 2/Que sa relation amoureuse avec sa mère déterminera tous ses faits et gestes jusqu'à ce qu'on cloue son cercueil. Montaigne accouche d'une souris.

    Ce que le christianisme propose, c'est de ne pas être aussi con qu'un acteur de cinéma, aussi sournois qu'un metteur en scène de cinéma ou de théâtre, aussi vain qu'un critique de cinéma. Bestialité et ennui sont les deux vocables qui permettent le mieux de cerner le cinéma, comme la musique. La bestialité est ce qui rend le cinéma séduisant, en particulier pour les femmes et les enfants, et l'ennui est ce qui incite ceux qui ne sont pas des fainéants à s'en détourner. Les actes de barbarie qui se produisent aux Etats-Unis, qui témoignent d'une barbarie plus grande que celle qui régnait dans l'Allemagne nazie, sont la conséquence de la cinéphilie des citoyens américains. La preuve ? Les psychanalystes le nieront toujours, dans la mesure où ils sont les acolytes d'une justice destinée à disculper les élites et leurs méthodes cyniques et abjectes - éthiques.

  • Dans la Matrice

    L'absence d'amour-propre protège l'individu des tentatives de séduction des femmes ou de la société. Les poètes modernes, eux, se sont fait baiser comme des cons ; Rimbaud ? Un enfant de choeur.

    L'amour véritable est à l'opposé du respect humain.

  • Dieu et la Science

    Dans la technocratie moderne, la Science s'est substituée à Dieu sur le plan psychologique. C'est ce qui rend les débats scientifiques aussi houleux et difficiles, et justifie que des institutions civiles publiques octroient parfois des sommes considérables à des savants, sans comprendre un traître mot de ce qu'ils racontent, mais sur la seule foi que les travaux seront beaux et bons, voire rentables, flatteurs pour l'espèce humaine en un mot.

    Pour de nombreux scientifiques bornés, il ne serait pas rationnel de mêler Dieu à des considérations scientifiques, bien que la plupart des savants illustres devant lesquels il convient de se prosterner, l'ont fait. Autrement dit, I. Newton était capable de faire de grandes découvertes scientifiques, mais son esprit était trop obstrué pour qu'il ne fut pas athée (je suis loin de croire la science de Newton vraie, mais peu importe en l'occurrence, je prends Newton comme un exemple de savant croyant ; j'aurais pu en prendre un autre encore plus dévot, comme Galilée, qui croyait non seulement en dieu mais aussi au purgatoire).

    Ici, je suis obligé de faire remarquer le lourd déficit en matière d'histoire de la science, comme dans peu d'autres disciplines à ce point, et, un Français comprendra le propos suivant facilement : quand l'histoire fait défaut, ça sent la religion à plein nez ! Ainsi l'histoire est dissuasive de croire dans le motif religieux du progrès social. L'historien comprendra vite, par exemple, que la science et l'éthique ne peuvent s'accorder que dans un régime de type totalitaire ou théocratique, où les savants définissent des règles éthiques, au nom d'une vague transcendance dont la rationnalité n'excède guère celle des nombres irrationnels ou d'un ordinateur.

    Notez que je ne dis pas que Dieu, en tant que but assigné autrefois à la conscience, avant que la science ne nourrisse la conscience de l'homme à son tour de grandes espérances - je ne dis pas que ce dieu-là existait, ou qu'il était un but fiable, mais seulement qu'il était efficace sur le plan psychologique, c'est-à-dire fédérateur des masses, notamment populaires.

    De même il n'est pas prouvé que la science moderne, excluant Dieu, ait une autre valeur que celle de représenter une simple motivation psychologique. Comme un avion de chasse est un produit de la technique et non une pensée scientifique, il se pourrait que la science moderne ne soit elle-même qu'un produit ou un concept de science. C'est ce que certains désignent parfois aujourd'hui sous le nom de "matrice".

     

  • Dans la Matrice

    Le caractère "utérin" du totalitarisme signifie, notamment, son confort. Le confort moderne est un facteur de bêtise majeur. Quiconque ne se satisfait pas d'une existence menée comme une lente euthanasie, commencera par rejeter le confort et ses effets.

    - Un homme du peuple m'interroge : "Comment se fait-il que nos élites soient aussi stupides, et que leurs longues études n'y change rien ?" La principale raison de l'aggravation de la bêtise des élites est l'accroissement du confort.

    La barbarie de l'Allemand vient de son amour du confort, que ses curés présentent comme "la possibilité d'une île", pour donner un petit côté mystique aux gadgets et aux prothèses made in germany.

    Si la barbarie des Etats-Unis excède selon moi celle de l'Allemagne, c'est encore à cause du confort. Bien sûr, les charniers sont la face cachée du confort, et plus l'élite bénéficie de conditions de vie émollientes, plus le sacrifice est nécessaire à l'autre bout de la chaîne.

  • Choc des Cultures

    De la théocratie à la technocratie, il n'y a même pas un dieu de différence.