Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nietzsche - Page 3

  • Exit la modernité

    Plus on est intransigeant avec soi-même, plus on l'est avec autrui et ce que certains vieillards cuits par les années font passer pour de la tolérance apparaît comme le mépris d'autrui.

    Cette intransigeance, qui contredit l'éthique de l'homme moderne, est l'expression de l'amour de soi. ll peut se traduire comme le refus de vivre pour vivre, le refus de la vie comme un but en soi.

    Ainsi Karl Marx voit-il dans l'épicurisme, et Nitche dans le bouddhisme, des religions décadentes, parce qu'elles incitent l'homme à la tolérance vis-à-vis de lui-même. Marx traduit la quête ou le calcul du bonheur (philosophie nécessairement inégalitaire), comme un désintérêt pour le progrès, c'est-à-dire une aspiration spécifiquement humaine, qu'aucune théorie biologique n'explique. Il n'y a que dans l'esprit d'un technocrate, c'est-à-dire d'un sous-homme acceptant d'être réduit à sa fonction, que bonheur et progrès sont deux notions exactement concordantes. Le progrès est réduit au mouvement, c'est-à-dire au sens mécanique du terme.

    L'anthropologie est le mot sophistiqué pour vanter sournoisement la renonciation de l'homme moderne au progrès au profit de réconfortantes fictions.

    L'intransigeance vis-à-vis de soi fonde l'individualisme. Socialement, il n'y aucune raison d'aller à l'encontre du mouvement général, fût-ce le plus bestial. Ce qui permet de caractériser le raisonnement moderne comme un raisonnement fonctionnel, fondateur d'une éthique totalitaire relativiste.

    D'une manière apparemment stupéfiante, le suppôt de Satan et le chrétien rejettent ensemble l'éthique moderne. Le suppôt de Satan (Nitche) y discerne un mouvement de décadence, un abrutissement sans précédent ; le chrétien (Shakespeare) y discerne un mouvement de décadence nécessaire, c'est-à-dire inéluctable, préalable de la fin des temps. Selon Nitche la modernité est chrétienne ; selon le chrétien, elle n'en a que l'apparence.

  • Dialogue avec l'Antéchrist

    "Je connais mon sort. Un jour se rattachera à mon nom le souvenir d'une crise comme il n'y en eut nulle autre au monde, du choc le plus profond des consciences, d'une décision conjurée à l'encontre de tout ce qui avait été cru, exigé, sanctifié jusqu'alors. Je ne suis pas un homme, je suis de la dynamite.

    (...) Celui qui a découvert la morale découvre aussi la non-valeur de toutes les valeurs auxquelles on a cru ou croit encore ; même dans le type le plus vénéré de l'homme, même dans le saint il ne voit plus rien qui soit digne de respect mais les formes les plus fatales d'avortons, fatales parce qu'elles fascinaient. (...) Le concept de Dieu, inventé comme pour être le contraire du concept de vie - en lui... toute l'hostilité mortelle à la vie se trouve rassemblée en une unité épouvantable." "Ecce Homo", F. Nietzsche

    Dans ce paragraphe, Nitche dévoile, ce qui n'est pas franchement un "scoop", le mépris chrétien de la vie. Le serpent de la Genèse est en effet symbole de vie.

    Le disciple de Zarathoustra, qu'un chrétien tel que moi nomme "suppôt de Satan" pour plus de commodité, s'attend à ce que son annonce faite au monde du mensonge chrétien sous-jacent dans la détermination moderne fasse l'effet d'une bombe, c'est-à-dire qu'elle permette aux élites occidentales que Nitche interpelle de voir l'histoire de l'Occident comme l'histoire d'une décadence, en lieu et place du "progrès social" affiché.

    A cela il faut ajouter le compliment adressé par Nitche à la doctrine catholique romaine, et surtout à l'art catholique romain, d'avoir étouffé le message évangélique, sous prétexte de le propager. Autrement dit, Nitche impute principalement la culture de mort moderne à la culture chrétienne protestante qui lui fut inculquée par ses parents.

    Cependant, là où Nitche prétend rétablir la vérité et mettre fin à -au moins- deux millénaires de mensonges, il ne dit que la moitié de la vérité, ce qui est cause, dans sa doctrine à visée rationaliste, de plusieurs contradictions.

    - Il est vrai que Jésus-Christ et les apôtres méprisent la vie, la culture, l'art, et tout ce qui en découle ; mais c'est au nom de l'immortalité, et non de la mort. Par conséquent, la doctrine de Nitche repose sur la négation de la résurrection, et, d'une manière plus large, de toute métaphysique. Or, sur ce point, Nitche ne révèle pas grand-chose, pour ne pas dire qu'il occulte largement l'importance de la métaphysique dans le monde antique pré-chrétien, suivant une méthode qui sera reprise par les nazis et les sectateurs de la République française, amputant l'antiquité des éléments qui contredisent leur thèse. De façon caractéristique, Nitche fait de Dionysos une divinité majeure, alors qu'il n'était dans la Grèce antique qu'une divinité secondaire.

    - Plus grossièrement encore, Nitche assimile le christianisme à la culture protestante moderne, alors que les Evangiles et le Messie se montrent hostile à toute forme de culture, et en particulier une culture qui se réclamerait de Jésus-Christ, ce qui reviendrait à fonder le christianisme sur le péché, et non sur l'amour et la vérité. Nitche s'attaque violemment à une culture et à une doctrine sociale chrétiennes, alors même qu'il n'y en a pas. Toute forme de mobile temporel est désavoué par la parole divine, et s'exposent par conséquent au néant tous ceux qui trahissent cette parole. La récupération et l'usage du message évangélique à des fins militaires ou éthiques ne fait pas de ce message un message militaire ou éthique pour autant.

    Conclusion : l'antéchrist, sous le prétexte de s'attaquer au christianisme, s'en prend à ce qui est décrit dans l'évangile comme l'antichristianisme, c'est-à-dire une force de subversion majeure, une OPA abusive par les élites occidentales sur les évangiles, similaire aux malversations antiques du clergé juif. De ce fait même, l'antichristianisme de Nitche a, comme celui de Judas, un côté suicidaire, car Nitche dévoile certaines positions et stratagèmes sataniques ; il se comporte comme un soldat romain, voulant torturer et crucifier le Christ et ses apôtres, à l'époque des poisons modernes, fielleusement déversés dans l'oreille des innocents afin de les tuer dans leur sommeil. Nitche n'a rien compris à Shakespeare et à la nuit dans laquelle l'Occident est plongé jusqu'à la fin du monde.

     

  • Chacun cherche son genre

    Rien d'étonnant à ce que les partisans de la théorie du genre ne parviennent pas à accorder leurs violons entre eux pour donner une définition de la théorie du genre. J'ai mentionné récemment les efforts dans ce sens du professeur de morale ubuesque Axel Kahn. Ici je pèse mes mots : les régimes totalitaires s'appuient sur une rhétorique scientifique qui n'a de scientifique que l'étiquette apposée dessus.

    Il faut viser précisément ce qu'il y a derrière la théorie du genre, à savoir l'anthropologie chrétienne, subversion majeure du message évangélique, puisqu'elle est dépeinte par les apôtres comme l'antéchrist.

    La détermination moderne est en effet indissociable du discours anthropologique chrétien. Le plus grave péché contre l'Esprit de Dieu et la parole divine est commis par le clergé chrétien lui-même. D'abord le clergé catholique romain, puis le clergé protestant dès lors que la réforme de Luther a pris un tour institutionnel et perdu son sens spirituel, ce qui fut très rapide.

    On peut caractériser l'anthropologue chrétien comme le père fondateur de l'athéisme moderne, qui résulte surtout d'une confiance débordante dans l'homme, inédite dans l'histoire de l'humanité, et que l'on retrouve aussi bien derrière la théorie du genre que derrière l'exhortation de Simone de Beauvoir à "devenir une femme".

    Le mécanisme du discours totalitaire clérical n'est que partiellement élucidé par la critique réactionnaire de Nitche : le discours totalitaire "emprunte" au message évangélique l'idée que l'homme a la faculté d'échapper au conditionnement naturel : le christianisme propose un universalisme anti-anthropologique et contre-nature, puisqu'il traduit la mort naturelle comme l'effet de la bêtise humaine.

    Une femme peut bien, selon le propos chrétien, échapper à son "destin de femme" : non seulement elle le peut, mais la vérité surnaturelle l'exige. Tout cela n'est du point de vue réactionnaire antichrétien de Nitche que fantasmagorie.

    Ce que Simone de Beauvoir ignore, dont il frappant d'observer qu'elle raisonne exactement comme une nonne catholique romaine, c'est en quoi consiste "échapper à son destin de femme", c'est-à-dire "devenir l'épouse du Christ", suivant la formule apocalyptique consacrée. Chez l'athée ou l'anthropologue, la vocation sociale vient se substituer à la vocation spirituelle.

    C'EST UNE TELLE PRESENTATION SOCIALE IDEALISTE DU MESSAGE EVANGELIQUE QUI FONDE LE DISCOURS TOTALITAIRE.

    Le marxisme fournit une illustration récente du processus totalitaire, qui sans l'intérêt que les élites occidentales judéo-chrétiennes trouvent dans ce moyen de diviser ne serait rien. La critique radicale du droit et de l'argent fait de Marx l'un des penseurs récents les moins éloignés de la logique chrétienne ou juive ; or Marx n'est pas moderne, c'est le marxisme-léninisme et le stalinisme qui le sont. Là encore, le totalitarisme (ainsi que Lénine l'a avoué, sachant l'absence de toute "transition socialiste" dans le marxisme), vient de l'assignation d'un but social au marxisme qui est, si ce n'est spirituel, du moins critique et scientifique, mais certainement pas social, Marx sachant parfaitement que le socialisme est la négation de la critique. L'art le plus social est en effet celui qui supporte le moins la critique.

    On peut dire de la théorie bestiale du genre qu'elle est une tentative de trouver une signification dans l'espèce humaine de l'évolutionnisme biologique, dont le bénéfice semble avoir été jusqu'ici parfaitement nul. C'est une caractéristique du discours totalitaire de ne jamais énoncer de philosophie naturelle cohérente, c'est-à-dire justifier le système des lois par une science rationnelle. La raison en est, là encore, chrétienne, car il est impossible au christianisme de prétendre s'appuyer sur une philosophie ou un droit naturels. Le clergé chrétien ne peut ainsi, par ruse, que noyer le poisson et contribuer ainsi à l'aliénation croissante du monde.

    - La doctrine réactionnaire de Nitche fournit une explication du monde moderne comme un monde en proie à la démence chrétienne, partiellement véridique, mais échoue à expliquer pourquoi cette démence s'avère impossible à soigner.

    - Les évangiles et les apôtres chrétiens, anarchistes ou antisociaux, dans la mesure où ils ne sont pas déterminés par la mort et le péché, mais par la fin du monde, fournissent une explication du monde moderne comme étant en proie à la démence chrétienne, tout en expliquant pourquoi cette folie est invincible moralement et socialement, et pourquoi Satan tombera dans le piège qu'il a tendu à la vérité, qui consiste à faire du clergé judéo-chrétien le principal actionnaire du mensonge public.

  • Démolisseur d'art

    Un commentateur de ce blog prétend ne pas comprendre l'hostilité du christianisme à l'art et à la culture. Disons, premièrement, que l'art et la culture sont devenus désormais des "mots-valises", c'est-à-dire que la plupart des gens, y compris parfois lorsqu'ils exercent une activité artistique, n'ont pas de notion précise de ce que sont l'art ou la culture.

    Ce climat d'inconscience généralisée, qui tend à présenter l'imbécillité ou la folie comme une plus-value artistique, en particulier quand il présente la liberté et le hasard comme deux notions proches, suffit pour caractériser l'art moderne de décadent. L'utopie totalitaire démocratique se reflète donc dans l'art le plus relativiste, qui traduit la contamination de la population tout entière par le goût bourgeois. Relativement la merde est appréciable, et l'homme peut s'avérer assez original pour la trouver délicieuse ; du reste, comme tout le monde chie, la merde est universelle. Voilà à peu près où en sont 

    Un chrétien en revanche sait qu'il n'y a pas de culture pacifique - il n'y en a jamais eu, et il n'y en aura jamais ; aucune culture n'est exempte de l'aspect de mobilisation du peuple au service des élites qui le dirigent. Par le vocable de "culture chrétienne", on entend donc forcément l'antichristianisme à l'oeuvre sous les couleurs de l'apostolat chrétien. En ce sens, des "artistes" comme Jérôme Bosch, Boccace, Shakespeare, ne le sont pas, puisque leur oeuvre est une entreprise de démolition de l'art chrétien dominant. On peut mieux comprendre la notion d'antéchrist telle que l'apôtre Paul et l'apocalypse chrétienne la présentent, en étudiant le fait subversif de la "culture catholique" : c'est pourquoi le propos de Shakespeare est bien apocalyptique et non artistique.

    La prohibition de l'art chrétienne paraît donc superficiellement rejoindre le point de vue conservateur et réactionnaire de Nitche, qui condamne l'art moderne comme une culture de mort décadente. C'est ce qui explique que Nitche et certains de ses disciples ont pu croire Shakespeare un athée proche de la nostalgie réactionnaire et de l'apologie du surhomme. En réalité, et sur ce point Nitche est faux, le chrétien n'a aucune raison d'adhérer à l'art anthropologique décadent, d'abord parce que le christianisme n'a rien d'anthropologique. L'art moderne, dont la fonction est à peu près de démontrer le progrès social et l'évolution, sans aucunement rapporter la preuve d'une moindre bestialité des politiques et des moeurs modernes, est étranger au christianisme, dont la vocation sociale est inexistante.

    Les doctrines sociales de l'Eglise romaine sont des blanc-seings accordés à la bourgeoisie industrielle esclavagiste, et rien d'autre.

    Pour autant, le christianisme ne s'accorde pas avec la culture de vie et l'art réactionnaires, essentiellement païens, que Nitche a souhaité restaurer contre la cinématographie bourgeoise macabre, et toutes les théories relativistes d'espace-temps.

    La mort de l'art n'a rien d'effrayant pour un chrétien, qui l'espère pour lui-même au profit de la vérité et du discernement de dieu. La spiritualité ou la mystique de l'art moderne n'est autre qu'une spiritualité chrétienne galvaudée - ce détournement est perceptible en raison du caractère animiste de l'art moderne, alors que le christianisme est étranger à la théorie sociale de l'âme. Seul l'individu peut voir dieu face à face. C'est ce qui explique que le christianisme dévalue à ce point la famille au profit de l'individu. A l'individualisme, l'art moderne oppose l'aliénation et le relativisme, l'artiste qui ne sait pas si ce qu'il fait est de l'art, mais répond néanmoins à la commande lucrative de quelque chanoine démocrate-chrétien.

     

  • Féminisme et apocalypse

    L'anthropologie moderne féministe se confond avec le cléricalisme. On en prend conscience en étudiant la littérature religieuse du moyen-âge et de la renaissance, où le sens du sacrifice social des femmes est exalté par des cardinaux (italiens) ou des saints catholiques romains officiels. L'aptitude particulière des femmes au sacrifice est censée imiter le sacrifice du Christ Jésus lui-même. Cette propagande se heurte à un obstacle majeur : cet obstacle est théologique, puisque le sacrifice du Messie est dépourvu de vocation sociale. Le point de vue social est celui des pharisiens, dont la tactique consiste justement à tenter de mettre le messie en porte-à-faux avec les lois religieuses juives ou le civisme romain.

    La mort et la résurrection du Sauveur, en faisant reculer les frontières de la mort, compromettent définitivement l’ordre social. Celui-ci trouve en effet sa consistance dans la perspective de la mort. L’éternité n’est d’ailleurs concevable du point de vue éthique ou social que sous la forme d’un au-delà parfaitement virtuel, c’est-à-dire d’une théorie de l’espace-temps, formule qui permet de recomposer l’au-delà au gré des métamorphoses de la société. Il faut comprendre l’invention du purgatoire, en l’absence de fondement scripturaire, comme la réponse du clergé à un besoin social dont le christ n’a cure.

    On peut se demander où sont passés l’au-delà et le purgatoire dans une société laïcisée, voire athée, qui semble s’être affranchie de ces idéaux ? On les retrouve dans les différentes théories de l’âme, et surtout c’est la vocation de l’art moderne de faire croire à l’au-delà. Sans la mystification de l’avenir ou du progrès de l’art, il n’y a plus d’art moderne, ni d’artistes modernes, martyrs de cette cause religieuse. L’art païen, produit de la culture de vie païenne, refuse au contraire de se tourner vers l’avenir et le progrès au profit d’une jouissance présente ; le prêtre réactionnaire païen Nitche assimile à juste titre l’anthropologie moderne à un dolorisme. Peu d’artistes modernes sont conscients comme Nitche ou Hegel de la détermination anthropologique chrétienne de l’art moderne.

    L’erreur d’appréciation de Nitche à propos de la morale puritaine est de la croire dirigée contre les femmes. Elle fut au contraire conçue par le clergé puritain comme une mesure protectrice des femmes des débordements de la sexualité masculine, en des temps où celle-ci présentait un danger majeur d’accident. La monogamie est donc une loi religieuse féministe. Ce faisant le clergé féministe commet, sous prétexte de combattre la fornication, le péché de fornication, puisque celui-ci n’est pas moral, dans le coït ou l’acte de chair lui-même, mais dans l’attribution à l’acte de chair d’une dimension mystique amoureuse, qui du reste va bien au-delà de la mystique païenne dans ce domaine, qui n’outrepasse pas les limites de la raison et du droit naturel.

    C’est cette mystique charnelle chrétienne dont Shakespeare s’attache dans « Roméo & Juliette » à montrer le véritable ressort ; non pas en vertu d’un quelconque athéisme ou paganisme, comme prétend Nitche, mais parce que l’anthropologie chrétienne est la pire atteinte possible à l’eschatologie chrétienne, et au message évangélique, le moins anthropologique qui soit, et le plus dissuasif pour l’homme de « s’installer dans le temps ».

    Nitche a bien compris, du reste, que l’aspiration de l’homme à l’éternité, seule justifie la science, et que si cette aspiration n’est qu’un vain fantasme, alors l’art est bien suffisant, qui se contente d’imiter la nature et renonce à l’élucider au-delà de ce qui est nécessaire à la jouissance ou la moindre souffrance.

     

    Le mensonge de Nitche, relayé par de nombreux historiens pétris de culture latine, est d’inventer une antiquité païenne hostile à la métaphysique et convaincue de l’éternel retour, procurant force de loi au destin, alors que les témoignages sont nombreux dans l’antiquité, à commencer par Homère, d’un goût pour la métaphysique, de sorte que l’aspiration de l’homme à l’éternité est de tous temps. Le christianisme ne fait qu’affirmer que cette aspiration est la seule logique, en dehors de laquelle tout est anthropologiquement absurde et efforts acharnés pour s’adapter à cette absurdité. L’homme a conçu depuis la nuit des temps que l’anthropologie est un serpent qui se mord la queue.

  • Le Christ anarchiste

    "L'anarchiste et le chrétien ont une seule et même origine."

    Frédéric Nitche

    Quelle raison peut-on avoir de croire que l'antéchrist dit vrai, et que les représentants officiels des Eglises chrétiennes mentent, lorsqu'ils prônent, tel Joseph Ratzinger récemment, la soumission à César ?

    S'il a trahi le Messie, Judas Iscariote n'avait pas moins bien compris le message évangélique que les autres apôtres. Le plus probable est que Judas Iscariote a trahi "en conscience", tout comme Nitche après lui.

    Le raisonnement et la tactique de Nitche sont les suivants : il n'y a rien en dehors de la raison naturelle, à laquelle le christianisme est indifférent (la morale naturelle païenne est satanique du point de vue chrétien). Le christianisme est donc totalement artificiel.

    Afin d'inciter les puissances hostiles au christianisme à l'éradiquer définitivement, Nitche invente une menace anarchiste plébéienne, alors que le refus chrétien de se soumettre à l'ordre naturel est un refus spirituel et individuel. L'ordre juridique satanique, du point de vue chrétien, est amené à s'écrouler de lui-même.


  • Shakespeare contre Nietzsche

    Nitche s'abuse et il abuse son lecteur quand il dit Shakespeare de la même chapelle que lui. Je fais d'ailleurs le constat que la scolastique française, quand elle a été influencée par Nitche, en dépit du cordon sanitaire stalinien (J.-P. Sartre), en a toujours presque systématiquement répété les erreurs, et écarté les jugements plus sérieux.

    Pas très sérieux, par exemple, le jugement de Nitche sur la tragédie grecque, mais néanmoins colporté par la plupart des conservateurs de musée. La médiocrité des critiques et historiens d'art français, sur le modèle de Diderot, vient de ce qu'ils se prennent eux-mêmes pour des artistes, bien qu'ils le soient rarement d'une manière aussi convaincante que Diderot ou Baudelaire.

    Beaucoup plus intéressants, en revanche, les arguments de Nitche contre l'art et la philosophie modernes. Ils permettent de distinguer, par exemple, que le masque du communisme, de l'athéisme et du progrès, dissimule en réalité un prêcheur judéo-chrétien, J.-P. Sartre, adapté à la réalité de l'Etat providentiel et son culte. Sans doute un artiste français sera capable de flairer assez facilement en Sartre et Beauvoir le type du curé et de sa bonne, mais tout le monde n'a pas le loisir de s'adonner à l'art.

    Bien sûr Nitche n'a rien d'un anarchiste, contrairement à ce que certains gugusses colportent, mais sa façon de dévaluer l'ordre moral nouveau au profit de l'ancien fournit quelques arguments à la dissidence théorique de quelques adeptes de la décroissance. Si la gauche et la droite libérales françaises ne sont que tenon et mortaise d'une même politique, il n'y a entre l'extrême-droite et l'extrême-gauche qu'une feuille de papier à cigarette idéologique.

    Si le propos de Nitche permet de le comprendre, c'est en raison de son effort pour ramener la culture à une plus grande simplicité, interprétant à juste titre la complexité apparente de la culture moderne comme un labyrinthe de fausses valeurs judéo-chrétiennes, les plus propices à entraîner la perte de l'humanité. Puisque la "théorie du genre" est à la mode, disons que Nitche est le plus farouche adversaire de cette détermination ultra-moderne, qui traduit l'influence délétère de l'idéalisme judéo-chrétien. Nitche pense en effet que la foi moderne dans l'autodétermination est une pure inconscience.

    L'effort de simplification de Nitche, grâce auquel il fait valoir la beauté de sa prose contre l'exaltation de la laideur par les artistes modernes, comme le propre de l'homme, le fait croire proche de Shakespeare, mais ce n'est pas le cas. Ils sont plutôt dos-à-dos, comme deux duellistes qui s'apprêtent à s'affronter, et dont on ne peut dire lequel l'emportera.

    Vive attaque contre l'idée de progrès chrétien de la part de Nitche, donc, qui trouva dans la littérature française de nombreux échos, avant que l'Etat ne verrouille l'accès à la littérature. Raisonnement implacable et imparable de Nitche, qui projette ici en enfer tous les technocrates après lui, lorsqu'il démontre l'irresponsabilité d'une élite ou d'une aristocratie qui prétend mener le peuple vers le progrès, c'est-à-dire vers un mot, qui n'a que la consistance d'un mot. Le progrès est la négation même de l'aristocratie. La politique le vérifie depuis le XVIIe siècle et le ravalement de l'aristocrate au rang de lèche-cul de l'Etat. Notre monde le prouve plus encore, où l'élitisme consiste à savoir mieux manipuler autrui que son voisin de promotion.

    Du point de vue aristocratique pur défendu par Nitche, le progrès n'est donc qu'un fantasme, propice à s'installer dans un esprit chrétien, faible et efféminé, en un mot raté.

    La position de Shakespeare n'est pas la même. Le progrès que Shakespeare dénonce comme une illusion est le progrès moral ou social, celui-là même que les élites occidentales ont inventé de toutes pièces. Mais Shakespeare n'est pas installé sur le mensonge, qui provoque un certain cafouillage dans le raisonnement de Nitche, selon lequel l'idée du progrès social serait issue des évangiles ou des apôtres, puisqu'on n'y trouve aucun plan de cette sorte.

    Shakespeare est donc conscient comme Nitche que le progrès est la monture la plus dangereuse qu'un homme d'élite puisse enfourcher, qui tôt ou tard le mettra à bas. Mais pour Shakespeare, contrairement à Nitche, ce mouvement est inéluctable et il a un sens, non pas chrétien comme le prétendent Nitche et Hegel ensemble, l'un pour le fustiger, l'autre pour s'en féliciter, mais antichrétien, de sorte que s'oppose au christianisme et au progrès, bien plus efficacement que l'appel à la raison naturelle de Nitche, sa volonté de restaurer la morale dans ses droits, l'apparence du progrès chrétien, exhibant les signes de la foi chrétienne, mais réduisant le plus efficacement les apôtres au silence.

    Le tableau de l'antichristianisme brossé par Shakespeare, et qui coïncide presque avec l'évolution politique de l'Occident, diffère donc nettement de l'athéisme exalté par Nitche comme le moyen de rétablir la paix dans le monde.


     


  • Enfer et anarchie

    Défendant le point de vue de l'ordre naturel et de la morale rationnelle (non-abstraite et non-féministe) qui en découle, F. Nitche identifie Jésus et ses apôtres à des anarchistes. Tantôt Nitche distingue les chrétiens authentiques, fidèles aux évangiles, des chrétiens de culture (bourgeois capitalistes), tantôt il fait comme s'il n'y avait pas de différence.

    Cela fait partie d'une stratégie de combat, puisque Nitche entend éradiquer le christianisme afin de restaurer une culture païenne qui, là encore, demeure relativement mal définie, Nitche niant le rôle historique du peuple hébreu dans l'Antiquité (La sympathie de nombreux juifs renégats pour Nitche vient de là, comme il y a pu avoir des catholiques "maurrassiens", ravis dans le fond que Maurras insulte les apôtres chrétiens, et ne retienne du catholicisme romain que l'appareil judiciaire.)

    La vision chrétienne authentique de l'enfer est celle du monde où nous sommes. Non seulement le purgatoire n'a pas de fondement scripturaire, mais "l'au-delà" n'a qu'une consistance sociale - traduisez : il n'y a "d'au-delà" qu'en tant que prolongement d'une société donnée. Où se situe l'au-delà dans les sociétés "post-modernes" athées ? Sur un plan identitaire ou personnel, dans les différentes séquences de l'âme. Sur le plan collectif, dans les utopies millénaristes nationales-socialistes, communistes ou démocratiques. Toute la difficulté, déjà rencontrée par l'Eglise catholique romaine autrefois, est d'adapter un système providentiel de droit païen, essentiellement élitiste, à la rhétorique démocratique égalitaire moderne.

    Les martyrs chrétiens ou les apôtres fidèles ne représentent donc pas un danger pour l'art ou la civilisation, mais ce danger vient bel et bien des politiques, des morales ou des doctrines sociales chrétiennes. On comprend aisément sur le plan artistique la difficulté que représente le fait de produire un art chrétien qui contourne les vérités essentielles du christianisme - à quel point cet art s'expose à ressembler à un échangeur autoroutier.

    - Avant de décréter l'assassinat par la voie légale du Messie, le procurateur romain semble hésiter, tant le danger ou la menace que celui-ci représente, et qui sera théorisée dans les siècle suivants par de nombreux "historiens païens", tant cette menace lui paraît inconsistante. Cependant, devant l'insistance des chefs religieux juifs, il finit par passer outre le droit (c'est-à-dire ce qui est censé servir de règle de conduite à un Romain) et ordonner l'exécution. C'est la meilleure illustration qu'on puisse proposer des rapports de la sphère privée et de la sphère publique selon les tartuffes laïcs démocrates-chrétiens. L'ignominie que la "sphère politique" hésitait à commettre, la sphère religieuse la persuada de l'accomplir.


  • Aventures de l'Art

    "Nous avons l'Art, afin de ne pas périr de la Vérité." F. Nitche

    Est très honnêtement posé ici par l'antéchrist le problème de la menace que la vérité représente pour le monde, qui s'organise autour d'une vérité relative, constituée d'un mélange de raison et de foi.

    L'idéal moderne, en effet, parfaitement irrationnel car sacrifiant à la fois la raison païenne et la logique chrétienne aux intérêts méprisables d'une petite élite, l'idéal moderne s'efforce de faire paraître le mariage de l'art et de la vérité possible.

    La Vérité est au contraire le seul maître auquel un chrétien obéit, art et monde dussent-ils en périr. Non, le chrétien n'a pas part au monde moderne, pas plus que les juifs ne furent actionnaires de l'ancien, en dépit des racontars de Nitche et des papes romains.

    A l'éternel retour la beauté doit tout, la vérité rien, et c'est pourquoi Shakespeare n'hésite pas à flétrir les roses et l'éternel féminin.


  • L'Antéchrist Onfray

    - De F. Nitche à M. Onfray :

    L'emprise des élites intellectuelles staliniennes (Aragon, Sartre, Althusser, etc.) sur la culture française, depuis la fin de la guerre jusqu'à la chute du mur de Berlin, fut telle qu'elle entraîna la mise entre parenthèses de la philosophie ultra-conservatrice de Nitche. D'abord parce que Nitche réduit l'idéal moderne à un slogan religieux judéo-chrétien ; ensuite parce que la référence des intellectuels fachistes ou monarchistes à Nitche avant la guerre en faisait un philosophe diabolique au regard de la doctrine stalinienne populiste.

    - Précisons que la force et la durée de cette emprise, de nature cléricale, s'explique par le relais de l'Education nationale, véritable armée militante, modelant les consciences depuis le plus jeune âge, sans aucune autre légitimité pour ce faire que le droit qu'elle s'efforce de dénier à l'ancien régime de droit catholique.

    - Précisons en outre que cette longue période de censure de l'intelligentsia se double d'un accroissement des profits engrangés par une économie française de plus en plus capitalistique, au cours des "trente glorieuses". Le totalitarisme stalinien et le capitalisme convergent en effet sur le point de l'ultra-nationalisme (ultra-nationalisme européen/empire soviétique) et le point des méthodes dirigistes et centralisées.

    - Précisons encore, ce n'est pas anecdotique, que l'influence de Karl Marx et du marxisme a cessé de se faire sentir en France au cours de la même période ; c'est un marxisme statufié, et donc débile, qui a été institué à la place du marxisme par le parti communiste français. Au point que des journalistes "gauchistes" incompétents peuvent suggérer aujourd'hui dans la presse des solutions économiques dirigistes inspirées de Marx, disent-ils, quand bien même celui-ci dévalue le point de vue de la science économique au profit de la science historique, et définit en outre l'appareil d'Etat comme une privation de liberté de nature religieuse. Pas plus qu'il n'était envisageable de faire valoir le point de vue marxiste à l'école de guerre, il ne l'était au sein de l'Education nationale. L'intelligentsia n'a jamais craint de se compromettre avec les régimes les plus brutaux, pas plus hier qu'aujourd'hui - en revanche elle s'est toujours arrangée pour faire passer à la trappe ce qui la prive de raison d'être. 

    L'intelligentsia française 1950-1990 est donc parvenue à écarter deux penseurs majeurs du XIXe siècle, Nitche et Marx, bien que très différents, au profit de sa propre production d'ouvrages dogmatiques ou psycho-sociologiques serviles. On pourrait ajouter, si elle n'était pas en France une pensée résiduelle ou secondaire, l'abaissement de la pensée chrétienne au niveau de la démocratie-chrétienne. Rares sont en effet les Français à s'intéresser ou à défendre la philosophie casuistique de l'école de Francfort, tartinée par Benoît XVI dans ses dernières encycliques, tant celle-ci est intraduisible en français. Ahuri, ce prélat romain l'était au point de proposer des conférences au gratin de l'oligarchie française, sans paraître se douter qu'un tel comportement a le don de justifier l'antéchrist - ahuri ou cynique au point de se moquer des martyrs qui ont eu à subir les foudres du césarisme.

    - L'antichristianisme nitchéen de Michel Onfray s'insère dans un contexte de dissolution du monopole stalinien. Il lui permet de ressortir Nitche des tiroirs, toutefois à condition d'en donner une version présentable. Un peu comme Marine Le Pen doit abjurer les calembours provocateurs de son père, la dernière version du satanisme à la sauce Onfray s'efforce de respecter les dernières prescriptions de la moraline en vigueur que sont le philosémitisme, le féminisme, la souveraineté populaire, la démocratie, l'écologisme... bref toutes les prétendues "valeurs éthiques modernes" dont Nitche s'efforce de démontrer la dangereuse inconsistance.

    Outre la malversation scientifique d'un procédé qui consiste à "gauchiser" le moins gauchisable des philosophes, on ne peut s'empêcher de remarquer que l'antichristianisme de M. Onfray se situe à peu près au niveau de la doctrine sociale satanique d'un curé de campagne catholique, ou de celle d'un prêtre-ouvrier. Nitche demeure le pape de l'antichristianisme, et sa philosophie a au moins le mérite d'éclairer ses lecteurs sur le caractère ultra-conservateur de l'antichristianisme, tout comme le faste artistique des papes de la Renaissance avait le mérite d'indiquer l'antichristianisme à l'oeuvre au sein de l'Eglise romaine.

    Conservateur, Nitche l'est au point de louer les pharisiens pour avoir annihilé la loi de Moïse en se l'appropriant, et il vitupère l'apôtre Paul pour l'avoir au contraire rendue universelle.

    - M. Onfray contre Paul de Tarse

    Si Michel Onfray jouait franc-jeu, au lieu de remplir le baptistère athée de sa bave de saint curé laïc républicain, il mènerait plutôt ses disciples à des combats plus risqués que ceux qu'il mène contre le vaisseau fantôme catholique romain. Il s'en prendrait à des religions et des cultes dominants en Occident, et non à une culture chrétienne dont Nitche lui-même a cru pouvoir prononcer l'arrêt de mort par usure.

    Mais il ne le peut pas, largement parce qu'il est plus "moderne" que nitchéen, c'est-à-dire davantage déterminé par la moraline judéo-chrétienne que par la philosophie ultra-conservatrice de Nitche. L'antéchrist Charles Maurras, ce Nitche français du compromis avec l'Eglise romaine paganisée, ne berne pour ainsi dire que des catholiques qui ne demandent qu'à l'être et n'ont jamais fourré le nez dans les écritures saintes - qui se moquent littéralement du Messie. Mais pour le reste, pour ce qui est du culte païen, Maurras se paie moins la tête de ses clients que M. Onfray avec son "Nitche de gauche", adapté au militantisme efféminé le plus passif.

    Pour son attaque de Paul de Tarse (les clercs catholiques romains ont déjà fait les 3/4 du travail de sape), M. Onfray se contente de reprendre l'argumentaire psychologique de Nitche, en y ajoutant une légère touche personnelle. L'argumentaire de Nitche est simple : Paul de Tarse était cinglé et il a tout inventé. Nitche ne va pas jusqu'à nier l'existence de Jésus de Nazareth. Il affirme qu'il était un brave type, un illuminé, un anarchiste en somme que les pouvoirs publics ont bien fait d'exécuter, et que les pharisiens ont bien fait de dénoncer. Paul de Tarse a tout inventé, de la religion qui s'ensuit. La touche personnelle d'Onfray consiste à nier carrément l'existence du Messie, et à en faire une pure fiction. Pour ce qui est de l'approbation de l'arbitraire des pouvoirs publics, M. Onfray ne diffère de son maître-à-penser. Dure est la loi républicaine pour ceux à qui elle ne profite d'abord, mais c'est la loi. M. Onfray fait partie de ces amis du peuple "du côté du manche".

    L'histoire de l'Occident et des peuples hyperboréens selon Nitche part donc d'une formidable tromperie. A cette formidable erreur, l'Europe devrait aux papes catholiques romains de la Renaissance d'avoir presque mis un terme en étouffant l'évangile à l'aide de "culture chrétienne", moyen discret de réintroduire les cultes d'Apollon et de Dionysos. Ils y seraient pratiquement parvenus, si le "moine Luther" n'était pas venu tout flanquer en l'air.

    Bien sûr l'argument psychologique contre Paul est facilement réversible et peut être opposé à Nitche comme à Michel Onfray, ainsi que cela a déjà été fait. Ce d'autant plus que Nitche a fait l'aveu de sa maladie, et exprimé la fierté de l'avoir surmontée grâce au satanisme, justement assimilé à une doctrine artistique.

    Quant à la manière psychologique d'expliquer l'histoire, pratiquement comme un non-sens, on voit qu'elle oblige Nitche à sortir des gonds de l'art où la psychologie joue à plein, qu'il s'agisse de la culture de vie païenne ou de la culture de mort moderne (hégélienne). On voit bien que Nitche s'aventure sur un terrain, celui de l'histoire, où il est mal à l'aise, contrairement à l'art, et qui l'oblige à se contredire : le christianisme est une doctrine à l'usage d'esprits faibles et efféminés, cependant après des millénaires, cette mauvaise herbe continue de pousser entre les dalles de la civilisation.

    Pour les chrétiens, et Paul notamment, l'antéchrist joue bien un rôle dans l'histoire, mais il ne coïncide pas exactement avec celui que Nitche s'est attribué. Il est probable que tel sera cheval, ou fou, roi ou reine dans la partie que joue Satan, sans qu'aucun n'ait une vision d'ensemble de sa stratégie, pas même les brahmanes de l'Inde les plus réputés.

     

     

     

  • Misogynie & apocalypse

    Nous nous plaçons ici du point de vue de l'eschatologie chrétienne et des différents symboles féminins qui l'illustrent. Leur contradiction Adam/Jésus, Eve/l'Eglise-camp des saints, s'explique par le fait que la spiritualité chrétienne contredit la foi et la raison humaine.

    La défense de l'Occident par le théologien luthérien Jacques Ellul, se double ainsi d'une tentative coordonnée de prouver que le message évangélique est "féministe". Reste à savoir si la féminité exacerbée de l'Occident, et notamment des peuples germaniques, se rattache au symbole positif de "l'épouse du Christ" ou de l'Eglise, ou bien au contraire à celui de la putain de l'apocalypse ?

    On observe que, chez ce théologien, la primauté institutionnelle de l'Eglise romaine s'efface au profit des institutions démocrates-chrétiennes - d'où les efforts d'Ellul pour démentir l'affirmation marxiste d'un pacte entre le clergé et la bourgeoisie libérale capitaliste afin d'asservir les masses populaires.

    - Un autre exemple illustré, plus français, celui d'un disciple d'Alain Soral, Sani. Je dis plus "français", car le féminisme est une idéologie importée d'Allemagne, qui trouve peu d'appui dans la pensée française en raison de son idéalisme débridé. Il est assez transparent que le féminisme fait avant tout le jeu du mercantilisme et de puissants laboratoires pharmaceutiques qui, sous couvert de défendre le féminisme, se sont servi des femmes comme de cobayes humains afin de développer de nouvelles molécules. Rien ne prouve que les femmes sont plus malheureuses en France que dans les pays où les femmes ont un net ascendant sur les hommes, comme les Etats-Unis ou le Japon, la Bretagne (je mentionne cet exemple à cause du lobby breton dans les médias).

    Je cite Sani : "Le féminisme moderne méprise le rôle biologique de la femme, et veut en
     faire un homme comme les autres, sans tenir compte de ses aspirations naturelles."misogynie,apocalypse

    L'intérêt de déconstruire l'idéologie féministe est d'abord parce que le discours féministe est mis au service du néo-colonialisme des nations occidentales. Après avoir mis en avant ses "moeurs chrétiennes", l'Occident met en avant ses "moeurs laïques", parmi lesquelles le féminisme et l'émancipation des femmes.

    Sani se place ici du point de vue misogyne nietzschéen, qui accuse l'idéologie moderne de détruire les valeurs de la civilisation au nom d'idéaux macabres et sans consistance. 

    De fait, le mépris affiché du rôle biologique de la femme est un emprunt au christianisme (S. de Beauvoir), dont la spiritualité est antisexuelle (l'idée de "liberté sexuelle" est une ruse capitaliste ou mercantile grossière), et PAR CONSEQUENT ANTISOCIALE ou anarchiste.

    Autrement dit, le christianisme, dans son message évangélique, ne tient aucun compte de la différence biologique sexuelle ; mais, en toute logique, la chair n'ayant pas de vocation spirituelle dans le christianisme, les institutions sociales et la culture n'en ont pas non plus. C'est l'idéologie moderne totalitaire qui propose de fonder un ordre moral nouveau sur l'égalité des sexes, et non le christianisme. L'image de la civilisation et des nations dans la révélation chrétienne est presque symétrique de l'image fournie par Moïse dans le judaïsme des chars égyptiens à la poursuite des Hébreux.

    - Le plus intéressant à noter, c'est que l'idéologie totalitaire, qu'elle soit nazie, stalinienne ou anglo-saxonne, est toujours élaborée selon ce schéma, à savoir : un élément de logique chrétienne, ou un symbole chrétien, mis au service d'une utopie morale ou politique, alors même que l'esprit évangélique s'oppose le plus radicalement à l'utopie morale ou politique, qualifiée de "fornication". La rhétorique démocrate-chrétienne est la plus éloignée possible du message évangélique - un mensonge absolu, et probablement la subversion la mieux adaptée à notre temps, c'est-à-dire la plus séduisante, et, dans ce sens, féminine. La misogynie et le culte de Zarathoustra/Satan/Prométhée vantés par Nietzsche sont sans doute plus esthétiques et plus féconds artistiquement, mais ils sont définitivement inadaptés à notre époque et son besoin politique massif de produits stupéfiants.

  • Dans la Matrice

    L'apparente complexité du monde moderne -artistique, scientifique, morale, politique...-dissimule en réalité des comportements humains bestiaux. Je m'explique : les loups tuent sans états d'âme, tandis que l'homme, lui, en a. Il n'aime pas voir la réalité de son crime en face, mais préfère lui donner une apparence légale, le recouvrir de grandes théories, dont l'apparente complexité est pour les esprits crédules la preuve qu'elles sont savantes.

    Prenons l'exemple de la théorie évolutionniste-transformiste, c'est-à-dire non pas de la division constatable de certaines espèces vivantes en sous-espèce, mais d'un progrès biologique dont l'aboutissement serait l'homme ; bien que le transformisme réduise la liberté humaine à une abstraction, contribuant ainsi à l'anéantissement de la liberté, comme l'art abstrait est un programme totalitaire de destruction de l'art, on peut constater à quel point l'évolutionnisme arrange tout le monde, et pas seulement les nazis. Il arrange tout le monde, car les systèmes d'exploitation ne sont pas compatibles avec la liberté ; sur le plan de l'organisation pratique du monde moderne, pas de liberté.

    Un chrétien ne contestera pas les démonstrations de Nitche ou Baudelaire que la démocratie est le système le plus pervers d'aliénation et de censure : d'abord parce que les paraboles chrétiennes illustrent toutes une liberté à rebours du procédé humain de justification éthique, dont les élites conservent le contrôle, sans quoi elles seraient désarçonnées; ensuite parce que la démocratie a un aspect net de subversion du christianisme, c'est-à-dire de transposition sociale impossible du message évangélique. Prévenu contre l'avènement de la synagogue de Satan, le chrétien verra dans la démocratie une manifestation de l'antéchrist - somme toute la démocratie n'est qu'un perfectionnement de la monarchie chrétienne de droit divin, constitution à laquelle les élites bourgeoises n'ont fait qu'ajouter le supplément de ruse nécessaire. On pourrait dire que les caractéristiques de la vieille franc-maçonnerie égyptienne sont trop faciles à détecter chez un "homme d'Etat" comme Richelieu. A moins d'être un imbécile, il n'est pas difficile de deviner quelle puissance cette face de hyène sert réellement.

    Le complexe d'Oedipe, qui est la clef de la conscience du sujet de droit civil, subsiste au stade démocratique : cela suffit à prouver que le système démocratique n'est que le produit dérivé de la tyrannie égyptienne ; quelle nation le démontre mieux que les Etats-Unis, dont les citoyens sont divisés entre une majorité qui estime que l'inversion des valeurs égyptiennes est une bonne chose, et une minorité qui estime que cette inversion est néfaste ?

    De même que l'évolutionnisme, la pseudo-science psychanalytique est aussi peu propice à convaincre un esprit français qu'elle est faite pour convaincre une femme allemande. On ne peut manquer de constater que l'hystérie règne principalement dans les nations occidentales qui ont le plus de foi dans les capacités de la psychanalyse de lutter contre l'aliénation. Or la France a connu précédemment à Freud des siècles de "médecine de l'âme", exercée par des clercs catholiques romains, jointe à un système psychologique pour réduire l'homme à la captivité - le purgatoire ; le freudisme apparaîtra donc à un Français comme la répétition de la vieille tactique pharisienne de manipulation. "A bas la calotte !", pensera le Français, confronté à la psychologie ou la sociologie ; si beaucoup de Français ignorent que Molière prononce "A bas la calotte !" au nom du christianisme, c'est en raison du lavage de cerveau opéré par la pédagogie républicaine, qui s'emploie à faire l'homme singe dès le plus jeune âge ; parvenu à l'âge adulte, le macaque humain, toujours agrippé virtuellement à sa mère et à son père (l'Etat), tantôt célébrera l'institutionnalisation de la sodomie comme un progrès civilisationnel (sic), tantôt s'en indignera, oubliant le meilleur réflexe humain, celui de rire d'une telle évolution des moeurs.

    Cette réaction ironique, dont Nitche fait une vertu satanique, amène à observer avec plus de sang-froid à quel point le système démocratique, appuyé concrètement sur la soumission au déterminisme biologique, suggère sur le plan abstrait une idée de la liberté entièrement dénuée de fondement. La liberté démocratique n'est qu'une opération de diversion.

    Chrétiens, nous devons traiter les élites démocrates-chrétiennes de la manière dont Hamlet traite Polonius, sans aucune pitié. Elles n'en ont pas pour leurs propres enfants, qu'elles vendent au premier démon qui passe en échange de la fortune. Les belles promesses démocratiques ne font que refléter le rêve de fortune des élites.

  • La Guerre des Sexes

    L'idée que la guerre entre les sexes peut être abolie est une idée de curés catholiques romains afin de s'attribuer le beau rôle de pacificateurs. Une de ces idées dont Nitche a raison de dire qu'elles ont été causes d'immenses catastrophes psychologiques et humaines. Une de ces idées auxquelles les évangiles ne fournissent aucun encouragement. La culture chrétienne opère un renversement parfait de l'esprit évangélique ; c'est ce que Nitche n'a pas compris : la démolition pierre par pierre par Shakespeare de la culture chrétienne n'obéit pas à un mobile athée, mais bel et bien catholique ou "universaliste". 

    Dès le début, cette idéologie féministe cléricale a donné lieu à une contre-littérature (de la part de Machiavel, notamment, mais pas seulement) ; cette littérature cléricale ne relève pas exactement de "l'amour courtois", qui s'avère pratiquement pur au départ (Xe-XIIe siècle) de tout prétexte chrétien, même bidon. La littérature cléricale féministe consiste à exalter l'esprit de sacrifice féminin et à en faire une vertu chrétienne et sociale éminente.

    La guerre des sexes, comme toutes les guerres, n'est jamais aussi violente que lorsque les deux forces en présence sont à égalité. En outre, il est bien sûr vain d'opposer sur le terrain sexuel, comme sur le terrain culturel, la guerre à la paix. Tout esprit pacifiste un peu sérieux refusera de se fonder sur la culture, sachant parfaitement qu'il ne peut s'émanciper de la violence guerrière - une culture qui prétend pouvoir s'affranchir de la violence, c'est celle-là la plus néfaste et dangereuse.

    Une fois constaté que la culture "judéo-chrétienne" est la plus néfaste de tous les temps, on n'a pas encore compris le sens de l'histoire ; mais ce constat est un préalable indispensable. La modernité pue comme le Danemark selon Shakespeare.

    La culture féministe moderne est donc l'héritière du féminisme catholique romain. Ce dernier fut plus actif dans la péninsule italienne qu'en France. D'abord parce que les Italiens entretiennent avec leur mère des rapports amoureux incestueux qui fait d'eux des sortes de "catholiques romains innés" ; ensuite parce que le lien est fréquent dans la littérature française anarchiste entre le cléricalisme et les femmes. Invariablement à travers les siècles, les femmes se rangent toujours derrière le point de vue clérical dominant.

    Ce n'est pas un hasard si Simone de Beauvoir a importé en France la philosophie de Hegel la plus religieuse, à partir de laquelle on peut définir le culte moderne le plus fanatique.

    Quant à la conception abstraite de la femme défendue par Simone de Beauvoir, seul un esprit judéo-chrétien moderne ne verra qu'elle est potentiellement suicidaire et qu'elle renouvelle les délires insanes de ces aristocrates espagnoles que l'on enfermait dans des couvents.

  • Nietzsche et la modernité

    On sait que Nitche est l'adversaire le plus radical de la modernité ; au nom de l'art, et, ce qui est plus intéressant dans mesure où la culture de masse lucrative et le cinéma font peu illusion, au nom de la science rationaliste, à laquelle l'appareil d'Etat et ses fonctionnaires continuent de fournir une caution plus sérieuse.

    Au contact de Nitche, la culture laïque moderne volerait en éclats. C'est le rôle de Michel Onfray, par exemple, de fournir une présentation de Nitche moralement correcte à l'attention des milieux populaires, méthode où l'élitisme culturel républicain est reconnaissable. Nitche méprise ouvertement le peuple, et le seul profit que celui-ci pourrait tirer de la lecture de la doctrine de Nitche est sa dénonciation de la démocratie comme une ruse sinistre et probablement catastrophique, ce qui a été confirmé maintes fois depuis le décès de cet antichrist. On ne peut plus prôner l'antichrist Maurras depuis que celui-ci s'est compromis avec une bande de politiciens mafieux, alors on prône Nitche. Ce dernier a oublié de mentionner l'extraordinaire capacité de censure du monde moderne, contrairement à G. Orwell.

    Ce n'est pas seulement le christianisme qui est moribond, comme le remarque Nitche pour s'en réjouir : l'antichristianisme a lui-même été édulcoré par les disciples de Nitche, suivant la même méthode subversive anthropologique, qui consiste à faire passer pour scientifique ou rationnel un discours essentiellement d'ordre religieux. Un chrétien ne doit surtout pas laisser se développer le discours anthropologique au nom du christianisme: c'est la méthode d'infiltration de base du pharisaïsme: la clef du cléricalisme catholique afin de détruire la vérité universelle. On peut d'ailleurs faire du purgatoire la matrice juridique de la modernité, ce qui permet de démentir l'amalgame de Nitche. Le purgatoire résulte en effet de la double négation de dieu et de Satan, caractéristique de la modernité ; intellectuels néo-païens et démocrates-chrétiens en sont d'ailleurs à peu près au même degré d'abrutissement : la merde cinématographique, du point de vue de l'art païen, est sans doute l'eau de boudin la plus fade. Très peu de cinéastes ont conscience du plan de Satan. L'anthropologie est la doctrine d'Ubu.

    Nitche ment pour le compte de Zarathoustra lorsqu'il prétend qu'un chrétien ne peut pas discerner l'action de l'anthropologue dans le cannibalisme moderne, parce que le christianisme est la racine de ce cléricalisme qui ne dit pas son nom.

    La preuve qu'il ment, c'est que Shakespeare a tranché la gorge de l'anthropologie chrétienne avant lui : celle-ci ne continue plus de se mouvoir que comme les canards après qu'on leur a coupé la tête. Et Shakespeare n'a pas agi "au nom de Satan", mais de l'apocalypse chrétienne.


  • Nietzsche nazi

    Le bourgeois moderne préférera se ranger du côté de la Fortune ou de Satan, plutôt que du côté d'Adolf Hitler. Vivre dangereusement n'est pas son fort. Le bourgeois moderne aime bien déléguer la prise de risque, comme le soudard moderne délègue à un missile le soin d'éclater la cervelle d'autrui. D'ailleurs ce n'est pas un soudard, mais l'accessoire indispensable de l'humanisme.

    Donc, par principe, non, Nietzsche n'est pas nazi ; ça fait un peu désordre de dire ça. On pense à Marguerite Duras : - A bas les nazis ! sauf si le nazi est un beau SS blond et musclé. Car il est vrai que Nietzsche fut beaucoup plus habile poète que le führer des Allemands.

    Notez qu'il n'est pas certain que les bourgeois fassent le bon choix. Allez savoir si Satan préfère les lâches ? Rien n'est moins sûr.

    Il y a dans l'idéologie fachiste contradictoire, un principe actif nitchéen et un principe passif moderne ou hégélien. Ils se font la guerre, comme les sexes se font la guerre, mais en réalité ils ne peuvent se passer l'un de l'autre. Nier le principe passif serait comme oublier que, pendant que les poilus tenaient le front en 14-18, leurs bonnes femmes turbinaient comme des malades dans les usines Citroën pour fabriquer des obus.

    De même on peut dire dans l'après-guerre le philosophe hégélien passif ou féminin (le type du curé - Sartre, Beauvoir, etc.), et le type du philosophe nitchéen actif ou masculin (le type du poète - G. Bataille, etc.). Comme Adam, les Nitchéens sont systématiquement les cocus de l'histoire moderne. Mais ça n'empêche qu'ils sont utiles. Les Hégéliens en ont besoin pour essuyer les plâtres, pour toutes les opérations qui exigent d'aller au contact. Entre deux opérations sanglantes, mieux vaut faire taire les Nitchéens. Car le Nitchéen est un peu trop fort en gueule.

    On ne peut donc pas plus accuser la philosophie de Nitche de connivence avec le totalitarisme nazi que la philosophie de l'histoire de Hegel, propice à maquiller le génocide en progrès (progrès moral de nos élites par rapport aux élites fachistes) ; ce serait comme accuser l'étincelle et la mèche plutôt que le baril de poudre des dégâts commis par l'explosion.

    Marx n'a pas tort de souligner que l'instinct de prédation, favorisé à l'échelle mondiale par les élites libérales, joue un rôle majeur dans l'évolution de la politique et des moeurs. Mais encore faut-il briser dans les consciences tout ce qui peut s'opposer à l'instinct de prédation ; et à cet égard l'idéalisme hégélien est le plus propice, en raison de son prétexte chrétien apparent. Aussi violente et argumentée soit l'attaque de Nitche contre le christianisme, elle ne pèse pas grand-chose comparée à la subversion interne au christianisme. La "modernité" s'avère un négationnisme de l'histoire beaucoup plus efficace que le "niet" de Nitche au progrès.

  • Le Capital

    Le Capital est-il puissance ou impuissance ?

    On peut donner une définition nitchéenne de l'économie moderne, comme un démantèlement de l'art, de telle façon qu'il ne restera plus pierre sur pierre.

    Ou bien on peut donner une définition marxiste de l'économie moderne, comme une ultime tentative pharaonique de mettre fin à l'histoire.

    Quoi qu'il en soit, Satan est aussi difficile à reconnaître dans le monde moderne que la vertu dans un bordel. Pourtant, il est bien là.


  • Hegel = SS

    Je replonge un peu pour le besoin de mon "Dialogue avec l'Antéchrist" dans l'entreprise de démolition de l'hégélianisme par Karl Marx, parallèle à celle de Nitche (non pas comme Nitche, au nom de la culture et de l'élite, mais au nom de l'histoire et du peuple).

    L'introduction de l'hégélianisme en France après la 2nde guerre par ses "nouvelles élites", à lui seul suffit à les condamner dans les termes catégoriques de Bernanos. Cette introduction revient en effet à substituer, disons à la variété des idées françaises, la philosophie pangermaniste de Hegel et faire perdurer l'uniformité allemande au-delà de l'Occupation. On comprend ici pourquoi certains passages de Bernanos ou Simone Weil restent confinés à l'enfer des bibliothèques. Et ce sont les élites démocrates-chrétiennes qui, en ce qui concerne Bernanos et S. Weil, effectuent le travail de censure, comme les élites staliniennes ont effectué le travail de translation du marxisme en hégélianisme.

    Le dégât de l'hégélianisme est comparable à une régression de la pensée au moyen-âge : il en est en effet de la "Phénoménologie de l'esprit" comme des sommes théologiques médiévales : personne ne la lit, mais tout le monde se prosterne devant ce Reich de syllogismes. Il est vrai que le curé Sartre en a donné dans "Les Mots" une version sublimée pour les écolières, exprimant dans un français correct ce que Hegel exprime dans un allemand de cuisine. De la même manière il faut reconnaître une plus grande efficacité au curé d'Ars qu'à Maître Eckart ou Thomas d'Aquin.

    Je reviens à Marx et sa dénonciation du subterfuge du droit moderne, sur ce point très proche de Nitche, c'est-à-dire faisant valoir la nature de la règle de droit contre l'abstraction juridique, comme un mathématicien pourrait faire valoir la règle mathématique contre les syllogismes d'Einstein.

    «Constatons avant tout le fait que les «droits de l'homme», distincts des «droits du citoyen», ne sont rien d'autre que les droits du membre de la société bourgeoise, c'est-à-dire de l'homme égoïste.» (Marx, La Question Juive)

    J'avais oublié que la dénonciation des droits de l'homme comme une imposture de la bourgeoisie libérale figurait dans "La Question Juive", où Marx se démarque complètement de Nitche, puisque Marx fait valoir dans cet ouvrage secondaire qu'il ne faut pas confondre Juif et adorateur du veau d'or ; tandis que Nitche lance de temps à autres des compliments aux banquiers juifs ou à la race juive.

    Puisqu'il est question de droit et de loi, soulignons que la critique de Marx est conforme aux prophètes juifs en général, et à Moïse en particulier. La transcendance de la loi que Hegel s'est efforcée de fabriquer, si elle a le don de remettre les clefs de la loi entre les mains d'un nouveau clergé -ici Hegel joue le rôle de la "trappe" des prêtres babyloniens dans le livre du prophète Daniel-, ce deus ex-machina plus totalitaire encore que le culte brahmanique emprunté à Nitche par les nazis, est bien sûr irrecevable pour un Juif fidèle à la loi de Moïse, qui n'a pas le caractère anthropologique des "droits de l'homme". Hegel se défend d'être subjectif, mais sa démonstration revient à démontrer que la démocratie n'est pas une utopie subjective. Pour le chrétien qui ne reconnaît pas d'autre loi que l'amour, c'est-à-dire le perfectionnement de la loi de Moïse dans la matière ou l'esprit le moins subjectif et le plus contraire à la règle juridique, il verra dans le procédé hégélien une extraordinaire sournoiserie en comparaison de la loi égyptienne ou romaine ; il ne s'agit plus en effet seulement d'ignorer l'amour, mais de l'empêcher en le reléguant dans les mots.

    On voit à quel point les idéologies modernes naissent de l'arbitraire humain, c'est-à-dire d'un désir de mort parfaitement identifié par Nitche. En effet, cette idéologie hégélienne, Shakespeare en a parfaitement discerné le mécanisme près de deux siècles avant qu'elle ne germe et pousse sous la forme de la très volumineuse somme de Hegel. On peut constater en effet que pas un des éléments de cette conjuration ne manque dans "Hamlet". Ni la trahison de Luther par Hegel, bien plus subtile que celle de Nitche ; ni le mariage incestueux de l'Eglise et de la loi, à quoi Hegel ne fait qu'apporter un perfectionnement tactique, essentiellement sous la forme du flou juridique (Hobbes, lui, est un traître positif, aussi peu hypocrite qu'un jurisconsulte chrétien peut l'être) ; ni le préalable essentiel de la réduction de la cosmologie à une mécanique céleste ; ni le retour provisoire de l'Aryen Fortinbras au sein d'un complot occidental, dont son faible degré d'initiation le condamne comme Nitche à jouer le second rôle d'inséminateur culturel ; et on pourrait continuer ainsi morceau par morceau, jusqu'au moindre détail : Ophélie comme la pétasse existentialiste kirkegaardienne à son papa. Sans oublier la transposition du prophète Daniel dans le personnage de Hamlet, qui explique que les banquiers juifs ou démocrates-chrétiens ne reconnaissent pas Hamlet, et estiment qu'il s'agit-là d'un personnage énigmatique et peu policé.

     

  • Maître Nietzsche

    Nitche, comme Don Juan, n'a pas de disciples ; il n'a que des valets, dont l'effort est pour étouffer le scandale des paroles de leur maître.

    Nitche voudrait bien être l'amant du monde, mais à condition qu'il ne soit pas aussi vieux.

    Nitche est trop moral pour des banquiers démocrates-chrétiens. Mais il pourrait faire un tabac dans la mafia sicilienne.

  • Nitche et le nazisme

    L'étude approfondie de la doctrine de Nitche permet de mettre à jour la nature hybride ou contradictoire de l'idéologie nazie. C'est une des raisons pour lesquelles cette étude approfondie n'a jamais été faite. L'étude scolastique de Heidegger est ainsi marquée par un effort de réhabilitation personnelle. L'idéologie nazie emprunte à Nitche son motif artistique satanique le plus noble, et à l'hégélianisme sa détermination militaire et militante la plus abstraite et la plus superficielle, en même temps qu'elle est la plus efficace. L'autodafé de la culture dégénérée est l'acte le plus nitchéen, qui correspond parfaitement à la volonté de Nitche de mettre un terme à la culture moderne la plus abstraite (sauf la musique ?) ; tandis que la tentative eugéniste d'amélioration de la race humaine suppose un préjugé socialiste hégélien. Nitche, en tant que suppôt de Satan autoproclamé, botte même le cul des Allemands, dans lesquels ils ne voit pas des "aryens" mais des sous-hommes.

    Dans ce pays le moins doté d'une "conscience nationale" qu'est la France, et le mieux prédisposé à discerner dans le socialisme un nouveau cléricalisme et une nouvelle casuistique, la fortune critique de philosophes tels que Heidegger, Sartre ou Althusser est assez stupéfiante ; elle tient à l'appui d'organes nationalistes liés à l'appareil d'Etat, ainsi qu'à la détermination capitaliste essentielle du nationalisme, qui dans la formule européenne ne cherche même plus à se dissimuler. La persistance de l'idéal nationaliste pangermaniste, à elle seule suffit à ôter l'étiquette de l'humanisme, et même des "Lumières françaises", aux élites libérales intellectuelles qui s'en disent les héritières.

    Il y a deux moments de la politique où le nationalisme trouve et sa cohérence, et où le peuple se trouve dans la dépendance la plus complète de la volonté exclusive de ses élites ; le premier, c'est la mobilisation guerrière contre un ennemi qui menace la propriété des élites ou s'oppose à l'extension de celle-ci, jusqu'à ce que les guerriers baissent le drapeau et que la société retourne à des occupations plus féminines ; le second moment est celui de la compétition économique, où l'aspiration nationaliste est permanente et mieux adaptée à la liquidation de la propriété foncière. Le capitalisme ne fait qu'accroître la terreur des élites d'être dépossédées de leurs biens, dont dépend la mécanique du terrorisme moderne. A cet égard, la culture de mort hégélienne ne s'impose pas comme le croit Nitche en raison de l'aptitude du peuple à gober la moraline judéo-chrétienne, mais comme la courroie de transmission au peuple du tempérament hypocondriaque d'une élite de propriétaires captieux. Il était par conséquent naïf de la part de Nitche de croire dans le soutien du grand capital afin d'éradiquer le christianisme, et insultant vis-à-vis des Juifs de les dépeindre comme étant tous, racialement associés afin de poursuivre le mobile de Shylock. On retrouve encore derrière ce personnage, non pas l'antisémitisme de Shakespeare, mais son extraordinaire prescience de l'abomination de la formule éthique moderne, et de l'usage de l'Ancien testament par les élites chrétiennes modernes afin de fermer la porte à l'histoire. C'est, dans le "Marchand de Venise", l'anthropologie "judéo-chrétienne" qui est décrite comme une anthropophagie abominable. Contrairement à Nitche, Shakespeare est parfaitement conscient de ce que la loi de Moïse n'ouvre droit ni à l'anthropologie, ni à l'éthique. Si d'ailleurs Nitche avait bien voulu pousser son examen un peu plus loin, tant de Shakespeare que de la théologie chrétienne, il aurait pu constater qu'aucun théologien un tant soit peu sérieux ne fournit de caution à la morale "judéo-chrétienne". Un théologien chrétien la comprendra pour ce qu'elle est : un instrument de négationnisme de l'histoire et des prophètes, en même temps qu'une manière sournoise pour le clergé chrétien de ne pas tenir compte du Messie et de saint Paul. Cette morale "judéo-chrétienne" est la première cause de l'antisémitisme assassin, car c'est bien sûr poser l'équation du Juif et de Shylock, à la manière de Nitche et non de Shakespeare, qui revient à l'exposer à la vindicte populaire.

    Certes, Nitche, n'est pas humaniste non plus, mais il a le mérite de la franchise de ne pas se faire passer pour tel, ce qui constitue le comble de l'immoralité des élites modernes. Son combat, Nitche le mène à visage découvert, sous le patronage de Satan, et non comme Polonius, préfiguration shakespearienne de l'intellectuel moderne, caché derrière une tenture.

    Cette inculpation des élites modernes comme les élites les plus immorales et les plus irresponsables, arc-boutées sur l'éthique la plus virtuelle et la plus fallacieuse, n'est pas l'apanage de Nitche. On a pu voir les artistes catholiques Léon Bloy ou Bernanos, ou encore Simone Weil, mener le même combat. Mais Nitche est le seul à comprendre que ce combat ne peut être mené qu'au nom de la foi et de la raison sataniques, c'est-à-dire que Satan est le seul dieu qui peut être compris en termes de "valeurs" objectives.

    Shakespeare est le seul à donner un sens eschatologique chrétien à cette dépréciation des valeurs et à traduire le mouvement occidental comme un champ de bataille à l'heure du crépuscule.

  • Einstein et le relativisme

    F. Nitche combat le relativisme moral des élites modernes "judéo-chrétiennes". Il nie d'ailleurs que ce relativisme soit un individualisme véritable, et il en fait une des causes principales du populisme et de ses conséquences ravageuses pour l'Occident.

    Le point de vue d'Einstein est relativiste, dans la première proposition, puis absolu dans la deuxième. Exactement comme les valeurs éthiques modernes satisfont d'abord le point de vue des élites dirigeantes, avant de s'imposer ensuite à tout le monde.

    Le cas n'est pas rare dans l'histoire de discours apparemment scientifiques, uniquement destinés à conforter le point de vue éthique dominant, c'est-à-dire à permettre la mise en correspondance de la science et du droit.

    Le matérialisme dans le domaine de la science physique est, selon Nitche, le meilleur garant contre un tel relativisme et des propositions éthiques, scientifiques et artistiques, entièrement fictives ou hypothétiques, dont la solution finale ne peut être que catastrophique. Mais, s'il est beaucoup plus restrictif que celui de la science-fiction moderne, le point de vue matérialiste de Nitche n'en est pas moins lui-même relatif. La théorie du chaos, qui préside selon Nitche au destin du cosmos, laisse transparaître le préjugé de Nitche sur l'organisation du cosmos, pratiquement comme si le préjugé était le mode de raisonnement principal de l'homme d'élite, et que la science physique fournissait la meilleure caution à l'élitisme. On peut dire que la manière dont Nitche met la métaphysique hors-jeu et lui refuse tout caractère visionnaire est pratiquement un réflexe de caste. C'est un brahmane peut-être plus rigoureux que tous les brahmanes que l'Inde a jamais engendrés, défendant le système solaire (666) contre le double danger de la métaphysique et du mouvement moderne d'aliénation mentale. Il y a tout lieu de prendre l'inspiration satanique de Nitche au sérieux.

    Certains se demandent parfois pourquoi l'art moderne est détaché de toute cosmologie véritable, et paraît ainsi sonner aussi creux que le vase de Pandore. C'est tout simplement parce que les élites modernes occupent la place que la nature occupait dans l'art jusqu'à la Renaissance. C'est la caractéristique du totalitarisme moderne d'inventer la nature sous la forme d'une science-fiction.